L’Infaillible, le Rêve, l’Inusable : petite histoire des préservatifs à la Belle Époque

Dans le dernier billet, j’évoquais l’historiographie du contrôle des naissances, et je soulignais le fait que peu d’études existent, pour le cas français au moins, sur l’histoire des dispositifs contraceptifs1.

J’inaugure donc une petite série de billets sur l’histoire matérielle de ces différents objets en France à la Belle Époque. Je voudrais, à partir des sources que j’ai pu croiser dans mes recherches, proposer quelques pistes de réflexion sur l’histoire de ces dispositifs contraceptifs (ou, comme on le disait à l’époque, « anti-conceptionnels ») : comment étaient-ils fabriqués ? Où étaient-ils vendus, et à quel prix ? Par quels moyens leurs fabricants les faisaient-ils connaître par les consommateurs ? Comment ces dispositifs étaient-ils perçus par les populations ?

Continuer la lecture de « L’Infaillible, le Rêve, l’Inusable : petite histoire des préservatifs à la Belle Époque »
  1. L’historiographie anglophone s’est davantage intéressée à la production, à la distribution et à la consommation de contraceptifs. Voir John Peel, “The Manufacture and Retailing of Contraceptives in England”, Population Studies, vol. 17, n° 2, 1963, p. 113-125, et Vern L. Bullough, “A Brief Note on Rubber Technology and Contraception: The Diaphragm and the Condom”, Technology and Culture, vol. 22, n° 1, 1981, p. 104-111. []

Travestissement, relations intimes et parrainage : recettes pour un fructueux commerce d’obscénités

Après vous avoir parlé des objets que l’on pouvait acheter auprès d’un sex-shop par correspondance, et vous avoir détaillé les modalités concrètes de vente de ces objets, voici le dernier billet de cette série sur le dossier de procédure de Herbert Trafford, inculpé en 1914 d’outrage aux bonnes mœurs. Il est consacré aux différentes stratégies déployées par ce marchand d’obscénités pour étendre son activité commerciale. La correspondance saisie à son domicile lors des perquisitions de la police, mais également directement auprès des services postaux pendant la durée de l’instruction de l’affaire, révèle en effet tout un ensemble de leviers employés par Trafford pour s’attacher sa clientèle, la fidéliser et l’utiliser comme relais de l’extension de son réseau d’acheteurs.

Continuer la lecture de « Travestissement, relations intimes et parrainage : recettes pour un fructueux commerce d’obscénités »

La vente d’articles ardents au début du XXe siècle : du transnational sous le manteau

Dans le dernier billet, je vous parlais des différents articles obscènes vendus par Henri Trafford. Après m’être intéressée à la variété des objets distribués, je voudrais m’attarder sur les formes que prend ce commerce souterrain bien particulier. Le dossier de procédure de l’affaire Trafford permet en effet de documenter un aspect méconnu de l’industrie clandestine du sexe : son fonctionnement concret. Celui-ci est généralement difficile à appréhender pour de telles entreprises, qui n’ont bien souvent laissé de traces qu’à travers les nombreuses annonces publicitaires qu’elles faisaient paraître dans la presse.
Dans le cas particulier de Trafford, les archives judiciaires conservées permettent de mettre au jour le caractère transnational de l’industrie de l’obscénité du début du XXe siècle, mais également de retracer les modalités pratiques de la vente par correspondance d’articles à caractère sexuel.

Continuer la lecture de « La vente d’articles ardents au début du XXe siècle : du transnational sous le manteau »

Un sex-shop par correspondance : plongée dans le marché des obscénités du Paris de la Belle Époque

Le 28 mars 1914, le Département d’Investigation Criminelle de New Scotland Yard adresse une lettre au directeur de la police judiciaire de la Préfecture de Police, Henri Mouton, pour l’informer du fait que des Londoniens ont reçu par la poste des photographies obscènes, adressées par une certaine Miranda Connors, domiciliée au 60 rue de Vouillé à Paris, et qui fait la promotion de son commerce dans la presse anglaise.

Continuer la lecture de « Un sex-shop par correspondance : plongée dans le marché des obscénités du Paris de la Belle Époque »