Une histoire du vaginisme est-elle possible ?

Dans ce billet, j’aimerais partager quelques réflexions sur le vaginisme et son histoire, qui m’ont été inspirées par une demande de la part d’une médecin sexologue, qui avait formé un groupe de travail de professionnel-le-s de santé sur cette question, et cherchait à savoir quelles étaient, dans la littérature médicale, les plus anciennes descriptions de vaginisme.

L’historien-ne et la médecine

Le fait de travailler sur l’histoire des sexualités m’amène quelquefois en effet à échanger avec des professionnel-le-s de santé, ou encore avec des militant-e-s, et me met face à la question des ponts que je peux faire, en tant qu’historienne, avec l’actualité, et des réponses que je suis (ou non) en mesure d’apporter à leurs interrogations, souvent à la fois stimulantes et désarçonnantes.
D’abord parce que faire de l’histoire de la médecine, cela consiste bien souvent à montrer le caractère construit des catégories utilisées (parfois encore actuellement) par les médecins, à réinscrire leur émergence dans un contexte scientifique, mais aussi social et moral. À montrer, en somme, que le vocabulaire n’est pas neutre, qu’il n’est pas un reflet de la réalité, mais qu’il est producteur de normes et de représentations. Rafael Mandressi l’a bien montré pour le clitoris, dont le savant Colombo revendique « l’invention » au XVIe siècle :

« Le nom [des organes] est venu lorsqu’ils ont été isolés par le tracé d’une frontière différente, quand on a cru identifier chez eux de bonnes raisons pour en faire des unités autonomes. De même, le clitoris devint un jour une province nouvelle, fruit du découpage quee Colombo estima correspondre à la “vérité”. Mais cette vérité ne se trouvait pas dans le bout de chair qu’il répertoria. Elle était dans son regard d’anatomiste. »

Rafael Mandressi, Le Regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003, p. 11.

Le cas du clitoris illustre bien ce caractère construit et relatif des désignations médicales : on l’a longtemps considéré comme un simple « bouton », et désigné par ce terme une petite partie seulement (limitée au gland) de l’organe plus complexe que le terme englobe aujourd’hui. Dans mon livre sur la défloration au XIXe siècle, je me suis pour ma part intéressée à la manière dont les discours médicaux du XIXe siècle « inventaient » l’hymen, en donnant un nom spécifique à cette membrane qui n’est en fait qu’un prolongement de la muqueuse vulvo-vaginale, et aux conséquences que cette invention avait sur la conception de la virginité féminine.

Vaginisme(s) ? Le mot et la chose

Il importe donc de garder à l’esprit que le terme médical et la réalité qu’il décrit sont deux choses différentes. Faire l’histoire du vaginisme, est-ce alors faire l’histoire de la catégorie médicale, ou bien de la réalité qu’elle désigne ? Cela a-t-il un sens de chercher, dans les sources, des descriptions de phénomènes similaires à ceux qui seront plus tard considérés comme relevant du vaginisme ? C’est d’autant plus hasardeux que le terme de vaginisme lui-même est loin d’avoir une histoire simple.

Il apparaît en anglais (vaginismus) sous la plume du gynécologue américain James Marion Sims en 1861, pour désigner une « hyperesthésie » (une exacerbation de la sensibilité) accompagnée d’une « contraction spasmodique du sphincter vaginal ». Des descriptions de phénomènes similaires sont faites à peu près au même moment en France, notamment par Émilien Charrier, qui consacre en 1862 sa thèse de médecine à la « contracture spasmodique du sphincter vaginal », mais sans lui donner un nom spécifique. L’invention du terme de « vaginisme » encourage la recherche sur ce sujet et on assiste, dans les années qui suivent, à une multiplication des écrits médicaux qui s’y intéressent. Plusieurs médecins y consacrent leur thèse en France : Visca en 1870, Seney en 1873, Lutaud en 1874, Daude en 1880, Gillard en 1884, Dubois en 1890, Carrière en 1892… Mais tous ne s’accordent pas sur une même définition : Seney considère la contraction comme une conséquence de l’hyperesthésie, et non comme un symptôme du vaginisme à proprement parler1 ; Lutaud ajoute à la définition le fait que le vaginisme « s’oppose au coït » et a pour cause « des lésions variables » du vagin et de la vulve2. Daude, quant à lui, considère qu’il existe des cas de vaginisme indolore, et que seule la contraction le définit3… Et les définitions actuelles ne sont guère plus consensuelles : le DSM-IV4 le définit comme un « spasme involontaire répété ou persistant de la musculature du tiers externe du vagin perturbant les rapports sexuels » ; le CIM-105 précise : « l’intromission est impossible ou douloureuse » ; dans le DSM-V, le terme a disparu, au profit d’une catégorie plus englobante, les « dyspareunies », désignant les « troubles de douleurs génito-pelviennes » et les « troubles de la pénétration ».

Les définitions du vaginisme sont donc loin d’être univoques, ce qui incite à d’autant plus de prudence face à la tentative de faire l’histoire de cette pathologie avant son invention.

Du vaginisme avant le vaginisme ?

Si l’on tente malgré tout de chercher avant 1861 des descriptions cliniques ressemblant au vaginisme, force est de constater que l’on en trouve assez peu. Les médecins qui ont travaillé sur le vaginisme ont eux-mêmes essayé de trouver dans la littérature médicale passée des précédents, mais ils sont a priori rares. Visca, auteur d’une thèse sur le vaginisme en 1870, indique que la première référence à laquelle il a pu remonter est un article de Guillemot dans le Journal universel des sciences médicales, en 1828 : l’article porte sur les atrésies vaginales (des malformations causant une occlusion complète ou partielle du vagin) et évoque, à côté de ces atrésies, « des rétrécissements produits par des irritations fixées depuis longtemps dans le vagin et à l’ouverture vulvaire »6. On trouve aussi la mention, dans divers ouvrages traitant des questions d’impuissance masculine et féminine, comme celui de Thomas Sanchez (1605), de l’arctitudo, ou étroitesse excessive du vagin, mais qui est généralement assimilée à une malformation congénitale, et pas à une contraction spasmodique7.

Comment expliquer cette apparition tardive du vaginisme dans les sources ? Les médecins du XIXe siècle eux-mêmes se sont interrogés, et avancent, dans leurs travaux, plusieurs facteurs explicatifs. Visca met ainsi en cause « la nature même de la maladie, la susceptibilité légitime des malades, et les conditions qui l’engendrent » : les femmes atteintes de cette pathologie liée à la sexualité n’auraient pas osé consulter un médecin pour ce motif. Il évoque aussi le fait que « l’examen direct des organes et tous les moyens physiques d’exploration étaient chose peu connue » par le passé8. L’examen gynécologique est en effet, dans la seconde moitié du XIXe siècle, une invention récente, dont la pratique demeure très codifiée pour éviter de froisser la pudeur des femmes qui y sont soumises, et d’attirer sur la gynécologie des soupçons d’immoralité9. Un autre argument revient souvent sous la plume des médecins : la maladie serait surtout fréquente dans les classes aisées, et les cas seraient donc rares dans les hospices et hôpitaux, qui sont pour les médecins le principal lieu d’observation de cas cliniques. Le vaginisme aurait donc été tardivement décrit car les médecins n’avaient guère de moyens de l’observer dans de bonnes conditions, et il aurait longtemps été confondu avec d’autres pathologies déjà identifiées (névralgies vulvaires, atrésies, malformations, etc.).

Comment tenter d’expliquer cette « apparition » du vaginisme au XIXe siècle en historien-ne ?

Le vaginisme, mal du (XIXe) siècle ?

La première possibilité est de considérer que la pathologie décrite par le terme de vaginisme n’est pas documentée avant le XIXe siècle tout simplement parce qu’elle n’existe pas avant le XIXe siècle. Deux explications sont alors possibles : On peut considérer que le vaginisme est une affection produite par un contexte historique spécifique, et qu’il est donc apparu au XIXe siècle. Plusieurs historien-ne-s travaillant sur l’hystérie, par exemple, l’ont analysée comme le fruit d’une répression extrême de la sexualité féminine au XIXe siècle, qui n’aurait trouvé à s’exprimer que dans des crises hystériques10.
Le fait que pour les médecins, le vaginisme soit surtout une pathologie propre aux classes sociales aisées peut renforcer cette interprétation. Dans un contexte où la virginité féminine était extrêmement valorisée, où les jeunes filles de la bourgeoisie étaient éduquées en oies blanches, dans des couvents ou des pensionnats exclusivement féminins, où elles étaient gardées à l’écart de toute fréquentation masculine et dans l’ignorance de la sexualité jusqu’à leur mariage, il n’est guère étonnant que l’entrée dans la sexualité ait été l’objet d’appréhensions et de craintes. Les médecins de l’époque insistent d’ailleurs largement sur le rôle essentiel que jouent la nuit de noces et le comportement de l’époux lors du premier rapport sexuel dans l’apparition du vaginisme :

Presque toujours [le vaginisme] est d’origine nuptiale, ou du moins il succède à la défloration virginale, et survient aussitôt après les premiers rapports qui ont été particulièrement douloureux. Sans renouveler les conseils que certains auteurs voudraient voir donner à tous les jeunes mariés, il nous sera permis d’ajouter qu’une impétuosité maladroite risque de provoquer chez une jeune femme nerveuse des souffrances dont la persistance compromet les relations conjugales.

A. Robin et P. Dalché, Gynécologie médicale. Traitement médical des maladies des femmes, Paris, J. Rueff, 1900.

La nuit de noces devient, sous la plume des médecins et des vulgarisateurs, un événement matriciel du vaginisme, à la fois parce que la défloration peut causer des lésions entraînant une contracture vaginale, mais aussi sur un plan plus psychologique :

« Ce premier rapprochement est toujours pénible pour la femme qui n’en soupçonnait pas toute l’intimité, il lui cause, pourvu qu’elle soit nerveuse et délicate, une impression violente, d’autant plus forte même qu’elle y était moins préparée par son ingénuité ».

Dr Eynon, Manuel de l’amour conjugal, Paris, F. Pierre, 1909.

Il n’est donc pas aberrant de considérer que le contexte social et culturel du XIXe siècle, qui valorise la virginité féminine, maintient les jeunes filles dans l’ignorance de la sexualité jusqu’au mariage, pour les livrer ensuite à des époux qui ont déjà fait leurs armes en compagnie de prostituées et les traitent parfois sans égards pour leur pudeur, ait créé toutes les conditions favorables à l’apparition du vaginisme. Il peut se lire comme une manifestation physique de la répression des désirs sexuels qu’on inculque aux jeunes filles et de l’intériorisation de l’impératif de pureté.
La frigidité féminine, ou le vaginisme, ont également pu être interprétés comme des formes de résistances féminines à la domination masculine : se soustraire à l’acte hétérosexuel constituerait alors une forme de subversion féminine de la domination masculine11. De la même manière, le vaginisme peut être interprété comme un refus, de la part de la patiente, d’endosser son rôle de patiente et de se soumettre à l’examen gynécologique12.

On peut aussi considérer que les catégories médicales ne sont pas des descriptions d’un état de fait, mais qu’elles ont une valeur normative, qu’elles pathologisent des états qui jusqu’alors n’étaient pas nécessairement considérés comme anormaux : c’est ce que Michel Foucault a avancé à propos de la folie13, par exemple, et beaucoup d’historien-ne-s ayant travaillé sur l’hystérie en font une lecture similaire : le discours médical sur l’hystérie serait une pathologisation de la sexualité féminine, dans un contexte où l’on souhaitait la réprimer. La focalisation médicale sur la contraction vaginale et sa pathologisation, peuvent s’expliquer par les représentations et les normes de l’époque, qui assignent la femme à une passivité totale dans l’acte sexuel. La contraction du vagin a pu, à cet égard, être perçue comme une transgression vis-à-vis de la répartition traditionnelle des rôles genrés et comme une menace de cet ordre établi.
Des travaux ont aussi montré l’importance de la suggestion dans de pareils cas : des femmes qui se mettent à adopter un comportement hystérique parce qu’on leur assigne cette pathologie14. Pour le vaginisme, cette dernière hypothèse est assez peu probable, dans la mesure où la diffusion du discours médical sur le vaginisme reste assez confidentielle : il existe au XIXe et au XXe siècles peu d’ouvrages de vulgarisation qui le mentionnent – la pathologie est d’ailleurs encore aujourd’hui assez méconnue du grand public – et il semble donc peu plausible que l’affirmation de l’existence du vaginisme ait, en quelque sorte, suscité l’apparition de nouveaux cas.

De l’histoire de la gynécologie à l’histoire des sensibilités : quelques pistes

L’autre possibilité est d’adhérer à l’idée que les symptômes décrits sous le nom de « vaginisme » aient toujours existé sans être reconnus, et on peut alors tenter d’expliquer la reconnaissance tardive de la pathologie par plusieurs facteurs.

 D’abord, des facteurs propres à l’histoire de la médecine et à la manière dont elle construit des catégories pathologiques. Les premières descriptions de vaginisme dans les thèses de médecine françaises insistent sur le fait que le vaginisme est une affection symptomatique et pas essentielle, c’est-à-dire qu’il découle généralement d’une lésion (qui peut provenir d’une infection vulvaire ou vaginale, d’un herpès, d’une irritation plus mécanique, etc.). Il est possible, dans ce cas, que les médecins avant James Marion Sims se soient concentrés sur ces lésions plutôt que leur conséquence (la contraction vaginale), et qu’ils n’aient pas jugé utile de désigner par un nom spécifique ce qui n’était pour eux qu’une réaction physiologique à une autre affection.

Ensuite, des facteurs relatifs à l’évolution des méthodes de diagnostic. On peut en effet replacer cette « invention » tardive du terme de vaginisme dans le contexte des transformations, à partir de la fin du XVIIIe siècle, de l’examen médical, avec l’émergence de la médecine anatomo-clinique, qui fonde ses diagnostics sur l’observation précise du corps. Pour le vaginisme, il est important d’insister sur l’institutionnalisation progressive de la gynécologie comme spécialité médicale au cours du XIXe siècle, et sur le développement, en parallèle, de l’examen gynécologique. Celui-ci était auparavant peu pratiqué par les médecins pour des raisons de décence, et dans des conditions peu favorables à l’établissement de diagnostics précis, comme ces gravures datant du début du XIXe siècle le suggèrent.

L’avènement de l’examen gynécologique moderne aurait permis des observations plus nombreuses et plus attentives, et donc l’isolement de cette pathologie, autrefois confondue avec d’autres15.

La banalisation progressive de l’examen gynécologique, et la structuration d’une profession dédiée à l’appareil génital féminin, ont pu jouer sur le fait que les individus aient davantage osé avoir recours à un professionnel de santé pour traiter de problèmes relevant de la sexualité et de l’intimité du couple. Il est tout à fait plausible que des souffrances gynécologiques soient longtemps restées sous le radar de la médecine parce que les concernées n’osaient pas en parler avec leur médecin de famille, souvent intégré à leur cercle de sociabilités. L’intériorisation par les femmes des normes de pudeur et de discrétion, et leur sentiment de honte ou de gêne vis-à-vis des questions sexuelles les ont sans doute dissuadées de consulter. Placide-Joseph Dubois rapporte ainsi en 1890 les cas de deux patientes souffrant lors des rapports sexuels mais refusant de consulter un médecin ; celles-ci ont finalement été examinées à la demande de leur époux16. Il n’est pas rare que la consultation ait lieu en présence du mari, voire d’un-e parent-e : les douleurs gynécologiques, lorsqu’elles empêchent les relations sexuelles, deviennent une véritable affaire de famille. Le vaginisme, en rendant le coït impossible, met en effet en péril la fonction procréative du couple, qui est alors au cœur du mariage. On constate d’ailleurs que de nombreuses femmes ne se résignent à consulter que plusieurs années après l’apparition du problème, parce qu’elles n’arrivent pas à avoir d’enfants. On le voit, la pudeur et la gêne ont donc pu constituer d’importants freins à l’exposition de la situation à un médecin, ce qui peut expliquer que le vaginisme ait longtemps été confiné dans l’intimité de l’alcôve conjugale.

On peut aussi tenter d’expliquer cette identification tardive par l’histoire des sensibilités, avec, dans la seconde moitié du XIXe siècle, une attention croissante portée à la douleur des femmes et à leur parole sur cette douleur. Cette évolution des sensibilités à la douleur, visible dans les dénonciations de la nuit de noces comme « viol légal », peut être mise en lien avec la lente érotisation de la relation conjugale dans le dernier tiers du XIXe siècle et l’avènement progressif du mariage d’amour. Aurait alors émergé l’idée que la douleur n’avait pas sa place dans la relation sexuelle. L’évolution du discours sur la défloration, que j’ai étudiée dans mes recherches précédentes, va dans ce sens : on a très peu de mentions de la douleur féminine lors de la défloration avant le milieu du XIXe siècle, puis elles se multiplient, ce qui peut traduire une attention croissante portée au ressenti féminin. En ce qui concerne le vaginisme, certains médecins du XIXe siècle affirment d’ailleurs qu’il n’existe pas de « vaginisme invincible », c’est-à-dire de cas où la pénétration serait rendue totalement impossible par la contraction des muscles entourant le vagin. Pour eux, c’est en réalité la douleur exprimée par la femme, et non la contraction en elle-même, qui stoppe la tentative de pénétration17. Cette interprétation tend à renforcer la thèse d’une attention croissante au ressenti féminin et à la douleur lors des rapports sexuels conjugaux.

Rechercher avant le XIXe siècle la trace de symptômes semblables à ce que l’on nommera ensuite « vaginisme » ne me semble donc pas la manière la plus intéressante dont l’historien-ne peut se saisir de cet objet. Il me paraît plus fécond, en revanche, de s’interroger sur les causes qui ont attiré l’attention des médecins du XIXe siècle sur ce phénomène ; sur les conditions scientifiques, institutionnelles et sociales qui ont ont pu le rendre plus visible et qui ont poussé les médecins à définir comme une pathologie spécifique un ensemble de symptômes autrefois négligés.

Pour aller plus loin :

  • Peter Cryle et Alison Moore, Frigidity. An Intellectual History, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2011, chapitre 3 : « Vaginismus ».
  • Peter Cryle, « Vaginismus. A Franco-American Story », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, 67, 2012, p. 71–93, disponible ici.
  • Delphine Gardey et Iulia Hasdeu, « Cet obscur sujet du désir. Médicaliser les troubles de la sexualité féminine en Occident », Travail, genre et sociétés, 34, 2015/2, p. 73-92, disponible ici.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Une histoire du vaginisme est-elle possible ?", publié sur Sexcursus le 21/02/2020. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/670.
  1. Alphonse Seney, Contribution à l’étude du rétrécissement spasmodique de l’œsophage et du vaginisme, Paris, 1873, p. 64. []
  2. Auguste-Joseph Lutaud, Du vaginisme : ses causes, sa nature, son traitement, suivi d’une leçon clinique de M. de professeur Lorain, Paris, G. Masson, 1874, p. 13. []
  3. Louis Daude, De la contracture spasmodique du constricteur vulvaire : ses rapports de causalité avec une irritation spinale localisée, Paris, 1880, p. 28 []
  4. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. []
  5. Classification internationale des maladies, 10e révision. []
  6. P. F. Visca, Du vaginisme, Paris, A. Parent, 1870, p. 7. []
  7. Peter Cryle et Alison Moore, Frigidity. An Intellectual History, Londres, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2011, chap. 1. []
  8. P. F. Visca, Du vaginisme, Paris, A. Parent, 1870, p. 18. []
  9. Anne Carol, « L’examen gynécologique en France XVIIIe-XIXe siècle : techniques et usages », in Patrice Bourdelais et Olivier Faure (dir.), Les Nouvelles Pratiques de santé. Acteurs, objets, logiques sociales (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2005, p. 51- 66. []
  10. Nicole Edelman, Les Métamorphoses de l’hystérique du début du XIXe siècle à la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2003, disponible ici. []
  11. Peter Cryle et Alison Moore, Frigidity. An Intellectual History, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2011, p. 79-82. []
  12. Peter Cryle, « Vaginismus. A Franco-American History », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, vol. 67, n°1, p.75. []
  13. Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972. []
  14. Nicole Edelman, Les Métamorphoses de l’hystérique du début du XIXe siècle à la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2003, chapitre 4. []
  15. Anne Carol, « L’examen gynécologique en France XVIIIe-XIXe siècle : techniques et usages », in Patrice Bourdelais et Olivier Faure (dir.), Les Nouvelles Pratiques de santé. Acteurs, objets, logiques sociales (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2005, p. 51- 66. []
  16. Placide-Joseph Dubois, Contribution à l’étude du vaginisme, Bordeaux, 1890. []
  17. Gosselin, cité par Auguste-Joseph Lutaud, Du vaginisme : ses causes, sa nature, son traitement, suivi d’une leçon clinique de M. le professeur Lorain, Paris, G. Masson, 1874, p. 30. []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.