Des fraudes fécondes ? À propos des observations du Dr Bergeret (1/3 : la relation médecin-patient·e)

Dans le cadre de ma thèse, je m’intéresse au marché des contraceptifs et je recherche des sources qui témoignent de l’usage de ces dispositifs par des hommes et des femmes. Je me suis donc penchée sur l’ouvrage du docteur Bergeret, publié en 1868 et intitulé Des Fraudes dans l’accomplissement des fonctions génératrices1.

Le Dr Bergeret, après avoir soutenu sa thèse de doctorat en 1838, s’est installé à Arbois, dans le Jura, où il a ouvert un cabinet ; il est ensuite devenu médecin en chef de l’hôpital d’Arbois en 1850. Dans cet ouvrage, il dénonce les conséquences sur la santé des individus, mais aussi sur la famille et la société, des « fraudes génésiques ». L’expression désigne, sous sa plume, tout acte sexuel s’écartant « des voies que lui a tracées la nature2 ». C’est-à-dire tous les actes ne pouvant permettre la fécondation : le coït interrompu ou bien avec un préservatif ; mais également le coït avec des femmes stériles, pendant la menstruation, la grossesse, l’allaitement ou la ménopause, ou encore les pratiques sexuelles autres que le coït vaginal (coït vulvaire, masturbation, fellation et cunnilingus, sodomie, etc.). À l’appui de sa thèse, le docteur Bergeret avance quelque 128 observations issues de sa propre pratique médicale. Je voudrais, dans trois billets, évoquer la richesse que peuvent avoir ces observations médicales pour écrire d’autres histoires. Ce premier billet est consacré à l’histoire de la relation du médecin-patient·e ; le deuxième se penchera sur la richesse de ces sources pour éclairer l’histoire des pratiques sexuelles et anticonceptionnelles. Le dernier de la série réfléchira aux représentations médicales et profanes de la sexualité dont ces observations portent l’empreinte.

L’observation, une source importante de l’histoire de la médecine

D’abord, ces observations médicales permettent d’éclairer la question de la relation médecin-patient·e. Cette question a été remise au centre de l’histoire de la médecine par les recherches de Roy Porter dans les années 19803, qui appelait à une histoire plus sociale de la médecine, qui prendrait en compte le/la patient·e, et ce notamment en inversant la perspective par le haut généralement adoptée et à étudier l’histoire de la médecine « par en bas », depuis le point de vue du/de la patient·e. Les observations médicales, contrairement à d’autres types d’écrits (les journaux intimes, la correspondance des patient•e•s) ne nous y donnent pas directement accès, puisqu’elles sont écrites par le médecin lui-même. En outre, les observations médicales sont un genre de l’écriture médicale très codifié. Leur multiplication dans les écrits médicaux témoigne de l’évolution de la science médicale et de l’influence de la médecine anatomo-clinique, apparue dans la seconde moitié du XVIIIe siècle4. Il s’agit donc de sources qu’il convient de considérer avec prudence : leur écriture est extrêmement codifiée ; les récits qu’elles livrent sont généralement reconstruits par le médecin pour s’insérer dans une démonstration particulière ; enfin, elles s’inscrivent souvent dans des logiques de légitimation scientifique d’un champ médical5. Toutefois, il me semble qu’elles constituent des sources précieuses pour étudier la relation entre le praticien et son/sa patient·e, et notamment lorsqu’il s’agit de consultations relatives à des questions sexuelles, sur lesquelles les sources du for privé sont souvent peu bavardes pour le XIXe siècle6.

Les stratégies du médecin face aux silences des patient·e·s

Les observations rapportées par Bergeret témoignent d’abord des difficultés rencontrées par le praticien pour faire parler ses patientes de leurs rapports conjugaux. Il explique ainsi qu’une femme de 25 ans, mariée depuis 3 ans, « rougit » lorsqu’il l’interroge sur ses rapports avec son mari7 ; une autre, âgée de 30 ans, « éclate en sanglots » lorsqu’il évoque son époux8 ; une autre encore « reste muette9 » face à ses interrogations. Face à cette pudeur et cette gêne, le médecin est forcé de mettre en place différentes stratégies. Il fait parfois appel aux informations dont il dispose par ailleurs : « je sais que sa famille lui a fait épouser, malgré elle, un homme à figure ignoble, bestial, qui ne doit avoir que les instincts de la brute10 ». Il lui arrive également de questionner l’entourage de la patiente pour en savoir davantage : face au silence d’une jeune femme de 18 ans, il questionne une de ses amies intimes qu’il rencontre par hasard le même jour ; celle-ci lui révèle les pratiques frauduleuses auxquelles se livre l’époux de son amie11. Pour combler les silences de l’histoire conjugale, il a volontiers recours à des suppositions, à des déductions : « À quelques mots qu’elle laisse échapper, je soupçonne qu’il s’est passé entre eux des choses étranges12 », ou encore : « J’en devine le motif. Cet homme, dont je connaissais la figure abjecte, me rappelait, à chaque fois que je le rencontrais, ces médailles romaines représentant le galbe dur et bestial d’Othon et de Vitellius13 ». Mais surtout, il s’efforce de faire parler ses patientes : « je l’écrase de questions14 » ; « je la presse de questions15 ». C’est par cette insistance qu’il parvient généralement à triompher des réticences de ses patientes à lever le voile sur leurs pratiques sexuelles : « Après avoir longtemps nié et hésité, elle finit par convenir que son mari, pour ne pas avoir d’enfant, la voit par là », écrit-il également à propos d’une femme de 32 ans présentant « des plaques muqueuses à l’anus »16. Ces réticences féminines semblent particulièrement tenaces lorsque le couple se livre à des pratiques répréhensibles selon la morale chrétienne : à une villageoise de 26 ans, il doit ainsi « arracher l’aveu » que son mari se livre sur elle à la sodomie17. Bergeret mobilise fréquemment ce vocabulaire de la confession et de l’aveu, traçant ainsi un parallèle entre la consultation médicale et la confession : « je […] finis par lui faire confesser son infâme conduite18 » ; « elle avoua que son mari, qui était un vrai satyre, ne la voyait pas autrement, pour éviter la grossesse19 » ; « la malade confesse qu’elle a un amant frauduleux20 », « pressée par mes demandes, elle finit par m’avouer que jamais il n’a eu avec elle un rapport complet21 », etc.

Des patient·e·s peu dociles : résistances et capacité d’action

La relation du médecin et de la patiente apparaît donc comme une relation complexe, dans laquelle le médecin doit faire preuve de persévérance pour obtenir les informations qu’il juge nécessaires au traitement. Si cette attitude insistante prévaut vis-à-vis des femmes, jugées plus pudiques dans l’évocation de la sexualité, le médecin recommande même une certaine défiance face aux clients masculins :

« Il est une circonstance que je dois signaler pour faire voir comment les médecins peuvent être trompés par les réponses mensongères de leur clients, sur les lèvres desquels la honte retient de pénibles aveux. […] Le médecin doit donc se défier beaucoup des affirmations sorties de la bouche des maris. Ils sont disposés à nier, parce que, dans l’exercice des fraudes, ils sont ordinairement les plus coupables. »

Observation 91, p. 115.

Ces exemples témoignent de la marge de manœuvre dont disposent les patient•e•s et des résistances – omissions, dénégations ou mensonges – qu’ils et elles peuvent mettre en œuvre face à un praticien jugé trop inquisiteur. Dans l’une des observations rapportées, cette capacité d’action est même telle que les patientes bernent le praticien (un confrère du Dr Bergeret) et utilisent celui-ci à des fins bien particulières. Il s’agit de deux jeunes filles hystériques qui semblent souffrir de douleurs génitales, et dont les familles demandent à ce qu’un examen gynécologique soit réalisé sur elles. Le médecin se livre à un toucher vaginal, et est rappelé peu de temps après par ces jeunes filles pour un autre examen, puis un autre, puis un autre…

Bientôt le médecin s’aperçut, à n’en plus douter, que les témoignages de sensibilité qu’avait accusés la malade, à l’introduction du doigt, devenaient de l’orgasme vénérien. Il fut bien confirmé dans son opinion plus tard, en voyant que sa visite était réclamée plus que jamais ; les parents, qui ne pouvaient deviner les motifs de l’empressement que la malade mettait à le demander, le suppliaient de vouloir bien venir, souvent, renouveler l’opération, parce que seule elle parvenait à calmer les crises d’hystérie. »

Observation 115, p. 159.

Si cette observation constitue un cas extrême en matière d’agency des patientes vis-à-vis de leur médecin, d’autres semblent témoigner de la manière dont la consultation d’un praticien s’inscrit parfois dans des stratégies mises en place par les patientes. Le docteur Bergeret raconte ainsi le cas d’une jeune femme de 24 ans, qui vient se plaindre d’une gastralgie et de diverses douleurs névralgiques. Elle confie au médecin que son mari fraude pour ne plus avoir d’enfants, puis elle se montre « ravie » quand le médecin lui annonce qu’il va « ordonner à son mari de mettre un terme à ses fraudes » et le « remercie avec effusion ». Il n’est pas impossible que cette femme, qui a confié au docteur que « si elle avait un autre enfant, celui-ci remplirait son existence », ait consenti à révéler les fraudes de son époux pour que le médecin agisse en médiateur auprès de lui et qu’elle puisse obtenir ce qu’elle veut – la maternité22. Dans une autre observation, cette utilisation du médecin comme médiateur conjugal est encore plus nette : une femme de 46 ans, mère de 5 enfants, veuve et remariée à un homme de 52 ans, vient voir le Dr Bergeret pour des dérangements d’estomac, des vomissements et des coliques. Elle lui explique que son mari est « trop vert pour elle » et le prie « de dire à son mari de s’abstenir, car elle sent que sa santé n’y tiendra pas »23. Ce cas témoigne de la manière dont certaines patientes peuvent inscrire la consultation médicale dans une stratégie relative à leurs relations conjugales, et utiliser le praticien et l’autorité scientifique et morale dont il dispose comme un levier pour obtenir gain de cause auprès de leur mari. Ces stratégies ne sont pas sans évoquer celles mises en place par les correspondant·e·s de l’abbé Viollet, dont je vous avais déjà parlé dans ce billet.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Des fraudes fécondes ? À propos des observations du Dr Bergeret (1/3 : la relation médecin-patient·e)", publié sur Sexcursus le 07/01/2021. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/853.

  1. Louis-François-Étienne Bergeret, Des Fraudes dans l’accomplissement des fonctions génératrices. Dangers et inconvénients pour les individus, la famille et la société, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1870 [3ème édition ; 1ère éd. 1868]. []
  2. Ibid., p. 1. []
  3. Voir notamment son article « The Patient’s View: Doing Medical History from below« , Theory and Society, vol. 14, no 2, 1985, p. 175‑198. []
  4. Sur l’histoire de l’observation médicale, voir par exemple Gianna Pomata, « Observation Rising : Birth of an Epistemic Genre, 1500-1650 », in Lorraine Daston et Elizabeth Lunbeck (dir.), Histories of Scientific Observation, Chicago, University of Chicago Press, 2011, p. 45-80 ; ou encore Brian Hurwitz, « Form and Representation in Clinical Case Reports », Literature and Medicine, vol. 25-2, juin 2007, p. 216-240. []
  5. Pour une étude de l’usage de ce genre épistémique dans la légitimation de l’obstétrique, voir Lucia Aschauer, « Histoire (s) de la naissance. L’observation obstétricale au 18e siècle« , Dix-Huitième Siècle, 2015/1, n°47, p. 149-163. []
  6. Les récits de maladie émanant de patient·e·s et documentant la sexualité semblent plus fréquents pour le XVIIIe siècle. Voir par exemple Daniel Teysseire, Obèse et impuissant. Le dossier médical d’Élie de Beaumont (1765-1776), Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Mémoires du corps », 1995. ; Séverine Pilloud, « Les Mots du corps. L’expérience de la maladie dans les consultations épistolaires adressées au Dr Samuel-Auguste Tissot (1728-1797) », thèse de doctorat en lettres, Université de Lausanne, Lausanne, 2008 ; Nahema Hanafi, « “Je décharge quelquefois sans bander parfaitement…” : évocations masculines de la sexualité avec le médecin Samuel-Auguste Tissot« , Dix-Huitième Siècle, vol. 47, no 1, 2015, p. 103 ; Nahema Hanafi, Le Frisson et le Baume. Expériences féminines du corps au siècle des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017. []
  7. Observation 74, p. 104-105. []
  8. Observation 75, p. 105-106. []
  9. Observation 113, p.153-154. []
  10. Observation 74, p. 104-105. []
  11. Observation 113, p.153-154. []
  12. Observation 126, p. 182-183. []
  13. Observation 75, p. 105-106. []
  14. Observation 126, p. 182-183. []
  15. Observation 123, p.178-179. []
  16. Observation 117, p. 165-166. []
  17. Observation 116, p.164-165. []
  18. Observation 126, p.182-183. []
  19. Observation 118, p. 167-168. []
  20. Observation 33, p. 48. []
  21. Observation 74, p.104-105. []
  22. Observation 123, p.178-179. []
  23. Observation 102, p. 137 []

Auteur/autrice : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

2 réflexions sur « Des fraudes fécondes ? À propos des observations du Dr Bergeret (1/3 : la relation médecin-patient·e) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.