Un sex-shop par correspondance : plongée dans le marché des obscénités du Paris de la Belle Époque

Le 28 mars 1914, le Département d’Investigation Criminelle de New Scotland Yard adresse une lettre au directeur de la police judiciaire de la Préfecture de Police, Henri Mouton, pour l’informer du fait que des Londoniens ont reçu par la poste des photographies obscènes, adressées par une certaine Miranda Connors, domiciliée au 60 rue de Vouillé à Paris, et qui fait la promotion de son commerce dans la presse anglaise.

Continuer la lecture de « Un sex-shop par correspondance : plongée dans le marché des obscénités du Paris de la Belle Époque »