Comme des bêtes ? L’éducation sexuelle dans l’entre-deux guerres

Couverture de l'ouvrage "Les belles découvertes de Pierre et de Véronique

Si la majorité des lettres destinées à l’abbé Viollet ont pour sujet la limitation des naissances, certaines portent sur la question de l’éducation sexuelle à donner aux enfants, et témoignent des interrogations des parents chrétiens à ce sujet. J’en ai sélectionné une1 comme prétexte pour aborder la question de l’histoire de l’éducation sexuelle, encore assez peu défrichée pour le cas français2. Les questions que cette lettre aborde me semblent en effet idéales pour évoquer cette histoire.

Genre et éducation sexuelle

Mme R. se présente comme mère de cinq enfants : « Marie 10 ans, Jeanne 9 ans, Bernadette 7 ans, Michel 4 ans et Cécile 2 ans ». Elle précise que « les questions de ces deux derniers ne sont pas encore bien embarrassantes », et que c’est celles des trois plus grandes qui la gênent. Toutefois, l’âge n’est pas le seul critère important ; si elle est si « embarrassée », c’est aussi parce qu’il s’agit de filles. Un double standard genré très net existe en matière d’apprentissage de la sexualité, et celui-ci plonge ses racines au moins dans le premier XIXe siècle. Tandis que le modèle masculin est celui d’une initiation très libre, souvent dans un cadre prostitutionnel, pour les jeunes filles, le modèle de l’innocence virginale prévaut. Les jeunes bourgeoises sont éduquées en milieu clos, qu’il s’agisse de la sphère domestique, du couvent, ou plus tard de la pension, comme c’est le cas pour les filles de Mme R. Les jeunes filles font l’objet d’une surveillance perpétuelle : leurs lectures, leurs sorties, leurs fréquentations sont étroitement contrôlées, car on considère à l’époque que l’ignorance est le meilleur garant de la pureté et de l’innocence, et l’on fait tout pour y maintenir les jeunes filles jusqu’à leur mariage.

Une éducation nécessaire

Toutefois, cette pédagogie de l’ignorance est remise en cause à partir de la IIIe République. La défaite de 1870, attribuée à une dégénérescence du peuple français, ainsi que la montée en puissance des maladies vénériennes, pousse le gouvernement à agir. Naissent alors dans les écoles d’enseignement secondaire des cours de morale laïque visant à « combattre la sensualité, la gloutonnerie et la paresse » chez les jeunes gens3. Pour les jeunes filles, le modèle de « l’oie blanche » est de plus en plus décrié par de nombreux romanciers, médecins ou observateurs sociaux : outre que l’ignorance féminine favorise la diffusion des maladies vénériennes au sein des familles, elle occasionne de nombreux traumatismes à l’occasion de la nuit de noces, qui peuvent mettre durablement en péril le couple. La lettre de Mme R. fait écho au discrédit de ce modèle ancien, en évoquant le « temps des “marchands d’enfants ou des choux” » et en qualifiant ces métaphores de « balivernes qui ne servaient qu’à troubler les consciences ».
Les temps changent progressivement, et on voit apparaître, au début du XXe siècle, des conférences, des brochures informatives et des manuels d’instructions à l’usage des parents, puis des jeunes gens eux-mêmes4. Après-guerre, l’État français tente de faire entrer l’éducation sexuelle à l’école : le Ministère de l’Instruction Publique lance en 1922 une enquête sur cette question auprès des professeurs.

L’Église et l’éducation sexuelle

Cette volonté crée des remous dans le monde catholique, et l’Association du Mariage Chrétien, dont Jean Viollet est le directeur, se positionne contre cette initiative. Cela ne veut pas dire pour autant que l’Église s’oppose frontalement à toute éducation sexuelle en elle-même ; c’est plutôt l’initiative étatique que critique l’abbé. L’A.M.C. reconnaît la nécessité d’une éducation sur ces questions : en 1929, dans L’Église et l’éducation sexuelle, le chanoine Verdier écrit que « la tactique du silence érigée en système ou voulue comme principe est une tactique dangereuse et manifestement nuisible à l’intérêt de l’enfant et à celui de la société », et que « les initiations claires, faites avec tout le tact voulu, doivent être regardées comme obligatoires »5. Mais pour le monde catholique, c’est aux parents que doit revenir la tâche d’enseigner à leurs enfants le mystère de la vie, et l’école n’a pas à intervenir sur ce sujet6.
Cependant, de nombreux parents ne savent pas comment s’y prendre, à l’instar de Mme R. qui se présente comme une « maman bien embarrassée », par gêne d’aborder ces sujets avec leurs enfants, ou par crainte de leur révéler des détails trop inconvenants. Consciente de cette difficulté, l’A.M.C. publie à partir de 1925 la revue Pour les parents et les éducateurs, qui vise à épauler les parents par des conseils éducatifs. Ceux-ci peuvent envoyer leurs questions à l’abbé, qui y répond parfois dans la revue. Viollet publie en outre en 1925 une brochure intitulée L’éducation de la pureté et du sentiment. Mme R. fait référence à ces publications dans sa lettre : « peut-être pensez-vous qu’en m’aidant du bulletin de l’A.M.C. ou de quelques brochures spéciales ou encore d’un livre dans le genre des “belles découvertes de Pierre et Véronique”, je puis me tirer d’affaire même avec les trois plus grandes ». Le dernier livre qu’elle évoque, Les Belles découvertes de Pierre et Véronique, est un ouvrage paru en 1934 aux éditions Mariage et Famille. L’auteure est Vera Barclay, une anglaise convertie au catholicisme connue pour avoir été la collaboratrice de Lord Baden-Powell, le fondateur du scoutisme. L’Église se saisit donc elle aussi, à sa manière, du problème de l’éducation sexuelle.

Vera Barclay, Les Belles découvertes de Pierre et Véronique, Éditions Mariage et Famille, 1934.

Des éléments qui éveillent la curiosité

Ces publications visent à armer les parents face aux questions éventuelles de leurs enfants. En effet, les conditions « idéales » d’éducation des « oies blanches » de l’élite sociale sont en réalité rarement réunies, et de nombreuses circonstances sont à même d’aiguiser la curiosité des enfants : voir des animaux s’accoupler, à la campagne, assister aux grossesses et/ou aux accouchements des femmes de la famille, voire, du fait de la promiscuité de certains logements modestes, ruraux comme urbains, surprendre des actes sexuels au sein de la maison7.
La lettre de Mme R. rend compte de ces différents éléments éveillant la curiosité de ces filles : elle explique à l’abbé Viollet qu’elle et son mari sont « à la tête d’une grosse ferme et que malgré [s]es soins et [s]a vigilance les petits voient des bêtes s’accoupler et par hasard mettre leurs petits au monde ». C’est donc la confrontation avec la reproduction des animaux, plus fréquente en milieu rural, qui affûte la curiosité de ses filles, mais pas seulement : Mme R. est mère de cinq enfants, et ses grossesses suscitent également des interrogations de la part des aînées :

Depuis un certain temps déjà, elles me demandaient comment le Petit Jésus faisait pour envoyer un bébé à Papa et à Maman ; alors à cause du jeune âge de Bernadette (qui n’en cédait pas aux autres sur la question) je leur répondais que le Petit Jésus étant Tout-Puissant savait bien comment faire. Mais à la naissance de Cécile, (il y aura deux ans au mois d’avril) mon trio vint me demander pourquoi j’étais malade quand le Bon Dieu m’envoyait un tout petit. […] Je leur donnais l’explication de la petite graine placée par le Bon Dieu près du cœur de maman, puis se nourrissant du sang de cette dernière, puis lorsqu’elle a atteint son développement sortant de la maman en la déchirant. Peut-être qu’à certains enfants cette explication eût suffi, mais mon trio ne s’en contenta pas et poussa plus loin la question : “Mais à quel endroit déchire-t-il sa maman ?” Avant que j’aie eu le temps de penser à ce que j’allais répondre, Marie s’écria : “Ah ! oui je sais, c’est par le derrière, l’autre jour j’ai vu une vache qui venait d’avoir son veau et qui saignait au derrière !”

C’est donc en rassemblant des bribes d’informations tirées de leur confrontation à la vie des animaux de la ferme, mais également aux grossesses de leur mère, que les trois enfants reconstruisent, à la manière d’un puzzle, quelques connaissances sur la sexualité.

Les arguments en faveur de l’éducation sexuelle

Mme R. n’est pas partisane d’une pédagogie de l’ignorance pour ses filles, et elle déploie dans sa lettres plusieurs arguments en faveur de l’éducation sexuelle des enfants, que l’on retrouve dans l’argumentaire de ses promoteurs dès la fin du XIXe siècle.

« Je n’ose pas trop leur interdire d’aller vers les bêtes, car elles n’en ont pas peur et je ne veux pas leur parler d’un danger qui n’existe pas, puis si c’était défendu, ce serait bien plus tentant, et leur petite tête pourrait supposer qu’il y a quelque chose de mal à y apprendre puisque maman le défend ; alors qu’en ne leur cachant pas quelque chose qu’elles peuvent voir accidentellement, malgré une défense, elles ne voient là que la chose naturelle comme elle est. »

Les maintenir dans l’ignorance, loin de préserver leur innocence, risquerait de la corrompre encore davantage en attisant leur curiosité pour quelque chose de défendu.
Il s’agit aussi pour elle de préserver la relation privilégiée qu’elle a avec ses filles : elle dit céder à leurs demandes « pour ne pas perdre la confiance de [s]es petites », et affirme qu’elle se croirait « une misérable si [elle] la leur faisai[t] perdre ».
Au-delà de cette volonté de transparence et de confiance dans sa relation à ses filles, cette insistance sur l’argument de la confiance en trahit un autre : le risque qu’en cas de silence de la part des parents, l’enfant se tourne vers d’autres sources moins fiables ou moins bien intentionnées. Cette crainte revient à plusieurs reprises dans la lettre : elle dit redouter qu’en l’absence de réponses de sa part, ses filles « en parlent entre elles et […] aillent chercher la réponse ailleurs que vers leur maman, ce qui serait un désastre » ; et plus loin : « je me croirais une misérable si […] elles allaient chercher ailleurs des explications qui leur seraient données Dieu sait comment ». Cet argument réaliste est souvent mobilisé par les promoteurs d’une éducation sexuelle : mieux vaut dispenser aux enfants des informations contrôlées, plutôt que de risquer qu’ils apprennent par d’autres biais des choses mauvaises ou erronées. Auprès de qui les filles de Mme R. pourraient-elles apprendre des choses inadéquates ? Sa lettre nous l’apprend de manière détournée, puisque celle-ci se demande « si on doit leur défendre de parler de ces choses à leurs compagnes » de la pension. Dans de nombreux romans de la fin du XIXe siècle, la pension de jeunes filles est en effet dénoncée comme un lieu de perversions potentielles, puisqu’elle fait se côtoyer des jeunes filles d’âges divers, qui n’en sont pas toutes au même niveau de connaissance en matière sexuelle.

Une éducation sexuelle au contenu limité

La lettre de Mme R. nous renseigne également sur le contenu et les modalités de l’éducation sexuelle qu’elle dispense à ses filles. Elle est conforme aux recommandations des manuels à destination des parents qui paraissent au début du XXe siècle : il s’agit essentiellement d’une éducation aux phénomènes biologiques de la reproduction, qui passe généralement par l’analogie avec le règne animal.
L’éducation comprend des éléments sur la gestation. Lorsque ses filles lui demandent comment elle sait que « le bon Dieu [lui] a envoyé la petite graine et que le petit bébé va venir », Mme R. répond en se fondant sur leur expérience des animaux de la ferme : « Mes chéries, vous savez bien quand les petits poussins sont prêts à éclore, maman vous les a déjà fait écouter qui remuaient dans la coquille, et bien quand le petit bébé est près du cœur de maman, il remue comme le petit poulet dans l’œuf et maman sent ses mouvements ».
L’éducation consiste aussi à expliquer la différence des sexes : Marie, l’aînée, voit sa mère éplucher des harengs, et lui demande à quoi on reconnaît « un papa hareng d’une maman » ; Mme R. répond en lui montrant les œufs des femelles, et la laitance des mâles, ce qui conduit Marie à s’interroger sur la différence entre un homme et une femme. Ici, la mère s’appuie sur son petit frère Michel, qu’elle a déjà vu nu, et complète : « les hommes ont le dos plus large, la poitrine moins grosse, la taille moins faite, puis sans doute qu’à l’intérieur du corps ils ne sont pas non plus conformés comme la femme ».
Cette conversation débouche rapidement sur une interrogation sur la reproduction :

« “Oui mais, dis maman, à quoi ça sert le machin blanc que les papas harengs ont à la place des œufs ?”  Là comme il y avait longtemps que je cherchais que leur répondre quand elles me demandaient pourquoi les bêtes s’accouplaient (jusqu’ici elles n’avaient fait que des réflexions entre elles : “Ce coq est-il méchant, il bat la poule et monte sur elle, et ce taureau il monte sur la vache, parce que la vache était méchante et le vacher a fait monter le taureau sur elle pour la punir”) donc comme on ne me demandait rien je ne disais rien, mais avec mes harengs, m’inspirant des belles découvertes de Pierre et Véronique je répondis à Marie : ”Ce machin blanc, c’est ce que le père hareng lance sur les œufs que la mère a déposés dans l’eau pour les féconder, c’est-à-dire pour leur donner un germe de vie.” Cette explication était suffisante pour Pierre et Véronique, elle ne le fut pas pour Marie R. qui me répondit : “Ah je m’explique pourquoi les vaches demandent le taureau”. J’étais heureuse de la comparaison et soulagée d’une explication, en lui répondant : “Oui ma chérie dans toute la nature c’est la même chose, ainsi les plantes doivent recevoir le pollen pour être fécondées”. Mais ce n’était pas fini, Marie eut vite fait de faire le dernier rapprochement : “Bien pourtant, toi maman tu ne demandes pas Papa”. J’étais tellement surprise que je ne savais que répondre, je bafouillais… Bien… je… il…  Puis une parente qui se trouvait là, sauva la situation provisoirement en disant “Si tu mets les gens au même rang que les bêtes !” et ce fut tout. »

On constate que la mère est plutôt à l’aise lorsqu’il s’agit d’évoquer la reproduction des animaux, mais que la sexualité humaine est bien plus compliquée à aborder pour elle. Elle sait cependant qu’elle devra y venir : « Si la question ne se repose pas naturellement, je la ferai revenir, mais qu’y répondre ? J’ai pensé dire “Papa a aussi en lui un liquide fécondant qu’il jette sur la petite graine de maman” mais comme elles vont tout au fond de toute chose, elles me diront : “comment peut-il faire puisque la graine est dans ton corps ?” ». Elle écrit donc à l’abbé Viollet en quête de conseils pour évoquer ce dernier aspect de la reproduction, ce qui nous renseigne sur le fait que les manuels à destination des parents, jusque dans l’entre-deux guerres au moins sont peu diserts sur la question, et privilégient une approche par la physiologie de la reproduction végétale ou animale.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Comme des bêtes ? L’éducation sexuelle dans l’entre-deux guerres", publié sur Sexcursus le 23/07/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/89.

  1. CNAEF, 1CO-117, lettre du 6 mars 1936. []
  2. Yvonne Knibiehler, dans son article intitulé « L’éducation sexuelle des filles au XXe siècle », paru en 1996, soulignait cette lacune de l’historiographie et ouvrait des pistes de recherche. Depuis, on peut mentionner, sur l’éducation des filles, les travaux de Gabrielle Houbre ou de Rebecca Rogers, et, sur l’histoire de l’éducation sexuelle stricto sensu, les  recherches de Tamara Chaplin, de Virginie De Luca Barrusse ou encore, pour la seconde moitié du XXe siècle, d’Alain Giami. []
  3. Voir Tamara Chaplin, « Émile perverti ? ou “Comment se font les enfants ?” : deux siècles d’éducation sexuelle (du XVIIIe siècle à nos jours), in Véronique Blanchard et al., Les Jeunes et la sexualité, Paris, Autrement, 2010, p. 21-35. []
  4. Citons par exemple L’École de la pureté d’Emma Pieczynska (1898), Les Mères de demain d’Augusta Moll-Weiss (1902), Comment j’ai instruit mes filles des choses de la maternité de Jeanne Leroy-Allais (1907), ou encore L’Initiation sexuelle : entretiens avec nos enfants de Georges-Marie Bessède (1911). []
  5. L’Église et l’éducation sexuelle, Paris, Association du mariage chrétien, 86 rue de Gergovie, 1929, p. 21-22. []
  6. Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres. Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924-1943), Paris, Albin Michel, 1996, chapitre 2 : « L’éducation de la pureté ». []
  7. Yvonne Knibiehler, « L’éducation sexuelle des filles au XXe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n° 4, 1996. []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.