Histoire(s) d’adultère (1/4) : adultère, couple et divorce au XIXe siècle

Lettre manuscrite d'Eugénie Hanier à Charles Beez

Dans le cadre de mes recherches, je suis amenée à dépouiller des archives judiciaires, et notamment les dossiers de procédure du tribunal correctionnel de la Seine1. Je me suis intéressée, entre autres, aux affaires d’adultères. Celles-ci se sont révélées peu utiles pour ma thèse à proprement parler, mais ce sont des dossiers très riches sur lesquels je voulais partager ici quelques réflexions.

L’histoire de l’adultère en France à l’époque contemporaine n’est pas une page blanche et, si plusieurs travaux l’ont abordée dans une perspective d’histoire des représentations2, les sources judiciaires ont constitué une voie d’entrée privilégiée pour en écrire l’histoire : plusieurs travaux de maîtrise et/ou DEA ont été consacrés à ce sujet, à l’instar de ceux de Daniel Reytier sur le Second Empire, ou encore de Dorothée Hahn, qui a travaillé sur le cas marseillais entre 1830 et 1870. Anne-Marie Sohn a consacré à l’adultère féminin de très belles pages dans Chrysalides : elle s’y intéresse aux motifs invoqués par l’épouse, aux caractéristiques socio-démographiques des cas qu’elle étudie (durée du mariage au moment de l’adultère, âge des protagonistes, etc.), mais aussi aux réactions des époux.
Dans cette série de billets, je m’intéresserai plus particulièrement aux procédures policières et judiciaires qui suivent une plainte pour adultère, à partir d’une quinzaine de dossiers de procédures qui s’échelonnent entre 1870 et 1914.

Ce premier billet introductif s’intéresse aux liens entre plainte en adultère, lien conjugal et divorce au XIXe siècle. Le deuxième sera consacré aux manières dont la police prépare le flagrant délit d’adultère et l’établit, en scrutant les lieux et les corps. Le troisième se penchera sur le rôle joué par l’entourage des protagonistes et leurs témoignages dans l’établissement du délit. Le dernier billet étudiera les registres et les arguments mobilisés par les époux.ses pour tenter de discréditer leur conjoint.e.

Adultère féminin et adultère masculin : une importante dissymétrie de genre

Au XIXe siècle, l’adultère est régi par les articles 336 à 339 du Code pénal de 1810, qui le considère comme une atteinte à l’ordre et à l’institution familiale. C’est ce qui explique qu’il fasse l’objet d’un traitement inégalitaire selon le genre : l’adultère féminin, plus susceptible de perturber l’ordre familial (parce qu’il peut causer une naissance illégitime), est passible d’une peine d’emprisonnement allant de trois mois à deux ans, pour la femme comme pour son complice (qui risque aussi une amende de 100 à 2000 francs). L’époux infidèle, en revanche, ne risque qu’une amende allant de cent à deux mille francs ; en outre, il ne peut être condamné que s’il a entretenu une concubine au domicile conjugal3.

Encore cette circonstance semble-t-elle particulièrement difficile à établir : en 1913, Jeanne Boursier, couturière, porte plainte contre son époux, Ernest Léon Boursier, comptable, au motif qu’il entretient une concubine, Palymra Pizarro, au domicile conjugal. Pris en flagrant délit dans un pavillon à Colombes, celui-ci reconnaît vivre maritalement avec sa maîtresse. Mais le bail du pavillon est au seul nom de Mme Pizarro, et il conteste donc que ce pavillon constitue le domicile conjugal. Il avoue d’abord ne pas posséder d’autre domicile, mais puisque d’après la jurisprudence, en l’absence d’autre domicile, le pavillon doit être considéré comme son domicile conjugal, il se rétracte et prétend disposer d’un autre logement à Paris, 40 rue de Provence. L’enquête établit que ce pied-à-terre est une petite chambre où il ne se rend que très rarement, et où son épouse n’est jamais venue. Malgré les tentatives de son avocat d’établir que ce pied-à-terre peut constituer le domicile conjugal au sens de la loi, le juge donne finalement gain de cause à l’épouse. Mais ce cas montre bien les difficultés qu’il peut y avoir à faire reconnaître l’adultère masculin ; par ailleurs, il témoigne de l’importante dissymétrie de genre, puisque Boursier et sa maîtresse sont condamnés à 25 francs d’amende, alors que l’amende minimale normalement prévue dans ce cas de figure est de 100 francs4.

Madame Chantraine, qui sollicite du procureur un constat d’adultère contre son mari en 1908, a moins de chance. Elle explique que son époux Louis a abandonné le domicile conjugal il y a quatre mois et vit depuis au 12 rue Richer avec sa maîtresse, qui se fait appeler Madame Chantraine. Interrogés, les deux amants reconnaissent avoir des relations intimes, mais Louis affirme que le 12 rue Richer n’est pas son domicile, puisque l’appartement conjugal du 7 boulevard Ornano, dans lequel vit sa femme légitime, est loué à son nom. Madame Thévenin, sa maîtresse, explique qu’elle vit pour sa part au 51 rue Bénard. L’avocat de Louis Chantraine, dans sa plaidoirie, insiste sur le fait que le 12 rue Richer ne constitue qu’un local loué à des fins commerciales et qu’il ne peut être considéré comme le domicile conjugal. Il ajoute que « le fait d’avoir eu, hors du domicile conjugal, des relations intimes passagères, accidentelles avec une femme dans le local loué par un tiers ne peut être assimilé au fait d’entretien de concubine au domicile conjugal », et obtient ainsi l’acquittement de son client5.

La plainte en adultère : une tentative de médiation conjugale ?

Il faut également noter que l’adultère est, du point de vue du droit, un délit particulier, puisque l’action de la justice ne peut être initiée que par la plainte de l’époux ou de l’épouse6. Il ou elle peut ensuite, à sa guise, faire arrêter les poursuites en cours de procédure ; s’il consent à la reprendre au domicile conjugal, l’époux peut même abréger la peine de prison prononcée à l’encontre de sa femme.

Dans les dossiers que j’ai étudiés, il est assez fréquent que l’époux finisse par retirer sa plainte : à l’audience du 6 décembre 1871, Jean-Louis Gérard, un employé des chemins de fer d’Orléans de 41 ans, se désiste finalement de sa plainte contre son épouse Louise, 26 ans, marchande de boissons et comestibles, en déclarant qu’il espère que sa femme ne fréquentera plus son amant, un dénommé Bretagne7. Lorsque la plainte est maintenue, il arrive aussi que l’époux prenne rapidement la décision de faire sortir sa femme de prison. En 1881, un certain Sandras confesse ainsi avoir « eu la faiblesse de réclamer [la] liberté [de sa femme] après six jours passés à Saint-Lazare »8. Dans ces cas de figure, la plainte pour adultère apparaît comme un dernier recours lorsque l’époux ne parvient pas à convaincre son épouse de mettre fin à sa liaison ; l’institution judiciaire est utilisée comme une sorte d’intermédiaire conjugal dans une tentative de préserver le couple et de faire pression sur l’épouse pour qu’elle revienne dans le droit chemin.

C’est le motif qu’invoquent parfois certains époux alors même que la séparation semble largement entérinée. En 1905, Pierre-Jean Bax, un garçon maçon, écrit au procureur de la République pour déposer une plainte en adultère contre son épouse Hortense. Celle-ci l’ayant quitté depuis quatre ans, il a intenté il y a plusieurs années contre elle une action en divorce et obtenu la garde de leur fille. Il explique au procureur que sa femme « vit maintenant maritalement à Clichy, 4 rue des Bateliers, avec Monsieur Hubert Talbot, cocher de fiacre ; et qu’ils ont même un enfant actuellement âgé de 22 mois ; que malgré ses efforts elle n’a jamais voulu reprendre la vie commune ». Il porte donc plainte en adultère, « pensant que peut-être la crainte du juste châtiment prévu par la loi la ramènera à son devoir »9.
Ce dossier de procédure, malheureusement peu fourni, laisse entrevoir des relations conjugales complexes et révèle la manière dont l’époux utilise successivement les procédures de la demande de divorce puis de la plainte en adultère pour tenter de faire revenir son épouse au domicile. Il semble toutefois peu probable que la condamnation qui a frappé Victorine à l’issue du procès – 50 francs d’amende – l’ait convaincue de retourner, après quatre ans de séparation, auprès de son époux légitime. Si c’est le motif avancé par le mari dans sa lettre, il s’agit peut-être surtout, par cette plainte, de laver son honneur auprès de son entourage en montrant qu’il ne laisse pas impunément sa femme vivre avec un autre.

La plainte en adultère, une étape vers la demande de divorce

Dans d’autres cas de figure, la plainte en adultère, bien loin d’être une tentative de médiation conjugale, constitue une première étape vers la demande de séparation de corps ou de divorce.
Le droit au divorce, établi pendant la Révolution française, avait été limité par le Code civil napoléonien de 1804 puis totalement abrogé sous la Restauration monarchique en 1816. Il est finalement rétabli sous la Troisième République, en 1884, sur proposition d’Alfred Naquet10. Toutefois, ce droit au divorce est restreint, puisque la loi n’admet pas le divorce par consentement mutuel et ne reconnaît que le divorce pour faute. Cette faute, si elle est prouvée, donne au plaignant ou à la plaignante le droit à une pension et à la garde des enfants. Les motifs reconnus de divorce sont : la condamnation du conjoint à une peine afflictive ou infamante ; des excès, sévices ou injures graves commis par le/la conjoint.e sur le/la plaignant.e ; l’adultère. La loi Naquet rend les hommes et les femmes plus égaux vis-à-vis de l’adultère, puisque l’entretien d’une concubine au domicile conjugal n’est pas une condition requise pour que l’adultère soit retenu contre un homme dans le cadre d’une demande de divorce.

Et avant même le rétablissement du divorce, certains voient dans l’accusation d’adultère un moyen d’obtenir une séparation. En 1882, Jean-Baptiste Cottin, un fabricant de chapeaux de 38 ans demeurant 23 rue des Blancs-Manteaux, accuse sa femme Elisa d’avoir une liaison avec Pagel, l’un de ses ouvriers. Le dossier de procédure contient un long mémoire rédigé par l’époux, racontant « les principaux faits de ses infortunes conjugales » ; il explique que ce texte est à l’usage de l’avocat et de l’avoué qui l’assisteront « dans sa demande en séparation de corps et peut-être de divorce si le sénat en vote la loi »11. Cottin compte donc sur le passage de la loi pour pouvoir se séparer de son épouse, et la plainte en adultère vise à légitimer sa demande de séparation.

Dans certains cas, la plainte en adultère sert même uniquement ce but : en 1903, Émeline Gostiaux, teinturière, dépose une plainte en adultère contre son mari Uranus Villé, marchand de chaussures, au motif que celui-ci entretient une concubine au domicile conjugal. Le constat établi, celle-ci retire sa plainte et déclare :

Je n’ai pas l’intention de faire condamner correctionnellement mon mari et sa complice. Je ne poursuis qu’un but : obtenir mon divorce à mon profit. Dans ces conditions, il me suffit que le commissaire de police ait constaté que mon mari et la dame Gostiaux vivaient maritalement.

AP, D3U6 85, Villé et Hacquart, 1903.

Parfois, la plainte en adultère vise donc surtout l’obtention d’une preuve tangible contre l’époux adultérin pour appuyer la demande de divorce, et les charges sont abandonnées par les plaignant.e.s une fois cette preuve obtenue. Dans le cas de Frédéric Crumière, un conducteur d’omnibus qui accuse la même année sa femme d’entretenir une liaison avec son frère, la stratégie semble avoir été la même :

Puisque l’adultère a été constaté et que d’autre part ma femme et mon frère reconnaissent les délits qui leur sont reprochés, je veux bien retirer ma plainte pour ne pas les faire passer en correctionnelle, mais je réserve tous mes droits pour demander le divorce.

AP, D3U6 84, Crumière et Crumière, 1903.

Dans certains cas, la plainte est même explicitement déposée à cette fin. Clovis Hanier, un garçon boucher du XVIIIe arrondissement, écrit ainsi en 1885 au procureur de la République pour expliquer que dès la deuxième année de son mariage avec Eugénie Duydé, artiste dramatique, celle-ci « a eu des amants » et qu’il s’est vu « dans la nécessité de quitter le domicile conjugal pour ne pas être témoin des désordres de sa femme ». Il explique qu’il porte plainte contre elle en adultère pour faire constater le flagrant délit et demander ensuite le divorce ; il se propose même d’ « indemniser les agents employés à cette constatation si besoin est ». Trouvée au domicile de son amant, Eugénie affirme que son mari et elle se sont quittés d’un commun accord après deux ans de vie conjugale. D’après elle, son mari savait très bien qu’elle vivait avec son amant, un ingénieur électricien nommé Charles Beez : Clovis serait souvent venu les voir, d’abord en se faisant passer pour son frère puis en révélant à l’amant, trois mois avant l’affaire, qu’il était l’époux d’Eugénie12. Dans ce cas de figure, la plainte en adultère intervient bien après la séparation effective du couple, pour appuyer une procédure de divorce à laquelle l’époux semble avoir eu du mal à se résoudre. Il explique en effet que s’il a rendu visite, à plusieurs reprises à Charles Beez et son épouse, ce n’est pas parce qu’il acceptait la situation, mais pour « décider [s]a femme à rentrer avec [lui] ». La plainte en adultère intervient au moment où il a perdu tout espoir de réparer la relation conjugale et se résout à divorcer.

Les rapports entre plainte pour adultère et demande de divorce sont parfois plus complexes. En 1891, Joseph Marette, employé de commerce, porte plainte contre son épouse Julie parce qu’elle a quitté le domicile conjugal, qu’elle a introduit une demande de divorce contre lui et qu’elle sollicite du tribunal la garde de leurs deux enfants. Les policiers surprennent Madame Marette, 39 ans, en flagrant délit au 25 rue de Navarin, chez son amant Étienne Gallerand, un veuf de 49 ans. Elle explique qu’ils entretiennent une relation depuis six mois seulement, qu’elle est en instance de divorce depuis trois ans et, à ce titre, autorisée par le Président du tribunal à habiter seule à son domicile. Il ne s’agit donc pas pour l’époux d’appuyer une demande en divorce, mais de contrer celle de son épouse, qu’il juge immorale. Il explique en effet au procureur de la République qu’il est de son devoir de s’ « opposer à cette double prétention dans l’intérêt de la moralité et de celui de [s]es enfants »13. Si la demande de divorce formulée par son épouse date d’il y a trois ans et qu’elle vit vraisemblablement à son propre domicile depuis autant de temps, il est probable que ce soit la découverte de l’adultère qui ait poussé Joseph Marette à agir. Il ne s’agit alors pas pour lui de sauver une relation qui semble terminée depuis longtemps, mais plutôt de préserver sa réputation. Il évoque en effet le fait que la demande de divorce lui paraît aller à l’encontre de la morale, témoignant ainsi des réticences que provoque sa légalisation récente dans la société française. Mais surtout, la plainte en adultère est ici une tentative d’empêcher sa femme de poursuivre sa demande de divorce en utilisant le levier de la garde des enfants : si l’adultère de l’épouse est avéré, le mari bénéficiera d’un argument de poids pour obtenir la garde, puisque la loi prévoit que celle-ci soit retirée à celui des époux qui a été infidèle.   

Les dossiers de procédure concernant des adultères ou des entretiens de concubine au domicile conjugal constituent donc une source précieuse pour étudier l’histoire du couple et des relations conjugales au xixe siècle. Ils montrent que les individus qui se saisissent de ce recours judiciaire le font pour des raisons fort différentes, de la volonté de ressouder une unité conjugale mise à mal par une liaison amoureuse à celle de rompre définitivement le lien du mariage en demandant le divorce. Ces dossiers sont d’autant plus importants qu’ils permettent de combler le vide laissé par la non-conservation, dans la plupart des archives françaises, des dossiers de procédure relatifs aux divorces. Observatoires privilégiés des tensions et des délitements du couple marié, ces affaires judiciaires ouvrent également des perspectives plus inattendues sur l’histoire du sentiment amoureux, en donnant à voir des couples adultérins surpris dans leur intimité et en faisant parvenir jusqu’à nous les portraits photographiques ou les lettres d’amour qu’ils s’échangeaient. Vous en avez un petit aperçu à déchiffrer en en-tête de ce billet 🙂

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Histoire(s) d’adultère (1/4) : adultère, couple et divorce au XIXe siècle", publié sur Sexcursus le 12/06/2020. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/772.

  1. Ils sont conservés, entre autres, sous les cotes D2U6 et D3U6, aux Archives de Paris. []
  2. C’est le choix fait par Chantal Gleyses dans son ouvrage intitulé La Femme coupable, et c’est également celui de Laure Adler qui évoque l’adultère dans Secrets d’alcôve, une histoire du couple au XIXe siècle qui se base surtout sur des sources littéraires. Agnès Walch, quant à elle, a proposé une histoire de l’adultère sur le temps long, mêlant littérature, discours religieux et sources judiciaires. []
  3. Code pénal de 1810, articles 336 à 337. []
  4. D2U6 187, Boursier et Pizzaro, 1913. []
  5. D2U6 156, Chantraine, 1908. []
  6. Anne-Marie Sohn, Chrysalides. Femmes dans la vie privée, XIXe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 909. []
  7. AP, D2U6 17, Gérard. []
  8. AP, D2U6 58, Sandras et Huysentruyt. []
  9. D2U6 147, Bax et Talbot, 1905. []
  10. Pour une histoire des débats autour du droit au divorce en France au XIXe siècle, voir Francis Ronsin, Les Divorciaires. Affrontements politiques et conceptions du mariage dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1992. []
  11. AP, D2U6 61, Cottin et Pagel 1883. []
  12. AP, D2U6, Hanier, 1885. []
  13. D2U6 93, Gallerand et Marette, 1891. []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.