Des femmes et des fleurs. Représenter la perte de la virginité

Le livre issu de mon mémoire de Master, que j’ai consacré à l’histoire de la défloration au XIXe siècle, s’intitule Une rose épineuse. J’ai choisi de l’intituler ainsi en m’inspirant d’une citation tirée du Lendemain du mariage, un manuel conjugal écrit en 1884 par Adrien Coriveaud. Celui-ci décrit à sa lectrice le moment du premier rapport sexuel en ces termes : “Après une période d’apprentissage quelquefois douloureuse – mais quelle rose n’a pas ses épines ? – vous serez étonnée d’être si bien renseignée et surtout si complètement… consolée.” Le choix de ce titre était pour moi un moyen de souligner que le moment de la défloration, au XIXe siècle, avait été érigé par un ensemble de discours en un événement crucial et problématique à bien des égards ; il permettait aussi de souligner la métaphore florale inhérente au terme de défloration. Dans ce billet, je voudrais revenir sur la permanence, du XVIIIe siècle à nos jours, du symbolisme qui associe la virginité féminine à un imaginaire floral, et plus particulièrement au motif de la rose qui se fane, en passant en revue quelques représentations iconographiques de la perte de la virginité.

Continuer la lecture de « Des femmes et des fleurs. Représenter la perte de la virginité »