« Métamorphose », « épreuve terrible » ou « viol légal » ? La nuit de noces au XIXe siècle

La revue Historiens et Géographes, publiée par l’Association des professeurs d’histoire et de géographie, donne chaque mois carte blanche à un.e jeune chercheur.euse pour évoquer ses recherches dans un article. Le numéro 449 (février 2020) m’a fait l’honneur de m’ouvrir ses pages pour un article portant sur l’histoire de la défloration et du couple au XIXe et dans les premières décennies du XXe siècle en France. J’avais déjà exposé une partie de ces recherches lors des Journées d’étude des jeunes chercheurs dix-neuviémistes, consacrées en 2019 aux Petites et grandes rencontres du XIXe siècle. L’article paru dans Historiens et Géographes devait initialement comporter un certain nombre d’illustrations, qui n’ont malheureusement pas pu figurer dans le numéro. J’ai donc décidé de vous proposer une version allégée de cet article en y incluant les illustrations qui devaient y figurer (vous pouvez retrouver la version longue dans Historiens et Géographes, n°449). C’est parti, donc, pour une exploration de la manière dont, au tournant des XIXe et XXe siècles, des ouvrages médicaux destinés au grand public ont érigé la défloration en un événement crucial.

Introduction : l’émergence des manuels conjugaux

Les grands savants de l’époque moderne, d’Ambroise Paré à Buffon, s’accordaient pour considérer l’hymen comme une fiction1. Mais au XIXe siècle, le discours médical se transforme, et les médecins affirment que cette membrane est présente chez toutes les femmes vierges. La virginité, qui était surtout considérée comme une qualité morale2, est donc progressivement assimilée à un état du corps féminin3.
Dans un premier temps, cette focalisation sur l’hymen n’a pas véritablement de conséquences sur la manière dont est envisagée la défloration, c’est-à-dire le premier rapport sexuel féminin, durant lequel l’hymen est censé se rompre. Les médecins qui écrivent sur la défloration ne la dépeignent pas comme un événement sanglant, ou douloureux pour les femmes. Auguste Debay écrit même en 1871 :

« Beaucoup de femmes prétendent, probablement pour des motifs intéressés, que leur premier contact avec l’homme a été très douloureux et suivi d’hémorrhagie. […] Notez bien que ce sont toujours les femmes les moins véridiques qui ne craignent pas de faire ces singulières confidences […]. Examinons le fait : Ou ces vives douleurs, cette hémorrhagie, cette lutte sont des mensonges ; ou la femme qui les a réellement éprouvées, est mal conformée génitalement ; ou elle est affligée d’un vice organique, d’une maladie… Cela doit être ainsi, car la nature qui a fait la femme conservatrice de l’espèce humaine, n’a pu vouloir que le premier contact lui causât une aussi terrible douleur […].

Auguste Debay, La Vénus féconde et callipédique, Paris, E. Dentu, 1871, p.235.

Au tournant des XIXe et XXe siècles, cependant, un ensemble de livres érige le premier rapport sexuel en un événement crucial et insiste sur son caractère dramatique. Il s’agit d’ouvrages de vulgarisation médicale, parmi lesquels un certain nombre de « manuels conjugaux ».

Frontispice de l’édition de 1885 de La Petite Bible des jeunes époux, écrite en 1884 par Charles Thomas-Caraman, dit « Charles Montalban ». C’est l’un des manuels conjugaux les plus célèbres de la fin du XIXe siècle.

Ils se développent dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle en Europe4 et sont vendus à bas prix et à grand renfort d’annonces dans la presse.

Leurs auteurs sont souvent des médecins autoproclamés, écrivant sous pseudonyme quantités d’ouvrages du même genre. On y trouve, pêle-mêle, des descriptions anatomiques de l’homme et de la femme, des informations d’ordre historique ou anthropologique sur l’amour et le mariage, ainsi que des conseils pratiques à destination des futurs époux. Ces ouvrages se focalisent donc sur les couples mariés (qui sont la norme au XIXe siècle) et consacrent souvent plusieurs pages à la nuit de noces. L’importance conférée à la défloration est triple : elle est dépeinte comme centrale dans la construction de la féminité ; elle est représentée comme un enjeu important pour la masculinité ; elle est érigée en un événement fondateur pour le couple et son avenir.

« Vous étiez fille, vous serez femme » : la défloration, une transformation de l’identité féminine

La nuit de noces constitue souvent pour les époux le premier moment d’intimité physique partagé. Toutefois, les hommes et les femmes ne sont guère égaux face à ce moment au XIXe siècle. La plupart des hommes ont déjà eu des expériences sexuelles avant le mariage, auprès de prostituées, de servantes ou de filles du peuple5. Les femmes, quant à elles, arrivent bien souvent vierges au mariage6. La virginité féminine, davantage valorisée par la religion catholique, constitue un enjeu social bien plus important que celle des hommes, dans la mesure où elle assure à l’époux une descendance légitime. L’éducation des filles, notamment en milieu bourgeois, consiste donc à préserver leur innocence, en les maintenant à l’écart de toute information sur la sexualité (je vous en ai déjà parlé dans cet article sur l’éducation sexuelle dans l’entre-deux-guerres). Cette ignorance des « oies blanches » est souvent moquée dans les romans, mais aussi dans les dessins de presse :

Dessin de presse représentant une jeune mariée affolée sortant du lit. La légende indique "Si, si, Gaston, je te jure, il y a une souris dans le lit !"
Chas-Laborde (Charles Laborde, 1886-1941), « Nuit de noces », début XXe siècle. Collection Jaquet, Dessinateurs et humoristes français des XIXe et XXe siècles, tome 36, 1901-1922.)

Sur ce dessin de presse, Chas-Laborde se rit par exemple de l’ignorance de la jeune épouse qui, effarouchée par les caresses de son époux auxquelles elle ne s’attend pas, croit qu’une souris s’est glissée dans le lit nuptial.

Les manuels conjugaux ne se contentent pas de représenter la défloration comme la fin de l’innocence féminine ; ils en font un véritable pivot dans la vie de la jeune femme, le moment où la jeune fille devient une véritable femme adulte. L’auteur du Lendemain du mariage (1884) l’explique à sa lectrice en ces termes évocateurs :

« Et de fait, si vous allez tout à l’heure perdre à jamais le droit de ceindre votre front de la virginale couronne d’oranger, vous gagnerez du même coup une puissance et un titre nouveaux. Vous étiez fille, vous serez femme. »

Adrien Coriveaud, Le Lendemain du mariage, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1884, p.12.

Longtemps perçue comme une flétrissure morale et physique causant un vieillissement du corps féminin, la défloration est désormais décrite comme une transformation positive. C’est au contraire la virginité prolongée qui est perçue un dépérissement :

« Si la jeune fille reste vierge […] elle ne tarde pas à s’en ressentir ; des indispositions de toute sorte viennent l’assaillir, […] sa fraîcheur se fane, ses couleurs disparaissent, sa santé s’altère visiblement, enfin elle dépérit. »

Emmanuel Clément, Guide des gens mariés, Paris, Librairie de Jules Taride, 1873, p.19.

Dans tous les manuels conjugaux, la défloration est décrite comme une « métamorphose radicale », qui donne fraîcheur, santé et beauté à la jeune femme. Elle y gagne même des caractéristiques traditionnellement associées au genre masculin :

« Les premières jouissances de l’amour augmentent l’énergie du système circulatoire sanguin, de là, les vaisseaux artériels, plus pleins, portent la chaleur et la vie dans toutes les parties du corps : les muscles deviennent plus forts ; les sucs blancs sont plus éclipsés, le tempérament sanguin en un mot fait disparaître la prédominance lymphatique. »


C.-F. Menville, Histoire médicale et philosophique de la femme considérée dans toutes les époques principales de sa vie, avec tous les changements qui surviennent dans son physique et son moral, avec l’hygiène applicable à son sexe et toutes les maladies qui peuvent l’atteindre aux différents âges, Paris, Amyot, 1845, tome 1, p. 242.

Cette transformation du regard porté sur la défloration relève chez certains auteurs d’un rejet de la continence sexuelle prônée par l’Église, jugée dangereuse pour la santé. Plus généralement, elle s’inscrit dans une érotisation de la vie conjugale, liée à la crainte de la dépopulation qui assaille les médecins français au lendemain de la défaite de 1871 contre la Prusse (celle-ci est en effet imputée par nombre de commentateurs au faible dynamisme des naissances en France)7. Si la défloration est décrite de manière positive par les auteurs de manuels conjugaux, c’est donc largement parce qu’elle permet aux femmes de réaliser ce qui, à l’époque, est considéré comme leur nature profonde : la maternité.

Entre « bête frémissante » et « mari sans vigueur » : la masculinité à l’épreuve

Pour devenir une « vraie » femme, l’intervention d’un homme est donc nécessaire : les manuels conjugaux entérinent les rapports de genre de l’époque et renforcent la domination masculine. Mais en conférant à l’homme la responsabilité du bon déroulement de la défloration, ils font peser sur ses épaules une lourde tâche. Les auteurs tracent, à travers les conseils qu’ils prodiguent à leurs lecteurs, les contours d’une masculinité idéale bien difficile à mettre en œuvre.

Premièrement, il convient à tout prix d’éviter la « brutalité » ou une « fougue maritale trop impétueuse »8. Tous dénoncent l’époux qui prend la nuit de noces pour une sorte de « rut sauvage » et s’y comporte en « satyre », en « sensualiste égoïste » ou en « brute ingouvernable »9. Les auteurs ont conscience que la nuit de noces est, dans l’opinion publique, un moment où l’homme doit faire montre de sa virilité :

« Certaines gens pensent qu’il est indispensable pour donner une preuve matérielle de sa vigueur et de sa puissance, pour témoigner plus ardemment son amour, de se livrer avec impétuosité aux devoirs du mariage. »

Dr Brennus, Amour et sécurité, Paris, Constant Chollet, 1895, p.100-101.

Or, la masculinité promue par ces ouvrages consiste plutôt à faire preuve de maîtrise de soi et de ses désirs. Pour cette raison, les « maladresse », les « inconvenances » et la gaucherie de certains époux sont également critiquées10. Les auteurs y opposent au mari maladroit et/ou brutal un époux idéal, délicat et maître de lui-même, caractérisé par « la prudence et la retenue », la « modération », la « délicatesse » et les « plus grandes précautions »11. Voici les conseils que livre Jaf à ses lecteurs en 1907 :

Donc, tout jeune mari, mis en possession de sa jeune compagne, au lieu de raisonner et d’agir en homme sceptique et blasé, sera instinctivement porté à se mettre au lieu et place de sa jeune épouse […] ; on comprendra son innocence et sa curiosité, ses frayeurs et ses désirs. La première pensée sera de la rassurer […]. Afin que l’amour vienne sûrement et sans appel, il ménagera cette femme sainte, la préparera par des tendres soins. Il se souviendra que cette enfant, gracieuse fleur dont l’arôme doit parfumer toute sa vie, ne le connaît, ni ne l’aime point encore, qu’elle redoute et à coup sûr ne le désire pas dans le sens que l’entend généralement la vanité masculine.

Jaf, L’Art d’aimer, Paris, Librairie de l’American-Hygien, 1907, p.103-104.

Les auteurs dénoncent également la croyance répandue selon laquelle il vaudrait mieux ne pas se livrer à diverses caresses préliminaires pour ne pas froisser la pudeur de l’épouse ; ils les recommandent au contraire pour l’apprivoiser et lui faire oublier les douleurs à venir.

C’est donc une masculinité bien complexe qui est exigée de l’époux : il doit être délicat mais bien vite redevenir triomphant et fort. Certains auteurs mettent en effet leur lecteur en garde contre « des essais trop faibles, trop incomplets de la part d’un mari sans vigueur », qui pourraient, tout autant que la brutalité, avoir des conséquences regrettables12.

Face à ces injonctions parfois contradictoires, le rôle du mari apparaît donc « souvent plus embarrassant et même plus difficile qu’on ne le suppose »13 ; il est même « si délicat et si périlleux » que la nuit de noces constitue pour lui « une épreuve terrible à tout point de vue »14. Ces normes pesant sur le comportement de l’homme peuvent constituer une véritable pression, susceptible d’entamer sérieusement son assurance et sa confiance. Le Dr Brennus décrit ainsi l’époux au seuil de la chambre nuptiale :

« Il sent naître en lui une inquiétude profonde, il est tout bouleversé. Sa confiance accoutumée s’est changée en crainte. Dans ce moment solennel et décisif, l’amoureux entreprenant se sent envahir par un sentiment de trouble, d’anxiété, et se dispose à devenir, malgré lui, stupide ou brutal, ridicule ou grossier. »

Dr Brennus, Amour et Sécurité, Paris, Constant Chollet, 1895, p. 99.

Nombre de manuels conjugaux évoquent d’ailleurs la conséquence fréquente de cette appréhension face à la nuit de noces : l’impuissance sexuelle de l’époux. Les dessins de presse s’amusent également de ces anxiétés masculines :

Dessin de presse représentant un homme en chemise, interdit, debout au pied du lit où se trouve son épouse. Le dessin est intitulé "Nuit de noces" et le dialogue suivant figure sous l'image : "-Ah ! Georges, où sont-elles, tes belles promesses ? -Dame, on ne peut pas toujours tenir des promesses en l'air !"
André Rouveyre (1879-1962), « Nuit de noces ». Collection Jaquet, Dessinateurs et humoristes français des XIXe et XXe siècles, tome 33, 1910-1930.

Ce dessin d’André Rouveyre, qui représente un homme en chemise, interdit, au pied du lit nuptial, suggère via sa légende l’impuissance sexuelle de l’époux, incapable de consommer le mariage.

La défloration, un événement fondateur pour le couple

La nuit de noces, enfin, est présentée dans les manuels conjugaux comme ayant une importante toute particulière pour le couple et son avenir. Ceux-ci traduisent une transformation des conceptions de la conjugalité à la fin du XIXe siècle.

Dès le milieu du siècle, des auteurs s’élèvent contre le double standard qui règne en matière d’éducation sensuelle entre les hommes et les femmes. Alexandre Dumas, dans sa préface à L’Ami des femmes (1864), le décrit ainsi :

« On livre cette jeune fille ignorante à ce jeune homme impatient. […] Le jeune homme éloquent, bien élevé, tendre, se transforme tout à coup. Là où la jeune fille rêvait un dieu rayonnant, elle voit sauter sur l’autel une sorte de bête velue et trépidante, balbutiant des sons rauques, affamée de sa chair, altérée de son sang. Ce n’est plus l’amour, c’est le viol légal et consacré ; mais c’est le viol, aussi repoussant dans sa forme que celui que la loi condamne, pour cette victime que rien n’a préparée à cette immolation de ses plus saintes pudeurs. »

Alexandre Dumas, L’Ami des femmes, 1864 (préface).

Cet imaginaire du « viol légal » que constitue la nuit de noces devient un motif récurrent dans nombre de romans, mais aussi dans les manuels conjugaux. Cependant, derrière l’insistance sur le traumatisme que peut représenter la nuit de noces pour les femmes, c’est surtout sur ses conséquences pour le couple qu’insistent les auteurs.

C’est Balzac qui, dès 1829, popularise cet imaginaire du viol légal, en écrivant dans sa Physiologie du mariage qu’il ne faut « jamais commencer son mariage par un viol ». Cette mise en garde vise surtout à éviter que la jeune femme déçue devienne infidèle. Le spectre de l’adultère souvent agité par les auteurs de manuels conjugaux. En 1895, Brennus écrit : « tant pis pour le butor ou le maladroit qui la froisserait en la cueillant et verrait retomber sur son front les ridicules conséquences de sa brutalité », faisant référence aux cornes dont est souvent affublé, dans les représentations, le mari cocu15 . L’objectif de ces mises en garde est donc la sauvegarde de l’institution maritale : il s’agit de préserver la stabilité du couple marié du scandale de l’adultère.

Mais progressivement, d’autres conséquences se font jour. Le vaginisme, mis au jour par le gynécologue américain James Marion Sims en 1862, qui consiste en une contraction involontaire des muscles du vagin rendant la pénétration douloureuse voire impossible, est quasi systématiquement imputé au mauvais déroulement de la nuit de noces. Jaf montre que les conséquences d’une nuit de noces qui s’est mal passée sont durables :

« Chaque nouvelle tentative à laquelle [les maris] se livrent par la suite réveille cette douleur qui les fait repousser de plus en plus énergiquement, et leurs efforts deviennent d’autant plus infructueux que leur énergie morale et même physique se borne bientôt, amoindrie par les insuccès réitérés. »

Jaf, L’Art d’aimer, Paris, Librairie de l’American-Hygien, 1907, p. 86.

Il décrit là la mise en place d’un cercle vicieux, où le vaginisme féminin finit par entraîner l’impuissance masculine. La défloration constitue dès lors un événement matriciel de la sexualité conjugale future et la détermine fortement.

Plus largement, le premier rapport sexuel est érigé en un jalon crucial de la vie conjugale, qui détermine la stabilité de l’union et l’entente et l’harmonie conjugales – au sein desquelles la sexualité occupe une place croissante. Comme l’affirme l’auteur du Guide des gens mariés :

« Il ne s’agit pas seulement de la femme qui peut être blessée plus ou moins gravement, mais il y va aussi du bonheur à venir : l’impression de ce moment survit aux années de ménage, et si la femme ne pardonne pas à son mari de la traiter jamais brutalement, c’est surtout en cette occasion qu’elle se montrera plus susceptible, plus justement froissée. »

Emmanuel Clément, Guide des gens mariés, Paris, Librairie de Jules Taride, 1873, p. 8.

Ce topos de l’épouse choquée ou désespérée au lendemain de sa nuit de noces est fréquent dans la littérature et on le retrouve aussi chez les illustrateurs :

Dessin de presse représentant une femme en chemise, assise sur le lit conjugal, la tête dans les mains, désespérée. Son mari, debout, est en train de se rhabiller. La légende indique "On me l'avait bien dit, Monsieur, que vous aviez une mauvaise conduite !"
Jacques Wély (1873-1910), « Matin de nuit de noces », 1901. Collection Jaquet, Dessinateurs et humoristes français des XIXe et XXe siècles, tome 20, 1890-1920.

Sur ce dessin de presse de Jacques Wély, la jeune mariée est représentée assise sur le lit, prostrée, abattue, le visage enfoui dans ses mains, refusant de regarder son mari qui s’est levé du lit et a entrepris de se rhabiller. Il tourne le dos à sa femme et jette vers elle un regard plein d’incompréhension – voire d’indifférence. La légende, qui évoque la « mauvaise conduite » de l’époux, sous-entend qu’il s’est conduit de manière brutale avec elle, sans égard pour son ressenti, et souligne la déception de l’épouse. La mésentente causée par une défloration mal négociée peut même être fatale au couple :

« La rupture trop brusque de l’hymen par une fougue maritale trop emportée, amène des fissures qui rendent le premier coït et les suivants si douloureux qu’ils peuvent être insupportables. C’est, avons-nous dit, une cause fréquente de séparation de corps. »

Dr Helvétius, Sécurité complète en amour. Impuissance et stérilité vaincues, Paris, F. Montel, 1897, p. 121.

Dans un contexte où le divorce pour faute vient d’être autorisé par la loi Naquet de 1884, et où les femmes sont les plus nombreuses à s’emparer de cette possibilité, la préservation du mariage passe donc par une érotisation, qui suppose une prise en compte croissante du ressenti féminin en matière de sexualité.

La défloration, à la fin du XIXe siècle, se voit donc parée de grands enjeux : elle constitue une étape cruciale de la construction de l’identité féminine. Elle est également une épreuve pour l’homme, qui doit faire montre d’une masculinité complexe, entre vigueur et délicatesse. La nuit de noces constitue enfin un moment structurant pour le couple, qui peut déterminer l’harmonie future comme la mésentente. Les manuels conjugaux constituent donc un observatoire formidable pour appréhender les métamorphoses des conceptions du couple et de la sexualité à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "« Métamorphose », « épreuve terrible » ou « viol légal » ? La nuit de noces au XIXe siècle", publié sur Sexcursus le 30/06/2020. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/783.

  1. Pierre Darmon, Le Tribunal de l’impuissance. Virilité et défaillances conjugales dans l’Ancienne France, Paris, Seuil, 1979, p. 170-171. []
  2. Sur l’histoire de la virginité féminine, voir Yvonne Knibiehler, La Virginité féminine. Mythes, fantasmes, émancipation, Paris, Odile Jacob, 2012. []
  3. Sur ce sujet, voir mon livre, Une rose épineuse. La défloration au XIXe siècle en France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017. []
  4. [Roy Porter et Lesley Hall (The Facts of Life. The Creation of Sexual Knowledge in Britain, 1650-1950, New Haven, Yale University Press, 1995) se sont intéressés à l’histoire de ces manuels conjugaux en Angleterre. Alain Corbin en a proposé une approche pour le cas français dans son édition de La Petite Bible des jeunes époux de Charles Montalban (Paris, Jérôme Million, 2008). Sylvie Chaperon, dans Les Origines de la sexologie (1850-1900) (Paris, Payot 2012 ; 1ère édition : Audibert, 2007), a montré le rôle précurseur que cette littérature française avait joué dans la formation d’une proto-sexologie. Plus récemment, Jean-Louis Guereña (Les Espagnols et le sexe, XIXe-XXe siècles,Rennes, PUR, 2013) a décrit une floraison similaire de collections d’éducation sexuelle populaire en Espagne. []
  5. Voir Virginie De Luca Barrusse, « Le genre de l’éducation à la sexualité des jeunes gens (1900-1940) », Cahiers du Genre, 2010/2, n° 49. []
  6. C’est encore le cas pour 58% des femmes en 1968, d’après B. et A. Lanos, Fiancés et jeunes mariés de notre temps, cité par Laure Adler dans Secrets d’alcôve. Histoire du couple de 1830 à 1930, Paris, Hachette, 1983, p. 93. []
  7. Jean-Yves Le Naour, Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les mœurs sexuelles des Français 1914-1918, Paris, Aubier, 2002, p. 11. []
  8. Dr Jaf, [Jean Fauconney], L’Art d’aimer, Paris, Librairie de l’American-Hygien, 1907, p. 101. Le Dr Clément dénonce aussi lors de la nuit de noces « cette brutalité qu’y apporte parfois l’homme fougueux dans ses désirs ». Emmanuel Clément, op. cit., p. 8. []
  9. L. B. Sperry, Confidential Talks with Husband and Wife, Londres et Édimbourg, Oliphant Anderson and Ferrier, 1900, p. 105-106. []
  10. Dr Rhazis, L’Amour dans le mariage, Paris, De Porter, 1909, p. 59. []
  11. Dr Brennus, op. cit., p.102 ; Emmanuel Clément, op. cit., p. 8. []
  12. A. Robin et P. Dalché, Gynécologie médicale. Le Traitement des maladies des femmes, Paris, J. Rueff, 1900, p. 284. []
  13. Jaf, op. cit., p.100. []
  14. Dr Rhazis, op. cit., p. 59 ; cité par P. Cryle, « “A Terrible Ordeal from Every Point of View”: (Not) Managing Female Sexuality on the Wedding Night », Journal of the History of Sexuality, n° 18, 2009, p. 44-64. []
  15. Dr Brennus, op. cit., p. 38 []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.