« Métamorphose », « épreuve terrible » ou « viol légal » ? La nuit de noces au XIXe siècle

La revue Historiens et Géographes, publiée par l’Association des professeurs d’histoire et de géographie, donne chaque mois carte blanche à un.e jeune chercheur.euse pour évoquer ses recherches dans un article. Le numéro 449 (février 2020) m’a fait l’honneur de m’ouvrir ses pages pour un article portant sur l’histoire de la défloration et du couple au XIXe et dans les premières décennies du XXe siècle en France. J’avais déjà exposé une partie de ces recherches lors des Journées d’étude des jeunes chercheurs dix-neuviémistes, consacrées en 2019 aux Petites et grandes rencontres du XIXe siècle. L’article paru dans Historiens et Géographes devait initialement comporter un certain nombre d’illustrations, qui n’ont malheureusement pas pu figurer dans le numéro. J’ai donc décidé de vous proposer une version allégée de cet article en y incluant les illustrations qui devaient y figurer (vous pouvez retrouver la version longue dans Historiens et Géographes, n°449). C’est parti, donc, pour une exploration de la manière dont, au tournant des XIXe et XXe siècles, des ouvrages médicaux destinés au grand public ont érigé la défloration en un événement crucial.

Continuer la lecture de « « Métamorphose », « épreuve terrible » ou « viol légal » ? La nuit de noces au XIXe siècle »

La virginité féminine, d’hier à aujourd’hui

Parce que ce carnet est aussi né de l’envie de montrer des résonances qui peuvent exister entre hier et aujourd’hui, voici un rapide billet pour vous présenter deux articles écrits par Fanny Evrard qui mettent en perspective mon livre (Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France) sur l’histoire de la défloration et de ses représentations avec les imaginaires contemporains de la virginité féminine et de la défloration et la manière dont ils imprègnent certaines pratiques.

Le premier, à retrouver sur Slate, s’intitule « Le fantasme masculin de la virginité continue de peser sur la vie des femmes ». Paru en décembre 2018, il s’intéresse à la permanence de certaines représentations de la virginité féminine (ayant notamment trait à l’hymen et à sa supposée déchirure lors du premier rapport sexuel), et à leurs répercussions sur la vie concrète des femmes. Elle s’intéresse à leur influence dans trois situations spécifiques : le mariage et les demandes d’annulation qui peuvent exister lorsque le mari ou sa famille considèrent que l’épouse n’était pas vierge au moment de la noce ; le viol et l’examen médico-légal de la victime, dont le rapport mentionne encore la virginité ou non de la plaignante ; enfin, l’accouchement, suivi parfois d’une pratique appelée « point du mari », consistant à resserrer, après une épisiotomie, l’entrée du vagin pour assurer un plaisir masculin plus grand.

Le second, tout récent (juin 2019), à retrouver sur LeTagParfait (âmes très sensibles s’abstenir), s’intitule « Coucou, tu veux voir ma v(i)erge », et s’intéresse au motif de la virginité dans la pornographie contemporaine. Il montre que la manière dont la virginité est représentée actuellement emprunte assez largement à la littérature pornographique du XIXe siècle que j’ai étudiée, qui se caractérise par un accroissement des descriptions très anatomiques, voire cliniques, de la défloration au fil du siècle, avec la mention de l’hymen, de sa déchirure, mais aussi du sang. On retrouve également, hier comme aujourd’hui, divers avatars de la domination masculine dans les mises en scène de défloration : tantôt présentée comme une conquête, tantôt comme une initiation, tantôt comme un sacrifice sanglant, la défloration demeure une occasion de réaffirmation de rapports de genre inégalitaires, dans la pornographie.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "La virginité féminine, d’hier à aujourd’hui", publié sur Sexcursus le 27/06/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/37.