L’Église catholique et la contraception naturelle : des liens ambigus

Il y a peu, un scandale a éclaté autour de l’application Femm, dont je vous parlais dans le précédent billet : une enquête du Guardian a en effet révélé que l’application avait reçu 1,6 million d’euros de la part de la fondation Chiaroscuro, une organisation catholique anti-contraception et anti-avortement, ce qui, en dépit de la rhétorique scientifique et technologique déployée par l’application (“it provides you with cutting edge science“), laisse planer le doute sur sa vocation affichée d’aider les femmes à éviter une grossesse.

Je voudrais profiter de cette affaire pour évoquer les liens anciens et ambigus de l’Église catholique avec cette forme de contraception qu’est la continence périodique, à travers un exemple particulier, tiré de la correspondance de l’Abbé Viollet1.

Continuer la lecture de « L’Église catholique et la contraception naturelle : des liens ambigus »
  1. Elle est conservée au Centre National des Archives de l’Église de France. Vous pouvez lire plusieurs des courriers reçus, in extenso ou par extraits, dans l’ouvrage de Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres. Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924-1943) (Paris, Albin Michel, 1996), ou encore dans la contribution d’Anne-Marie Sohn au livre de Franz Eder, Lesley Hall et Gert Hekma (dir.), Sexual Cultures in Europe. Themes in Sexuality (Manchester et New York, Manchester University Press, 1996). []

Aux origines de la “contraception naturelle”

Depuis quelques années, les applications mobiles de « contraception naturelle » (comme Femm, Clue ou Natural Cycles) connaissent un certain succès. Natural Cycles a même été reconnue comme « dispositif médical contraceptif » en février 2017 par un organisme allemand puis en août 2018 par la Food and Drugs Administration aux États-Unis. Si Natural Cycles a la spécificité de reposer sur une prise quotidienne de la température, toutes ces applications fonctionnent sur le même principe : connaître son cycle menstruel pour prévoir les périodes d’infertilité, où il n’y a aucun risque de tomber enceinte, et les périodes de fertilité, où il convient, si l’on veut éviter une grossesse, de s’abstenir ou d’utiliser un autre mode de contraception.

Continuer la lecture de « Aux origines de la “contraception naturelle” »

La virginité féminine, d’hier à aujourd’hui

Parce que ce carnet est aussi né de l’envie de montrer des résonances qui peuvent exister entre hier et aujourd’hui, voici un rapide billet pour vous présenter deux articles écrits par Fanny Evrard qui mettent en perspective mon livre (Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France) sur l’histoire de la défloration et de ses représentations avec les imaginaires contemporains de la virginité féminine et de la défloration et la manière dont ils imprègnent certaines pratiques.

Le premier, à retrouver sur Slate, s’intitule “Le fantasme masculin de la virginité continue de peser sur la vie des femmes”. Paru en décembre 2018, il s’intéresse à la permanence de certaines représentations de la virginité féminine (ayant notamment trait à l’hymen et à sa supposée déchirure lors du premier rapport sexuel), et à leurs répercussions sur la vie concrète des femmes. Elle s’intéresse à leur influence dans trois situations spécifiques : le mariage et les demandes d’annulation qui peuvent exister lorsque le mari ou sa famille considèrent que l’épouse n’était pas vierge au moment de la noce ; le viol et l’examen médico-légal de la victime, dont le rapport mentionne encore la virginité ou non de la plaignante ; enfin, l’accouchement, suivi parfois d’une pratique appelée “point du mari”, consistant à resserrer, après une épisiotomie, l’entrée du vagin pour assurer un plaisir masculin plus grand.

Le second, tout récent (juin 2019), à retrouver sur LeTagParfait (âmes très sensibles s’abstenir), s’intitule “Coucou, tu veux voir ma v(i)erge”, et s’intéresse au motif de la virginité dans la pornographie contemporaine. Il montre que la manière dont la virginité est représentée actuellement emprunte assez largement à la littérature pornographique du XIXe siècle que j’ai étudiée, qui se caractérise par un accroissement des descriptions très anatomiques, voire cliniques, de la défloration au fil du siècle, avec la mention de l’hymen, de sa déchirure, mais aussi du sang. On retrouve également, hier comme aujourd’hui, divers avatars de la domination masculine dans les mises en scène de défloration : tantôt présentée comme une conquête, tantôt comme une initiation, tantôt comme un sacrifice sanglant, la défloration demeure une occasion de réaffirmation de rapports de genre inégalitaires, dans la pornographie.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "La virginité féminine, d’hier à aujourd’hui", publié sur Sexcursus le 27/06/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/37.

 

À propos de ce carnet

Ma thèse porte sur l’histoire des problèmes sexuels en France entre les années 1850 et les années 1930. Elle se propose d’appréhender la sexualité ordinaire par le biais de ses dysfonctionnements masculins et féminins, dont les noms varient au fil du temps : impuissance, frigidité, vaginisme, anaphrodisie, anorgasmie, éjaculation précoce, etc. Au-delà d’une histoire des représentations de ces pathologies, elle vise à en proposer une histoire sociale, attentive à la manière dont les individus confrontés à ces problèmes tentent de les prendre en charge en s’adressant à divers interlocuteurs (du médecin au prêtre, en passant par l’inventeur, le pharmacien, le charlatan, le juriste ou encore le psychanalyste).

Ce carnet aura pour objectif de rendre compte de mes avancées, de mes interrogations méthodologiques, de mes premiers résultats. Mais il sera aussi constitué d’un ensemble d’excursus par rapport à l’objet de ma thèse, de petits à-côtés portant plus largement sur l’histoire des sexualités, comme des analyses de sources trouvées au gré des dépouillements, ou des réflexions sur des thématiques connexes (contraception, pratiques sexuelles, éducation sexuelle, normes religieuses et/ou médicales pesant sur la sexualité, littérature de conseils conjugaux, etc.)

Il se veut donc un espace d’écriture sérieuse, mais plus libre que les autres formes de publications universitaires, idéalement destiné à un large public 🙂