Des fraudes fécondes ? À propos des observations du Dr Bergeret (3/3 : représentations de la sexualité)

Voici la troisième et dernière partie de cette série de billets consacrée à l’ouvrage du docteur Bergeret, Des Fraudes dans l’accomplissement des fonctions génératrices (1868)1. J’ai déjà exposé, dans un premier billet, son intérêt pour une histoire des relations médecin-patient·e·s, puis dans un deuxième, sa richesse pour une histoire des pratiques sexuelles et anticonceptionnelles. Je voudrais à présent évoquer la manière dont cette source peut nourrir une histoire des représentations de la sexualité, tant médicales que profanes. Les descriptions auxquelles se livre Bergeret dans ses observations, loin d’être neutres, sont enchâssées dans un dispositif argumentatif particulier (elles sont autant de preuves apportées en soutien à sa thèse sur le caractère néfaste des fraudes sexuelles sur la santé des individus) ; elles portent également la marque de ses propres représentations. Elles constituent donc une porte d’entrée privilégiée sur les conceptions de la sexualité d’un médecin du XIXe siècle.

Les mille dangers des fraudes

La thèse principale de Bergeret est l’idée que les “fraudes”, c’est-à-dire toutes les pratiques sexuelles qui rendent l’acte sexuel infécond, sont à l’origine de problèmes de santé chez les individus qui s’y livrent. D’après lui, l’interruption du coït avant l’éjaculation peut ainsi provoquer chez les hommes des urétrites, des maladies de la prostate ou encore l’impuissance génitale, mais également tout un ensemble de problèmes nerveux, circulatoires ou digestifs. Les conséquences seraient également dramatiques pour les femmes : accidents nerveux, métrites, cancers de l’utérus, pathologies ovariennes ou encore stérilité définitive. Cette théorie s’explique par la croyance ancienne que le sperme aurait un effet bénéfique sur l’utérus féminin et serait nécessaire à la bonne santé des femmes. Ces théories persistent jusque dans l’entre-deux-guerres au moins, où elles se reconfigurent avec la découverte des hormones sexuelles. En 1930, le Dr Jacques Sédillot publie ainsi un texte intitulé L’Imprégnation spermatique nécessaire de la femme. Le danger des fraudes anticonceptionnelles2”, dans lequel il explique que l’imprégnation spermatique est nécessaire au bon fonctionnement de la fonction ovarienne, et que le coït interrompu, l’utilisation de préservatifs ou bien les injections vaginales après les rapports sexuels peuvent donc entraîner des problèmes de santé chez les femmes.

Pour comprendre ces théories, il faut se replacer dans le contexte où ces ouvrages ont été écrits. Au XIXe siècle, bon nombre d’observateurs commencent à juger la situation démographique française préoccupante. Depuis la fin du XVIIIe siècle, on observe en effet en France une baisse du taux de natalité qui inquiète les pouvoirs publics et les médecins. C’est d’ailleurs ce qui motive Bergeret à écrire son ouvrage :

“On entend dire de tous côtés que les mariages sont moins féconds, que l’accroissement de la population ne suit plus la même progression. Je crois qu’il faut l’attribuer, en grande partie, aux fraudes génésiques.”

Louis-François-Étienne Bergeret, Des Fraudes dans l’accomplissement des fonctions génératrices. Dangers et inconvénients pour les individus, la famille et la société, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1870 [3ème édition ; 1ère éd. 1868], p.1-2.

Cette obsession démographique des médecins se renforce encore après la défaite face à la Prusse en 1870, qui est attribuée par les commentateurs à l’écart entre les dynamismes démographiques des deux pays. L’ouvrage de Bergeret s’inscrit donc dans une longue série d’ouvrages médicaux qui entendent expliquer la dénatalité française, mais aussi y remédier. Nombreux sont ceux qui, à sa suite, accusent alors les “fraudes sexuelles” d’être responsables de cette natalité en berne, à l’instar du Dr Surbled, auteur en 1909 d’un ouvrage intitulé Le Vice Conjugal3.

L’insistance des effets délétères de ces “fraudes” sur la santé des individus s’explique donc avant tout par les préoccupations natalistes de ces médecins : plus que les individus eux-mêmes, c’est le corps social qu’il s’agit de soigner (Bergeret l’indique d’ailleurs dans le sous-titre de son livre : il s’intéresse aux individus, mais aussi à “la famille” et à “la société”). Les ambitions natalistes des médecins les conduisent donc à formuler des thèses sur la nocivité des pratiques anticonceptionnelles, et à les étayer par divers raisonnements médicaux. Au risque de se trouver bien ennuyés lorsqu’il s’agit d’expliquer que des religieuses, qui n’ont jamais eu aucun rapport sexuel, soient malgré tout en parfaite santé ! Ce faisant, les médecins renforcent la norme d’une sexualité conjugale tournée vers la procréation : si les individus ne sont pas convaincus de renoncer à ces pratiques pour le salut de la patrie, peut-être le seront-ils davantage par souci de leur propre santé…

Pas trop ardemment…

Si les rapports sexuels sont pensés par la plupart des médecins comme essentiels à la bonne santé des individus (à la condition qu’ils soient complets, comme on l’a vu), il ne faudrait pas non plus en abuser… Chez Bergeret, il y a en effet une forte condamnation morale du désir sexuel excessif. Il insiste ainsi dans ses observations sur la libido de ses patient·e·s pour la dénoncer : “elle avait mené une vie fort galante4”, “jeune homme […] très-ardent par tempérament5” ; “jeune fille au tempérament passionné […] extrêmement libidineuse ((Observation 79, p.110-112.))”, etc. On note que le médecin est encore nettement influencé par les théories humorales anciennes, puisqu’il mobilise beaucoup la notion de “tempérament” pour expliquer le comportement sexuel de ses patient·e·s. D’après cette théorie, un désir sexuel important est le fruit d’un tempérament “ardent”, que l’on peut retrouver aussi bien chez les femmes que chez les hommes. Toutefois, on voit poindre dans ses écrits une pathologisation du désir sexuel féminin : il précise par exemple que le tempérament passionné de la jeune fille évoquée plus haut “touche presque à la nymphomanie6”. On voit là l’influence de nouvelles représentations médicales, qui tendent à naturaliser la frigidité féminine et à faire du désir sexuel l’apanage des hommes7.

… ni trop fréquemment !

Le médecin dénonce aussi les époux qui se livrent “trop fréquemment” aux plaisirs. La fréquence des rapports est en effet très souvent mentionnée dans ses observations comme un facteur aggravant des fraudes : une fille galante atteinte d’un kyste ovarique le doit selon lui à des “coïts fréquents, toujours accompagnés d’artifices frauduleux8” ; la stérilité d’une “belle brune de 24 ans” est imputée à des “coïts très-fréquents, avec fraudes” au début de son mariage9. Il va même jusqu’à donner des exemples de fréquences qu’il juge beaucoup trop excessives : “le mari voyait encore sa femme habituellement deux ou trois fois dans les vingt-quatre heures10” ; “dix à douze fois dans les vingt-quatre heures11”. Sa condamnation des rapports sexuels fréquents est telle que certaines de ses observations ne mentionnent aucune fraude et reposent simplement sur le constat d’une activité sexuelle importante : les seuls facteurs explicatifs mis en avant par Bergeret à propos d’un homme de 56 ans victime d’une attaque d’apoplexie pendant un rapport sexuel sont son tempérament “fort libertin” et ses “inclinations perverses12. La sexualité est donc encouragée au sein du couple, mais à condition qu’elle ne détourne pas l’acte sexuel de ses fins procréatives, et qu’elle reste mesurée ; tout excès des désirs ou des plaisirs est vu comme une menace pour la santé.

Hors du coït vaginal, point de salut !

Les études de cas rapportées par le docteur Bergeret révèlent également la centralité du coït vaginal dans les représentations de la sexualité. Puisqu’il définit les fraudes comme toutes les pratiques détournant l’acte sexuel de ses fins procréatives, il est amené à évoquer, outre l’utilisation de contraceptifs ou le recours au coït interrompu, les pratiques sexuelles qui s’écartent de cette norme. Sa condamnation morale de ces pratiques transparaît nettement dans ses récits : lorsqu’il rapporte qu’un époux masturbe sa femme et se fait masturber en retour, il assimile cette pratique à un “ignoble service ((Observation 112, p. 156.))” ; il évoque les “instincts immondes” d’un autre homme qui se livre à la masturbation devant son épouse13. Il dénonce également comme une “funeste habitude” la pratique du cunnilingus14. Mais c’est la sodomie qui provoque chez lui la plus grande indignation : il rapporte quatre cas de patientes subissant ces “pratiques hideuses ((Observation 116, p. 164-165.))”. Il est intéressant de constater que les portraits des hommes qui se livrent à de telles pratiques sont bien plus détaillés que dans les autres observations. Un homme dont l’épouse consulte pour une fissure à l’anus est ainsi décrit comme “un vrai satyre ((Observation 118, p.166-167.))” ; un autre, âgé de 30 ans et qui pratique avec son épouse la sodomie pour éviter d’avoir des enfants, a une “figure abjecte, bestiale” et des “instincts […] plus bas que ceux de la brute” ; Bergeret affirme en outre que c’est “un paresseux” qui peut “à peine suffire à sa propre subsistance par son travail15. L’époux masturbateur est décrit comme “un homme à figure ignoble, qui ne doit avoir que les instincts de la brute16” ; un autre fraudeur est dépeint en “vieillard débauché“, “vrai pourceau d’Épicure” à “la figure abjecte“, qui fait endurer à son épouse “toutes sortes de souillures17. Ces multiples références à la bestialité témoignent d’un glissement de la dénonciation des conséquences sanitaires de ces pratiques vers une condamnation purement morale, qui dit en creux l’importance de la norme du coït vaginal.

Du médecin aux patient·e·s : une influence modérée

Si l’ouvrage de Bergeret en dit long sur ses représentations du désir et de la sexualité, les récits qu’il fait des consultations avec ses patient·e·s nous renseignent également sur les imaginaires sexuels de ces individus. On peut alors mesurer la perméabilité des représentations individuelles aux normes forgées par le discours médicales… mais aussi constater, dans certains cas, la permanence de croyances populaires qui résistent à l’influence du médecin.

La première chose que l’on constate à la lecture de ces observations, c’est que les individus semblent avoir intégré à leur schéma de représentations le lien entre fraudes sexuelles et problèmes de santé. Une femme de 32 ans qui consulte pour des ménorragies (des saignements intermittents en dehors de la période des règles) “convient qu’elle a un amant très-passionné, habile fraudeur, qui l’échauffe beaucoup“, et que “ses pertes sont venues à la suite d’approches trop fréquentes et trop vives18. Une autre, âgée de 22 ans et mariée depuis 5 mois, consulte pour une hématocèle (une tumeur formée par une accumulation de sang), qu’elle “attribue positivement à l’excitation et à la fatigue causée par les approches trop répétées et frauduleuses de son mari ((Observation 26, p. 41.))”. Un homme de 42 ans consultant pour une névropathie considère également que ses problèmes de santé ont été causés par ses pratiques sexuelles : “comme il le dit lui-même, il s’est gâté les nerfs” parce que “dans les rapports sexuels, il aimait beaucoup mieux les prodromes que la conclusion19. C’est bien entendu dans l’intérêt de Bergeret d’affirmer que les individus qu’il soigne sont d’accord avec ses théories et accusent d’eux-mêmes les fraudes sexuelles auxquelles ils se livrent. Il semble toutefois que ces témoignages soient bien réels, puisque le docteur a à cœur de souligner régulièrement que cette association a été faite de manière spontanée par ses patients : “il m’a dit spontanément, sans que je lui en eusse posé la question que ce qui lui avait le plus agacé les nerfs, c’était la nécessité où il avait été de frauder avec la plupart de ses maîtresses ((Observation 71, p.98-100.))”. La croyance selon laquelle les fraudes sexuelles conduisent à divers problèmes de santé semble donc assez répandue au-delà du milieu médical. Il ne faut pas négliger, toutefois, les stratégies discursives des individus dans leur interaction avec le praticien : il est tout à fait possible que certains d’entre eux aient cherché à faire plaisir au médecin et lui aient dit ce qu’il voulait entendre…

Si les discours médicaux sur les fraudes conjugales semblent donc avoir un impact réel sur les représentations des individus, certaines observations témoignent aussi de la prégnance de croyances à propos de la procréation qui ont pourtant été discréditées par la médecine de l’époque. Bergeret rapporte ainsi le cas d’une fille de 27 ans qui s’étonne d’être enceinte :

“Elle est fort étonnée quand je lui annonce qu’elle est grosse ; elle proteste avec énergie, par la triple raison qu’elle n’a rien éprouvé, qu’elle n’a pas d’amitié pour l’homme qu’elle a vu, qu’il n’a eu de relations avec elle que debout.”

Observation 56, p. 72.

Son étonnement révèle en creux ses croyances sur la procréation : elle pense qu’on ne peut pas tomber enceinte si l’on n’a ressenti aucun plaisir pendant l’acte, si l’on n’éprouve pas de sentiments pour le partenaire sexuel, et si le rapport sexuel a eu lieu dans la position debout. D’autres récits témoignent du fait que ces croyances, loin d’être isolées, semblent répandues dans la population. Une autre femme, âgée de 44 ans et veuve depuis 12 ans, ne comprend pas comment elle peut être tombée enceinte alors qu’elle n’a eu des relations que “debout20” ; une autre jeune femme “fait tous ses efforts pour être indifférente [aux caresses de son mari] dans la pensée qu’elle peut s’épargner ainsi une nouvelle grossesse21”. Cette idée selon laquelle “une femme ne peut concevoir qu’en éprouvant, dans ses rapports avec son mari, des sensations plus ou moins vives”, n’est guère étonnante : c’est seulement dans les années 1830-1840 que le caractère spontané de l’ovulation (qui clôt définitivement les débats sur le rôle du plaisir féminin dans la procréation) est découvert par les médecins22. Une autre conséquence de la méconnaissance du mécanisme de la fécondation et du cycle féminin est la croyance qu’ont beaucoup d’ “hommes fraudeurs” qu’ils peuvent “impunément avoir des rapports complets durant les règles23” : c’est seulement dans les années 1930 que les travaux de Kyusaku Ogino et Hermann Knaus éclairent le fonctionnement du cycle menstruel – et mettent au point la méthode dont je vous ai déjà parlé dans ce billet sur les origines de la contraception “naturelle”). L’ouvrage de Bergeret lui-même entretient la confusion, puisqu’il dénoncer comme une croyance erronée le fait qu’un rapport durant les menstrues ne puisse pas être fécondant… mais qu’il considère comme une fraude indirecte le fait d’avoir des rapports sexuels pendant les règles.


À travers ces observations médicales, c’est donc tout le système de représentations et de normes sexuelles d’un médecin du XIXe siècle qui apparaît, mais aussi les représentations de la sexualité et de la procréation d’hommes et de femmes de cette époque. À cet égard, les observations nous disent tout à la fois l’influence des conceptions médicales sur les représentations profanes, mais aussi la persistance de certaines croyances malgré l’évolution des théories scientifiques. Elles nous révèlent aussi l’échec partiel des tentatives médicales à réguler les sexualités : si les patient·e·s semblent avoir intégré certaines représentations concernant les dangers des fraudes sexuelles, leurs pratiques intimes résistent malgré tout aux injonctions médicales.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Des fraudes fécondes ? À propos des observations du Dr Bergeret (3/3 : représentations de la sexualité)", publié sur Sexcursus le 09/07/2021. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/900.

  1. Louis-François-Étienne Bergeret, Des Fraudes dans l’accomplissement des fonctions génératrices. Dangers et inconvénients pour les individus, la famille et la société, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1870 [3ème édition ; 1ère éd. 1868]. []
  2. Jacques Sédillot, L’Imprégnation spermatique nécessaire de la femme. Le danger des fraudes anticonceptionnelles, Tours, 1935. []
  3. Georges Surbled, Le Vice conjugal, Paris, A. Maloine, 1909. []
  4. Observation 80, p.112-113. []
  5. Observation 82, p. 114. []
  6. Observation 79, p.110-112. []
  7. Peter Cryle et Alison Moore, Frigidity. An Intellectual History, New York, Palgrave Macmillan, 2011. []
  8. Observation 50, p. 65-66. []
  9. Observation 53, p. 68. []
  10. Observation 10, p.23-24. []
  11. Observation 68, p.91-93 []
  12. Observation 77, p. 109. []
  13. Observation 74, p.104-105 []
  14. Observation 113, p. 153-154. []
  15. Observation 116, p. 164-165. []
  16. Observation 74, p.104-105. []
  17. Observation 75, p.105-106. []
  18. Observation 24, p.38-39. []
  19. Observation 72, p. 100-101. []
  20. Observation 57, p.73-75. []
  21. Observation 120, p. 169-170. []
  22. Anne Carol, “Esquisse d’une topographie des organes génitaux féminins : grandeur et décadence des trompes (XVIIe-XIXe siècles)“, Clio. Histoire, femmes et sociétés, n°17, 2003, p.203-230. []
  23. Op. cit., p. 145. []

Auteur/autrice : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.