Des femmes et des fleurs. Représenter la perte de la virginité

Le livre issu de mon mémoire de Master, que j’ai consacré à l’histoire de la défloration au XIXe siècle, s’intitule Une rose épineuse. J’ai choisi de l’intituler ainsi en m’inspirant d’une citation tirée du Lendemain du mariage, un manuel conjugal écrit en 1884 par Adrien Coriveaud. Celui-ci décrit à sa lectrice le moment du premier rapport sexuel en ces termes : « Après une période d’apprentissage quelquefois douloureuse – mais quelle rose n’a pas ses épines ? – vous serez étonnée d’être si bien renseignée et surtout si complètement… consolée. » Le choix de ce titre était pour moi un moyen de souligner que le moment de la défloration, au XIXe siècle, avait été érigé par un ensemble de discours en un événement crucial et problématique à bien des égards ; il permettait aussi de souligner la métaphore florale inhérente au terme de défloration. Dans ce billet, je voudrais revenir sur la permanence, du XVIIIe siècle à nos jours, du symbolisme qui associe la virginité féminine à un imaginaire floral, et plus particulièrement au motif de la rose qui se fane, en passant en revue quelques représentations iconographiques de la perte de la virginité.

Continuer la lecture de « Des femmes et des fleurs. Représenter la perte de la virginité »

La virginité féminine, d’hier à aujourd’hui

Parce que ce carnet est aussi né de l’envie de montrer des résonances qui peuvent exister entre hier et aujourd’hui, voici un rapide billet pour vous présenter deux articles écrits par Fanny Evrard qui mettent en perspective mon livre (Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France) sur l’histoire de la défloration et de ses représentations avec les imaginaires contemporains de la virginité féminine et de la défloration et la manière dont ils imprègnent certaines pratiques.

Le premier, à retrouver sur Slate, s’intitule « Le fantasme masculin de la virginité continue de peser sur la vie des femmes ». Paru en décembre 2018, il s’intéresse à la permanence de certaines représentations de la virginité féminine (ayant notamment trait à l’hymen et à sa supposée déchirure lors du premier rapport sexuel), et à leurs répercussions sur la vie concrète des femmes. Elle s’intéresse à leur influence dans trois situations spécifiques : le mariage et les demandes d’annulation qui peuvent exister lorsque le mari ou sa famille considèrent que l’épouse n’était pas vierge au moment de la noce ; le viol et l’examen médico-légal de la victime, dont le rapport mentionne encore la virginité ou non de la plaignante ; enfin, l’accouchement, suivi parfois d’une pratique appelée « point du mari », consistant à resserrer, après une épisiotomie, l’entrée du vagin pour assurer un plaisir masculin plus grand.

Le second, tout récent (juin 2019), à retrouver sur LeTagParfait (âmes très sensibles s’abstenir), s’intitule « Coucou, tu veux voir ma v(i)erge », et s’intéresse au motif de la virginité dans la pornographie contemporaine. Il montre que la manière dont la virginité est représentée actuellement emprunte assez largement à la littérature pornographique du XIXe siècle que j’ai étudiée, qui se caractérise par un accroissement des descriptions très anatomiques, voire cliniques, de la défloration au fil du siècle, avec la mention de l’hymen, de sa déchirure, mais aussi du sang. On retrouve également, hier comme aujourd’hui, divers avatars de la domination masculine dans les mises en scène de défloration : tantôt présentée comme une conquête, tantôt comme une initiation, tantôt comme un sacrifice sanglant, la défloration demeure une occasion de réaffirmation de rapports de genre inégalitaires, dans la pornographie.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "La virginité féminine, d’hier à aujourd’hui", publié sur Sexcursus le 27/06/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/37.