Des fraudes fécondes ? À propos des observations du Dr Bergeret (2/3 : pratiques sexuelles et anticonceptionnelles)

Dans ce billet, je continue mon investigation sur l’ouvrage du docteur Bergeret, Des Fraudes dans l’accomplissement des fonctions génératrices (1868)1, et plus spécifiquement des observations médicales qu’il renferme. Après vous avoir parlé, dans un premier billet consacré à cet ouvrage, de son intérêt pour une histoire des relations médecin-patient·e·s, je voudrais esquisser dans cette deuxième partie un panorama des manières dont cet ouvrage peut constituer une source pour l’histoire des pratiques sexuelles et anticonceptionnelles. La troisième et dernière partie s’intéressera à la manière dont ces observations peuvent nourrir une histoire des représentations médicales et profanes de la sexualité.

Une fenêtre rare sur les pratiques sexuelles d’autrefois

En premier lieu, les 128 observations rapportées par le docteur Bergeret apparaissent comme une source précieuse pour documenter l’histoire des pratiques sexuelles au XIXe siècle. Parce qu’il s’intéresse aux effets que produisent sur la santé les “fraudes génésiques”, c’est-à-dire toutes les pratiques sexuelles qui ne peuvent donner lieu à la fécondation, le docteur Bergeret est en effet amené à questionner ses patient·e·s sur leurs habitudes en matière de sexualité. Ces observations permettent donc de lever le voile sur une réalité difficile d’accès. Si les historien·ne·s ont montré la richesse des archives judiciaires pour documenter l’histoire des pratiques sexuelles des individus, ils et elles ont également attiré l’attention sur le fait que ces sources, et notamment celles relatives à des affaires de mœurs ou de violences sexuelles pouvaient offrir une vision déformée des sexualités du passé, en mettant l’accent sur des pratiques marginales et criminalisées2. Les écrits du for privé (journaux intimes, correspondances, autobiographies) ont pu constituer une autre voie d’approche, mais ces sources sont relativement peu disertes sur la sexualité3. Les enquêtes d’histoire orale sont également précieuses pour écrire l’histoire des sexualités, mais elles sont bien sûr impossibles pour l’historien·ne du XIXe siècle4. Les observations médicales sont donc d’autant plus précieuses que les sources similaires sont rares.

Des sexualités qui s’affranchissent du mariage

L’une des premières choses que l’on peut observer à travers l’ouvrage du docteur Bergeret est la fréquence des relations sexuelles pré- ou extra-conjugales. La chose est bien connue pour les hommes, qui ont fréquemment des relations sexuelles avant et pendant le mariage, et ce notamment avec des prostituées. Mais les observations de Bergeret montrent également que ces relations hors mariage sont assez répandues chez les femmes : sur les 112 patientes dont il rapporte le cas, 41 ont eu des relations sexuelles sans être mariées avec leur partenaire. Sur les 71 femmes mariées interrogées, 10 d’entre elles ont déclaré avoir, en plus de leur époux, un ou plusieurs amants. C’est donc près de la moitié des femmes qui admet avoir des pratiques sexuelles hors des liens du mariage.

Désirs… et déconvenues

Les observations rapportées nous renseignent aussi sur l’entente ou la mésentente sexuelle entre les partenaires. Les désirs de certains semblent parfaitement harmonisés, à l’instar d’un homme et d’une femme mariés depuis dix ans, issus tous deux de familles de vignerons aisés et “très passionnés tout deux”, au point que “le mari voyait encore sa femme habituellement deux ou trois fois dans les vingt-quatre heures5. Mais Bergeret insiste bien souvent sur le décalage qui existe entre l’homme et la femme quant à la fréquence désirée des rapports sexuels : “elle a été mariée avec un vrai satyre qui la fatiguait énormément6. Les observations témoignent également de décalages entre les attentes des partenaires en matière de durée de l’acte sexuel : le praticien relate ainsi plusieurs cas où l’amant ou le mari, sous l’effet de l’alcool, font durer les rapports trop longtemps au goût de la femme : “son amant abuse des boissons alcooliques et, quand il vient passer la nuit avec elle […] il la tourmente plusieurs heures de suite, l’influence de l’alcool paralysant en partie ses facultés génératrices et retardant indéfiniment l’assouvissement de sa passion7” ; “amant un peu paralysé, par l’ivrognerie, du côté des fonctions génésiques. Mais celui-ci a une imagination dépravée, qui le porte à faire souvent des tentatives de rapprochement, dans lesquels il s’épuise en efforts prolongés, qui fatiguent beaucoup la femme8”. À l’inverse, certaines se plaignent au contraire du caractère trop expéditif des rapports sexuels, à l’instar de cette femme mariée :

“Elle accuse son mari d’être un homme qui ne pense qu’à lui, dans ses rapports avec elle, se satisfait avec une rapidité désolante, sans aucun préambule caressant, et la quitte aussitôt après, comme si elle n’y était pour rien, et lorsqu’elle a eu à peine, de son côté, le temps de commencer.”

Observation 122, p. 176-177.

Les observations de Bergeret sont donc riches en informations sur l’histoire de l’intimité sexuelle des couples et révèlent les tensions qui peuvent s’y nouer.

Un large éventail de pratiques sexuelles

Elles dévoilent aussi le large répertoire d’actes sexuels de ses patient·e·s : une femme de 32 ans venue le consulter pour des plaques muqueuses à l’anus, “après avoir longtemps nié et hésité […], finit par convenir que son mari, pour ne pas avoir d’enfant, la voit par là9”. Une autre femme mariée de 40 ans, souffrant d’un rétrécissement organique du rectum, lui “fait la confidence que, depuis longtemps, son mari ne la voyait plus que par là10” ; deux autres font au praticien le même récit. Une autre observation évoque des pratiques masturbatoires :

“Très-lubrique de nature, il a exercé sur sa femme, avec les doigts, des manœuvres si fréquentes et si variées, qu’il a fini par déterminer chez elle un éréthisme nerveux poussé jusqu’à la névropathie générale la plus douloureuse. Quant à lui, lorsqu’il s’était surexcité par le spectacle de l’orgasme vénérien poussé, chez sa femme, aux dernières limites, il se satisfaisait tout seul ou exigeait d’elle qu’elle lui rendît cet ignoble service.”

Observation 112, p. 152.

On trouve également, dans les observations du docteur Bergeret, la mention de pratiques oro-génitales. Face au silence gêné de l’une de ses patientes lorsqu’il évoque la possibilité que son époux fraude, Bergeret mène l’enquête et interroge une amie intime de la jeune mariée, qui lui révèle “que le mari a la funeste habitude d’appliquer la langue et les lèvres aux organes génitaux de sa femme pour y susciter un orgasme vénérien11”. Il n’est pas rare que ces pratiques sexuelles soient adoptées par les couples pour éviter une fécondation : le médecin explique ainsi, à propos d’une villageoise de 26 ans mariée à un homme de quatre ans son aîné :

“C’est un paresseux qui, pouvant à peine suffire à sa propre subsistance par son travail, sa principale ressource, a déclaré à sa femme, le soir de leurs noces, qu’il ne voulait point avoir d’enfants ; alors il a mis en usage, dès le début, les pratiques hideuses de la sodomie, n’abordant les organes génitaux qu’à leur entrée et avec beaucoup de crainte.”

Observation 116, p. 164-165.

Sur les quatre couples pratiquant la sodomie, trois le font ainsi explicitement “pour ne pas avoir d’enfant12”. C’est également ce qui motive le recours à la masturbation réciproque dans le cas évoqué plus haut : le mari pratiquait le coït interrompu, mais sa femme est malgré tout tombée enceinte. “Attribuant cette grossesse inattendue à ce que la fraude avec rapprochement des organes génitaux n’est pas sûr, il n’a plus voulu user de ce moyen” et s’est alors rabattu sur la masturbation13.

Une source précieuse sur l’histoire du contrôle des naissances

L’ouvrage fournit donc également des informations sur les stratégies anticonceptionnelles des individus au XIXe siècle. Celles-ci sont d’autant plus précieuses qu’on ne dispose pas de statistiques documentant l’utilisation des différentes méthodes de contrôle des naissances pour cette époque.

Les multiples visages du contrôle des naissances

Les observations rapportées montrent d’abord l’important recours au coït interrompu : c’est de loin la pratique anticonceptionnelle la plus mentionnée par les patient·e·s du Dr Bergeret. Mais elles révèlent que les individus ont également recours à d’autres méthodes anticonceptionnelles : une femme de quarante ans raconte ainsi avoir deux amants, qui “tous deux se servent du condom14” ; une autre, âgée de 36 ans et mariée, explique que son amant “recour[t] à l’usage du condom pour éviter une grossesse en l’absence du mari15”. Une femme de 44 ans, veuve depuis 12 ans, vient consulter le docteur Bergeret car elle a peur d’être enceinte après s’être “oubliée” avec un homme. Au médecin, qui s’étonne qu’elle se croie enceinte alors qu’elle est réglée, elle explique :

“– Oh ! non, monsieur, mais c’est que ce sang, je le faisais couler.
– Et de quelle manière ?
– Avec ceci, me dit-elle, en tirant de sa poche une longue, assez pointue, faite d’un bois dur.
– La portiez-vous bien haut ?
– J’introduisais mon doigt jusqu’à l’entrée d’un petit goulot qu’on sent au fond, je glissais la broche sur ce doigt et je la faisais pénétrer jusqu’à ce que je sentisse un petit picotement dans le bas-ventre.”

Observation 57, p. 73-75.

Le médecin la met en garde contre le caractère criminel de sa pratique, mais ces manœuvres abortives finissent par porter leurs fruits, puisque celle-ci fait finalement une fausse couche peu de temps après.

Une affaire d’hommes ?

Outre ces indices précieux de l’usage de différentes méthodes contraceptives, les observations révèlent également la manière dont leur mise en place est décidée entre les partenaires. Souvent, elles sont présentées comme une initiative masculine : une femme de 35 ans mariée à un homme de 56 ans “déclare qu’il lui a toujours fatigué extrêmement les organes, et toujours en fraudant, pour ne pas avoir charge de famille16”. Une autre, mariée très jeune, tombe enceinte dans la première année suivant son mariage, et “le mari jure, dès lors, qu’il s’en tiendra là et reste fidèle à son serment17”. Les femmes sont souvent dépeintes par Bergeret comme les victimes impuissantes de leurs époux, soumises à leur autorité et ne pouvant guère les empêcher de pratiquer le retrait s’ils le souhaitent :

“Vrai pourceau d’Épicure, cet homme ne craignait pas de profaner cette nature si délicate en abusant de son autorité maritale pour lui faire endurer toutes sortes de souillures, sans jamais songer à la dédommager par l’espoir des douceurs de la maternité.”

“Je lui demande, en présence de son mari, comment il se fait qu’elle n’ait pas eu d’enfants […]. Elle garde le silence, baisse les yeux, et je crois même avoir vu une larme glisser sur sa paupière. Le mari, gros homme joufflu, à figure commune et ne respirant que le plus bas égoïsme, se hâte de prendre la parole pour me jeter à la tête cette ignoble réponse : Ah ! Monsieur, vous ne savez donc pas que, dans la vie, les enfants ne servent que d’embarras ?

Observation 75, p. 105-106 ; observation 89, p. 120-121.

Le recours à une méthode anticonceptionnelle peut donc faire l’objet d’un franc désaccord entre les partenaires, comme dans ces deux cas où le mari pratique le coït interrompu sans tenir compte du désir de maternité de son épouse. On retrouve la même configuration à propos de deux époux ayant eu un fils : le mari a ensuite “recours aux rapports frauduleux, malgré les protestations de sa femme qui désirait vivement une fille18”.

Le contrôle des naissances, objet de négociations entre les partenaires

Pour autant, la décision contraceptive n’émane pas toujours de l’homme : c’est parfois la femme qui en prend l’initiative, comme le révèle un homme de 50 ans qui explique au médecin que ce qui l’a rendu malade est “la nécessité où il [a] été de frauder avec la plupart de ses maîtresses” : nombre de femmes “exigent” cette “mesure de précaution19. Le docteur Bergeret évoque aussi le cas de deux sœurs non mariées ayant pris l’initiative de la contraception : “leurs amants avaient reçu d’elles une consigne sévère pour ne pas les féconder20”. On le voit, les femmes réclament plutôt la mise en place d’une méthode anticonceptionnelle lorsqu’elles ne sont pas mariées – ce qui peut aisément se comprendre du fait de l’impératif de virginité au mariage qui pèse sur les femmes au XIXe siècle : le risque d’opprobre social en cas de grossesse hors mariage est bien plus important pour une femme que pour un homme, qui est à cette époque protégé par la loi qui empêche toute recherche en paternité. Toutefois, certaines femmes mariées sont aussi à l’origine de la contraception dans leur couple. Le docteur Bergeret raconte ainsi le cas d’une veuve de 42 ans, remariée et ayant déjà trois enfants :

“C’est elle qui a dressé son jeune mari aux fraudes conjugales. Sa fille l’a entendue plusieurs fois répéter qu’elle ne l’avait épousé qu’à la condition qu’il ne lui ferait pas d’enfant.”

Observation 13, p. 28.

Enfin, la décision est parfois prise conjointement par les deux époux, à l’instar de ces conjoints qui déclarent ensemble au docteur Bergeret que “s’ils n’ont pas d’enfant, c’est que, tout en usant très-modérément des plaisirs de l’amour, ils ont fait tout ce qu’ils ont pu pour n’en point avoir21”.


Les observations du docteur Bergeret fourmillent donc d’informations qui permettent d’approcher l’histoire des pratiques sexuelles et d’enrichir l’histoire des sexualités qui a souvent été une histoire des discours (médicaux, religieux, littéraires ou pornographiques) sur les sexualités. La diversité des pratiques sexuelles évoquées témoigne des libertés que sont susceptibles de prendre les hommes et les femmes vis-à-vis des prescriptions d’une Église qui, au XIXe siècle, entend encore largement régir la sexualité des individus et rejette comme autant de péchés tous les actes sexuels n’ayant pas pour fin la procréation. Ces études de cas permettent d’abonder dans le sens de l’historiographie, qui a insisté sur le rôle joué par le coït interrompu dans la limitation des naissances22. Elles témoignent également de l’existence d’autres pratiques anticonceptionnelles, dont certaines, comme le préservatif, prennent dans les décennies suivantes une importance croissante. Enfin, en livrant des informations sur la manière dont une méthode anticonceptionnelle est adoptée par deux partenaires sexuels, entre désaccords, négociations et décision conjointe, ces observations permettent de nourrir le débat historiographique sur la responsabilité contraceptive et le genre de la contraception23.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Des fraudes fécondes ? À propos des observations du Dr Bergeret (2/3 : pratiques sexuelles et anticonceptionnelles)", publié sur Sexcursus le 13/01/2021. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/874.

  1. Louis-François-Étienne Bergeret, Des Fraudes dans l’accomplissement des fonctions génératrices. Dangers et inconvénients pour les individus, la famille et la société, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1870 [3ème édition ; 1ère éd. 1868] []
  2. Voir par exemple Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée (XIXe-XXe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1996. []
  3. Sur leur utilisation pour l’histoire des sexualités au XXe siècle, voir Anne-Claire Rebreyend, Intimités amoureuses. France 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008. Pour un exemple de leur utilisation pour documenter l’histoire de la défloration au XIXe siècle : Pauline Mortas, Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, chapitre 8. []
  4. Pour le cas anglais, voir par exemple Kate Fisher et Simon Szreter, Sex before the Sexual Revolution. Intimate Life in England 1918-1963, Cambridge, Cambridge University Press, 2010. []
  5. Observation 10, p. 23-24. []
  6. Observation 14, p. 29-30. []
  7. Observation 5, p.17-18 []
  8. Observation 8, p.21-22. []
  9. Observation 117, p. 165-166. []
  10. Observation 119, p.167-168. []
  11. Observation 113, p. 153-154. []
  12. Observation 117, p. 165-166. []
  13. Observation 112, p.152. []
  14. Observation 9, p. 22. []
  15. Observation 60, p.78-79. []
  16. Observation 40, p.56. []
  17. Observation 55, p.69-70. []
  18. Observation 127, p.184-185. []
  19. Observation 71, p.98-100. []
  20. Observation 6, p. 18-20. []
  21. Observation 92, p. 125-126. []
  22. Voir par exemple Hervé Le Bras, “Coït interrompu, contrainte morale et héritage préférentiel“, Communications, vol. 44, no 1, 1986, p. 47‑70 ; Kate Fisher et Simon Szreter, ““They Prefer Withdrawal” : the Choice of Birth Control in Britain, 1918-1950“, Journal of Interdisciplinary History, vol. 34, no 2, 2003, p. 263‑291. []
  23. Sur le cas anglais : Kate Fisher, ““She Was Quite Satisfied with the Arrangements I Made”: Gender and Birth Control in Britain 1920-1950“, Past & Present, vol. 169, no 1, 2000, p. 161‑193. Sur le cas suisse : Anne-Françoise Praz et Caroline Rusterholz, “Une transition au féminin ? Modèles de parentalité et fécondité en Suisse (1955-1970)“, Genre, sexualité et société, no 16, 2016, en ligne. Sur le cas français : Elinor A. Accampo Elinor , “The Gendered Nature of Contraception in France: Neo-Malthusianism, 1900-1920”, The Journal of Interdisciplinary History, vol. 34, no 2, 2003, p. 235‑262 ; Cécile Thomé, La Sexualité aux temps de la contraception. Genre, désir, et plaisir dans les rapports hétérosexuels (France, années 1960 – années 2010), thèse de sociologie, EHESS, Paris, 2019. []

Auteur/autrice : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.