La vente d’articles ardents au début du XXe siècle : du transnational sous le manteau

Dans le dernier billet, je vous parlais des différents articles obscènes vendus par Henri Trafford. Après m’être intéressée à la variété des objets distribués, je voudrais m’attarder sur les formes que prend ce commerce souterrain bien particulier. Le dossier de procédure de l’affaire Trafford permet en effet de documenter un aspect méconnu de l’industrie clandestine du sexe : son fonctionnement concret. Celui-ci est généralement difficile à appréhender pour de telles entreprises, qui n’ont bien souvent laissé de traces qu’à travers les nombreuses annonces publicitaires qu’elles faisaient paraître dans la presse.
Dans le cas particulier de Trafford, les archives judiciaires conservées permettent de mettre au jour le caractère transnational de l’industrie de l’obscénité du début du XXe siècle, mais également de retracer les modalités pratiques de la vente par correspondance d’articles à caractère sexuel.

Continuer la lecture de « La vente d’articles ardents au début du XXe siècle : du transnational sous le manteau »