Négocier les normes chrétiennes de la conjugalité : les stratégies discursives des correspondant-e-s de Viollet

Dans le cadre de ma thèse, j’ai consulté au CNAEF la correspondance de l’abbé Viollet, dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises (dans cet article sur les liens de l’Église avec la contraception naturelle, ou dans celui-ci sur l’éducation sexuelle dans l’entre-deux-guerres). Elle comprend plus de trois cents lettres, dont les principales thématiques ont été passées en revue par Martine Sevegrand dans son ouvrage1. Toutefois, l’ouvrage ne s’attarde guère sur les stratégies discursives déployées par les correspondant-e-s de Viollet lorsqu’elles et ils lui écrivent.

Dans le cadre du séminaire Archives et intimités, le rôle des émotions dans l’approche des archives est l’objet de nombreuses discussions (Caroline Muller nous en avait parlé lors de son intervention, dont le compte-rendu est disponible ici). La fécondité potentielle du sentiment de lassitude de l’historien-ne face à son corpus a notamment été évoquée : la lassitude produite par la mise en série d’ego-documents a priori irréductibles les uns aux autres rend plus flagrantes les répétitions et les similitudes entre des lettres écrites par des personnes en apparence très différentes.
Ces effets de redite peuvent permettre de documenter une histoire de la correspondance épistolaire et des modes d’écriture de soi ; mais ils permettent aussi de mettre au jour les stratégies discursives employées par plusieurs correspondant-e-s de l’abbé Viollet dans le cadre de leurs lettres. Il peut s’agir de stratégies visant tout simplement à obtenir une réponse de l’abbé, dont ses correspondant-e-s savent qu’il est très occupé et qu’il reçoit beaucoup de courriers. Mais il s’agit parfois de stratégies plus complexes, entrant dans le cadre d’une tentative de négociation avec l’abbé : il est perçu par ses correspondant-e-s comme une référence en matière de morale chrétienne conjugale et familiale, et certain-e-s tentent de négocier auprès de lui une marge de manœuvre plus importante que celle prescrite par d’autres autorités religieuses (comme le Pape, par exemple) en matière de comportements sexuels ou contraceptifs, par exemple.

« Je lis vos revues depuis pas mal d’années… »

Les correspondant-e-s de Viollet souhaitent d’abord assurer à l’abbé qu’ils sont des lecteurs et lectrices assidu-e-s des différentes revues publiées par l’Association du Mariage Chrétien. Une correspondante anonyme écrit ainsi dans une lettre de 1930 : « Je lis avec intérêt depuis dix-huit mois le bulletin de l’AMC destiné aux parents »2. Un homme âgé de 23 ans écrit en 1935 qu’il est « abonné depuis quelques années déjà à la revue Pour les jeunes gens de l’A.M.C. », et qu’il a « toujours lu avec infiniment de plaisir [les] conseils et [les] directives pour la préparation du mariage chrétien »3.
Même lorsque les correspondant-e-s de l’abbé ne sont pas abonné-e-s aux publications de l’A.M.C., il leur semble important de se présenter comme des lecteur-trice-s régulier-ère-s : Mme J. T., vivant à Morez-du-Jura, débute ainsi sa lettre du 11/02/1930 : « Vos revues que j’ai l’occasion de lire, une de mes sœurs étant abonnée… »4. Mme J. D., qui s’adresse à l’abbé depuis Saverne (Bas-Rhin) en 1938, semble presque s’excuser de ne pas être abonnée à l’une des revues : « Quoique n’étant pas abonnée à votre revue Pour les parents, je l’ai lue plusieurs fois avec un très vif intérêt »5.
D’autres correspondant-e-s mentionnent leur présence à l’une des conférences que donne l’abbé dans toute la France, à l’instar de M. T. B., de Lille, qui écrit en 1929 : « Ayant eu le bonheur d’assister à vos récentes conférences dans la cité, […] qui m’ont intéressé au plus haut degré […] »6.
Certain-e-s vont même jusqu’à insister sur leur rôle de diffuseur-e-s de la bonne parole de l’A.M.C., et à se mettre en scène comme relais de la morale conjugale et familiale qu’elle promeut : Mme. C. S.-M., vivant à Siracourt (Pas-de-Calais), écrit en 1933 qu’elle a « passé [la brochure de l’A.M.C.] à quelques personnes »7. Un habitant de Marseille écrit en 1929 : « nous nous faisons un plaisir de faire lire ces brochures à nos amis pour leur inspirer les meilleurs sentiments »8.
Par ces mentions, il s’agit pour ces hommes et ces femmes de justifier leur démarche d’écriture par la lecture des publications de l’abbé, mais aussi de créer une forme de proximité avec lui, tout en l’assurant du fait qu’ils et elles sont des bon-ne-s chrétien-ne-s et partagent la vision de la famille, du couple et de l’éducation des enfants prônée par l’A.M.C. On peut aussi voir ces références aux revues de l’A.M.C. comme autant de tentatives de flatter l’abbé et de le mettre dans de bonnes dispositions vis-à-vis des requêtes qui vont suivre : les correspondant-e-s sont en effet souvent très laudatif-ve-s à leur égard, à l’instar de M. A., habitant à Quéaux (Vienne), qui écrit en 1930 : « Je lis avec beaucoup d’intérêt votre bulletin « aux Parents » et j’y ai souvent trouvé d’utiles conseils pour l’éducation de mes enfants »9, ou encore de Mme C. S.-M., qui écrit de Siracourt (Pas-de-Calais) en 1933 que c’est toujours « avec plaisir » qu’elle reçoit les brochures de l’A.M.C.10. Mais mentionner les revues – et le fait qu’elles n’y aient pas trouvé réponse à leur interrogation – est aussi un moyen détourné pour ces personnes d’affirmer l’originalité du cas de conscience qui se pose à eux, ou la singularité de leur situation, et de justifier ainsi la demande qu’elles font d’une réponse spécifique de la part de l’abbé.

« Permettez-nous de joindre à cette lettre une modeste offrande… »

D’autres optent pour une stratégie plus offensive pour s’assurer d’obtenir une réponse de l’abbé, en jouant sur la logique du don/contre-don. Mme J. D., de Saverne (Bas-Rhin), indique dans sa lettre qu’elle envoie également « par mandat une modeste somme » pour les œuvres de l’abbé11. M. R. B., de Rennes, écrit à l’abbé en 1938 car « dans l’accomplissement de l’acte du mariage [sa] femme n’éprouve aucune sensation », et qu’« il faut pour que cela soit une excitation prolongée avec la langue à la partie supérieure du vagin ». « L’acte du mariage est ensuite accompli par [lui] totalement », mais il se demande dans quelle mesure cette pratique est autorisée par l’Église. Il termine sa lettre en écrivant : « Permettez-moi de joindre à cette lettre une modeste offrande pour vous aider un peu au développement de votre magnifique association et dans l’attente de votre bonne réponse nous vous prions d’agréer l’expression de nos meilleurs sentiments »12. L’offrande vise donc à pousser l’abbé à apporter une réponse au couple, et, dans l’idéal, une réponse positive, qui leur permette de continuer leurs pratiques.
Si certain-e-s insistent sur les offrandes qu’ils et elles font, c’est qu’il semble que des lettres soient parfois restées sans réponse. Une sage-femme de Toul écrit à Viollet le 21 janvier 1930 à propos de deux personnes souhaitant se marier malgré l’impuissance de l’époux. Elle débute sa lettre en expliquant que son courrier du 9 est resté sans réponse. Elle écrit plus loin : « Dans ma dernière lettre, je vous mettais 10 francs pour Notre Dame de Nazareth, je vous renouvelle mon offrande, afin que Notre-Dame et Saint Joseph obtiennent une heureuse terminaison à cette épreuve »13. L’offrande religieuse peut donc être utilisée comme un discret moyen de pression pour obtenir une réponse de l’abbé.
Certain-e-s correspondant-e-s poussent jusqu’au bout cette logique de marchandisation de l’échange épistolaire : en 1936, une veuve résidant à Busigny (Nord) écrit dans sa lettre : « Voici d’ailleurs le détail du C[hèque] postal 1507 56 du montant de 28,30 francs : Votre brochure [La loi chrétienne du mariage] 3,30 francs, Pour les parents et les éducateurs 10 francs, Union de Nazareth 5 francs et un supplément de 10 francs à votre libre disposition, en vous demandant une réponse à cette lettre »14. En 1936, une assistante sociale vosgienne consultant l’abbé à propos d’un paroissien masturbateur qui s’est confié à elle, termine sa lettre en écrivant : « Et je vous demande avec la même simplicité de me dire de combien je vous serais redevable pour cette consultation que je solderai par retour du courrier. »15 L’avis de l’abbé sur ce cas de conscience est assimilé par l’assistante sociale à une consultation médicale, c’est-à-dire à un service rétribué.

« Nous avons quatre enfants et en attendons un cinquième »

Un autre trait récurrent des lettres reçues par l’abbé Viollet est le fait que les hommes et femmes qui lui écrivent se présentent comme des époux et comme des pères et mères de famille : une correspondante anonyme de 1930 se présente comme « une abonnée, mère de plusieurs enfants »16. M. R. B., vivant à Rennes, précise en 1938 : « Nous avons quatre enfants et en attendons un cinquième »17. Il s’agit pour les correspondant-e-s de Viollet de mettre en avant leur vie familiale comme gage de bonne moralité et de respect des lois chrétiennes du mariage. M. R. B., on l’a vu tout à l’heure, écrit à l’abbé pour savoir si la loi chrétienne l’autorise à pratiquer, avant le coït, un cunnilingus sur son épouse : préciser qu’il a quatre enfants lui permet de souligner qu’il n’oublie pas que le mariage doit mener à la procréation. Mme R. M., vivant à Belfort, écrit en 1937 à l’abbé pour savoir si son mari et elle ont le droit de faire l’amour « couchés face à face » (sur le côté, ce qui lui procure davantage de plaisir que la position usuelle), car elle craint que ce soit un « acte frauduleux ». Elle s’empresse de préciser « j’ai cinq enfants, l’aîné a dix ans, la dernière trois, et depuis sa naissance j’ai encore fait une fausse couche » : il s’agit pour elle de se présenter en bonne chrétienne, et de montrer à l’abbé qu’elle n’a pas pour habitude de frauder18.
Cette mise en scène de la famille nombreuse répond souvent à une nécessité bien particulière. Nombre des personnes qui écrivent au directeur de l’Association du Mariage Chrétien le font en effet pour aborder la question de la limitation des naissances et de sa licéité. Après la publication de l’encyclique Casti connubii par le pape Pie XI en 1931, qui réaffirme l’interdiction de la fraude conjugale, de nombreux couples se révoltent contre la sévérité de la loi catholique, et tentent de négocier, auprès de l’abbé Viollet, une permissivité plus grande vis-à-vis de la contraception. Dans cette configuration, la mention d’une famille nombreuse sert à signifier que le devoir de procréation lié au mariage a été accompli : il s’agit d’un argument dans la balance pour obtenir l’indulgence de l’abbé et sa bénédiction pour limiter les naissances, par la continence périodique par exemple. En 1938, Mme R.-G., une ouvrière de 30 ans, a bien soin de se présenter comme une « mère de famille » de quatre enfants avant d’avouer à l’abbé qu’elle pratique avec son époux le coït interrompu et qu’elle aimerait des informations sur la méthode Ogino19. De même, un ingénieur parisien de 53 ans écrit en 1949 à l’abbé Viollet une lettre protestant contre l’intransigeance de l’Église à l’égard du contrôle des naissances, et il précise bien qu’il a « sept enfants »20. J. A., un homme vivant à Lunéville, commence lui aussi sa lettre de juin 1938 en écrivant : « Mariés depuis douze ans, ayant trois enfants », avant d’embrayer sur sa volonté de pratiquer le contrôle des naissances au sein de son couple21.

Jouer avec le contexte : guerre et sexualité

Nombre de couples mettaient en avant une situation économique difficile pour justifier leur volonté de ne pas avoir d’enfants supplémentaires, mais la Seconde Guerre mondiale renforce cet argument. Un ingénieur vosgien, lieutenant du 305e régiment d’artillerie, marié depuis 9 ans et père de 4 enfants, écrit en 1939 à l’abbé Viollet : « étant donné la gravité des temps actuels nous ne pouvons nous permettre d’envisager l’éventualité d’une cinquième naissance alors que ma vie est en danger et que ma femme ne pourrait que très difficilement subvenir aux besoins de ses 4 premiers enfants sans le salaire du père ». Le risque que l’époux meure au combat et laisse sa femme sans ressources justifie donc d’avoir recours à un moyen de limitation des naissances – même si l’ingénieur assure à l’abbé Viollet qu’ils « ne désir[ent] nullement limiter le nombre de [leurs] enfants puisque même depuis [leurs] fiançailles [ils] envisag[ent] d’avoir 6 enfants ou même plus si Dieu les [leur] accorde ». Il explique qu’auparavant sa femme et lui ont « toujours pratiqué une continence complète » entre les naissances de leurs enfants. Mais depuis le dernier, et parce que cette continence était « bien dure par moments pour [leurs] deux corps pleins de vie et de jeunesse, pour [leur] bonheur conjugal et familial », ils ont opté pour la méthode Ogino, et n’ont des rapports sexuels « qu’aux moments inféconds ». Seulement, la mobilisation de l’époux perturbe leur organisation, puisque ses permissions pendant la période de guerre peuvent « ne pas correspondre aux moments d’infécondité ». L’ingénieur demande donc à l’abbé Viollet s’il n’est « vraiment pas possible à l’épouse, après un rapport conjugal, d’éviter une grossesse par la pratique d’une toilette intime appropriée (injections) ou par un autre moyen ». La guerre et la séparation des corps qu’elle occasionne permet donc à l’époux de tenter une remise en cause de la méthode Ogino, seule méthode tolérée par l’Église, et dont il affirme au passage qu’elle n’est « pas absolument garantie »22.
Une autre lettre adressée depuis Braine-sur-Vesle (Aisne) à l’abbé en 1939 par une femme mariée ayant deux enfants est éclairante sur cette capacité qu’ont les acteurs à se saisir de la guerre comme occasion de renégocier les normes pesant sur la sexualité conjugale. Son époux a été mobilisé dès le début de la guerre, et elle a dû partir d’Orléans, pour, se « réfugier, avec [s]es enfants, à la campagne chez une tante de [s]on mari ». Elle explique à l’abbé que son mari et elle vivaient « dans la continence » à cause de leur « petite situation », mais que son époux lui a fait savoir « qu’il sera fou de joie le jour où il pourra revenir et retrouver sa femme » ; « et vous comprenez ce qu’il en résultera ! », complète-t-elle. Elle cite une lettre que son mari lui a adressée : « Je t’entends dire d’ici : “Et si je suis enceinte alors ?” Et je te répondrai : “C’est que le Bon Dieu l’aura voulu, et donc, Il nous bénira”. »
Mais l’épouse ne semble guère convaincue par cet espoir en la Providence, et elle déploie à l’abbé tout un argumentaire. Elle a d’abord recours à l’argument économique : « si le Bon Dieu ne me rendait pas mon mari que ferais-je avec trois petits, n’ayant guère de ressources et aucun métier en mains ! ». Ensuite vient le fait que la guerre l’a poussée à vivre loin de chez elle, chez une parente, qui ne serait « guère réjouie à la perspective d’une naissance », car elle l’a déjà accueillie « avec deux petits bambins de 3 ans et 11 mois, très bruillants (sic) et turbulents » ; elle serait « bien ennuyée de devoir lui annoncer qu’un troisième est en route ». Le dernier argument est plus original : elle ne voudrait pas avoir d’enfant à Braine-sur-Vesle car « il n’y a dans ce petit pays qu’un vieux docteur qui ne serait plus à la hauteur »23.

Convaincre l’abbé pour convaincre l’époux

Il s’agit, par cette accumulation de raisons, de convaincre l’abbé qu’il vaudrait mieux ne pas s’exposer à une nouvelle grossesse. Lectrice assidue des revues de l’A.M.C., elle sait que l’usage d’un moyen de contraception n’est pas envisageable, et que la réponse de l’abbé ne pourra être que de se soumettre à la demande de l’époux (et donc, d’accepter l’éventualité d’une grossesse), ou bien de s’en tenir à la continence sexuelle. Ses arguments visent donc à faire pencher l’abbé du côté de cette dernière solution. Il s’agit donc moins ici de négocier avec la norme chrétienne en matière de sexualité que d’utiliser celle-ci comme argument dans le cadre d’un bras-de-fer avec l’époux : le recours à la morale religieuse est ici instrumentalisé par l’épouse dans le cadre d’une dissension intime.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Négocier les normes chrétiennes de la conjugalité : les stratégies discursives des correspondant-e-s de Viollet", publié sur Sexcursus le 19/08/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/99.

  1. Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres. Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924-1943), Paris, Albin Michel, 1996. []
  2. CNAEF, 1CO87 []
  3. CNAEF, 1CO88 []
  4. CNAEF, 1CO87 []
  5. CNAEF, 1CO90 []
  6. CNAEF, 1CO87 []
  7. CNAEF, 1CO88 []
  8. CNAEF, 1CO87 []
  9. CNAEF, 1CO87 []
  10. CNAEF, 1CO88 []
  11. CNAEF, 1CO90 []
  12. CNAEF, 1CO90 []
  13. CNAEF, 1CO87 []
  14. CNAEF, 1CO121 []
  15. CNAEF, 1CO90 []
  16. CNAEF, 1CO87 []
  17. CNAEF, 1CO90 []
  18. CNAEF, 1CO90 []
  19. CNAEF, 1CO90 []
  20. CNAEF, 1CO90 []
  21. CNAEF, 1CO90 []
  22. CNAEF, 1CO90 []
  23. CNAEF, 1CO90 []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.