L’Église catholique et la contraception naturelle : des liens ambigus

Il y a peu, un scandale a éclaté autour de l’application Femm, dont je vous parlais dans le précédent billet : une enquête du Guardian a en effet révélé que l’application avait reçu 1,6 million d’euros de la part de la fondation Chiaroscuro, une organisation catholique anti-contraception et anti-avortement, ce qui, en dépit de la rhétorique scientifique et technologique déployée par l’application (« it provides you with cutting edge science« ), laisse planer le doute sur sa vocation affichée d’aider les femmes à éviter une grossesse.

Je voudrais profiter de cette affaire pour évoquer les liens anciens et ambigus de l’Église catholique avec cette forme de contraception qu’est la continence périodique, à travers un exemple particulier, tiré de la correspondance de l’Abbé Viollet1.

La continence périodique, une solution acceptable pour l’Église ?

Pour l’Église catholique, l’acte du mariage est, « par sa nature même, destiné à la génération des enfants »2. Toute entrave à la conception (toute « fraude », dans le langage ecclésiastique) est donc considérée comme une violation de la loi divine. Pourtant, malgré les avertissements de l’Église, des pratiques de contrôle des naissances se font jour en France à partir des années 1830, et en 1870, le taux de natalité français est le plus bas d’Europe. L’Église dénonce farouchement les pratiques anti-conceptionnelles telles que le coït interrompu (aussi appelé « onanisme conjugal »)3, l’utilisation de préservatifs ou la réalisation d’injections vaginales prises juste après les rapports. L’encyclique Casti connubii (« Chastes époux »), publiée par le pape Pie XI en 1931, réaffirme que « tout usage du mariage […] dans l’exercice duquel l’acte est privé, par l’artifice des hommes, de sa puissance naturelle de procréer la vie, offense la loi de Dieu et la loi naturelle, et que ceux qui auront commis quelque chose de pareil se sont souillés d’une faute grave« .
En 1935, la méthode Ogino commence à être connue, et elle pose des cas de conscience à l’Église. En effet, cette méthode repose sur la continence, seul moyen de limitation des naissances considéré par l’Église catholique comme acceptable. Mais ne constitue-t-elle pas une nouvelle manière de frauder, en détournant l’acte conjugal de sa fin première ? Dans un contexte d’inquiétude démographique, les autorités ecclésiastiques se montrent suspicieuses à l’égard de cette méthode. Mais l’abbé Viollet, directeur de l’Association du Mariage Chrétien, sans en faire une promotion ouverte, la voit comme une sorte de moindre mal, de pis-aller permettant d’écarter les époux d’autres pratiques contraceptives.

Un rapport ambigu sur la diffusion de la méthode Ogino

Dans la correspondance de l’abbé Viollet, on trouve plusieurs lettres d’une assistante médico-sociale de l’Isère.  Celle-ci adresse régulièrement, à partir de 1935, des petites fiches à l’abbé Viollet. Elles visent à le tenir au courant de la diffusion dans la population de la méthode Ogino, qu’elle enseigne parfois à des familles qu’elle visite, tout en en condamnant sévèrement la promotion dans les journaux. Pour elle, comme pour l’abbé Viollet, cette solution doit être réservée à certains cas exceptionnels seulement (lorsqu’une grossesse mettrait en danger de mort la femme, par exemple), et ne doit absolument pas être diffusée trop largement. Dans l’une de ces lettres4, elle raconte la situation d’une famille à qui elle a enseigné Ogino :

Monsieur l’Abbé,
J’ai pensé ne plus avoir à vous écrire d’ici longtemps, et cela seulement pour vous envoyer éventuellement des fiches défavorables. Cependant, pour la troublante question Ogino qui nous occupe, je veux vous signaler un fait consolant qui vient de se produire. C’est une expérience d’application personnelle de la méthode. Il s’agit d’un cas où la méthode intégrale s’imposait absolument (Je vous passe les détails et les pourquoi). Je suis en face de la situation suivante : famille nombreuse d’enfants rapprochés et couple pratiquant le rapport incomplet depuis 5 ans déjà. Mentalité ad hoc, c’est-à-dire éloignement de la religion jadis aimée et santé de la femme ad hoc aussi avec crises de psycho-névrose ! La méthode enseignée est accueillie avec joie par la femme, tout d’abord, la pauvre femme fait pitié : une emmurée qui cherche une porte de sortie ! Je crois que la méthode est donc pratiquée…

Si elle ne détaille pas les raisons qui l’ont poussée à enseigner la méthode à ce couple, on en entrevoit malgré tout quelques-unes. Il s’agit d’aider une famille de cinq enfants en bas âge, aux revenus sans doute trop modestes pour avoir d’autres enfants dans l’immédiat (elle écrit plus loin qu’ils sont « déjà dans une grande gêne d’argent »). Le couple pratiquait déjà une autre méthode de contrôle des naissances interdite par l’Église, le coït interrompu, qui, au-delà de sa condamnation morale, est considéré comme très nuisible pour la santé féminine (d’où les « crises de psycho-névrose » décrites par l’assistante sociale). Il s’agit donc aussi, par l’enseignement d’Ogino, de préserver la santé de l’épouse en revenant à des rapports complets. Mais le mari est méfiant vis-à-vis de la méthode :

Autre contact avec le ménage : le mari n’a pas changé, n’ayant pas confiance en cette “blague de curé” ! Heureusement, le couple est déjà dans une grande gêne d’argent. Heureusement aussi, j’ai 1.000F en réserve que je puis donner immédiatement pour les sortir de l’ornière. Ce sera tout au moins une façon de leur prouver l’intérêt désintéressé que leur porte la personne qui a enseigné la méthode et leur prouver sa bonne foi. Et les voilà seulement enfin convaincus : ils pratiqueront la méthode à condition que je leur fasse tous les mois leur calendrier ; ce que j’accepte bien volontiers. Du même coup : retour à la religion très sincère et certainement définitif.

Il considère en effet que la méthode Ogino est une « blague de curé », expression que l’assistante sociale explique à l’abbé Viollet en des termes euphémisants : « Il ne faut pas l’entendre dans le sens de mensonge, mais dans celui d’une chose peu scientifique à résultats très aléatoires, qui réussit “de temps en temps” ou encore “chez de rares femmes”. » Il semble bien en effet que l’époux mette en doute la bonne foi de l’Église catholique en ce qui concerne sa préférence pour la méthode Ogino : ne s’agirait-il pas d’une ruse pour les inciter à employer une méthode en réalité peu efficace, et donc les pousser en fait à avoir des enfants ? Ce n’est qu’en leur offrant de l’argent que l’assistante sociale parvient à persuader l’époux qu’elle agit de manière désintéressée, et à lui faire accepter la mise en place de la méthode au sein de son couple. Cela a pour conséquence, de la part des époux, un « retour à la religion très sincère », ce qui peut vouloir dire plusieurs choses. D’abord, qu’ils ont repris confiance en l’Église à travers les propos rassurants de l’assistante sociale. Ensuite, qu’ils ne se livreront plus à la pratique interdite du coït interrompu, ce qui a sans doute pour conséquence une dernière chose : un retour à la pratique des sacrements religieux, et notamment de la communion. Pour communier, le croyant doit en effet avoir été absous de ses péchés par son confesseur ; or, la pratique de la fraude conjugale éloignait bien des catholiques du sacrement de la communion, à en croire les correspondants de l’abbé Viollet.

L’assistante sociale conclut :

Je sors donc de cette petite expérience de travail toute consolée au sujet de l’atroce propagande que nous déplorons. Il se passera un certain temps avec que le scepticisme de certains soit vaincu. Et si chaque propagandiste est obligé d’employer ses économies à cette propagande, beaucoup y renonceront !! Faut-il en conclure que la propagande n’est pas dangereuse ? Certes non !!! mais tout de même moins que je ne pensais tant que certains l’appelleront “une blague de curé”. Un bienheureux scepticisme plane sur la méthode. Puisse-t-il durer longtemps ! »

Elle semble ravie du scepticisme de cet époux à l’égard de la méthode, qui la rassure sur l’impact potentiel de la publicité faite pour la méthode Ogino, dont je vous parlais dans le billet précédent. Le rapport de l’Église catholique à la méthode Ogino est donc complexe et ambigu : elle la considère comme un pis-aller préférable aux autres formes de fraude conjugale, mais redoute les effets délétères que sa diffusion au sein de la population pourrait avoir. L’histoire de cette position ambiguë peut aider, peut-être, à comprendre l’apparent paradoxe du soutien, par une organisation catholique anti-contraception, d’une application de contraception naturelle, ainsi qu’à nuancer quelque peu les accusations d’hypocrisie faites à cette organisation. Il s’agit peut-être moins de piéger les femmes avec une application volontairement peu fiable, que de proposer une voie alternative à des moyens de contraception à leurs yeux inacceptables…

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "L’Église catholique et la contraception naturelle : des liens ambigus", publié sur Sexcursus le 28/06/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/72.

  1. Elle est conservée au Centre National des Archives de l’Église de France. Vous pouvez lire plusieurs des courriers reçus, in extenso ou par extraits, dans l’ouvrage de Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres. Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924-1943) (Paris, Albin Michel, 1996), ou encore dans la contribution d’Anne-Marie Sohn au livre de Franz Eder, Lesley Hall et Gert Hekma (dir.), Sexual Cultures in Europe. Themes in Sexuality (Manchester et New York, Manchester University Press, 1996). []
  2. Encyclique Casti Connubii, 1930 []
  3. Voir à ce propos l’ouvrage de Claude Langlois, Le Crime d’Onan. Le discours catholique sur la limitation des naissances, 1816-1930 (Paris, Les Belles Lettres, 2005). []
  4. Centre national des Archives de l’Église de France, 1CO 88 – 1935 []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

2 réflexions sur « L’Église catholique et la contraception naturelle : des liens ambigus »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.