Aux origines de la « contraception naturelle »

Prospectus pour "Le Périodique"

Depuis quelques années, les applications mobiles de « contraception naturelle » (comme Femm, Clue ou Natural Cycles) connaissent un certain succès. Natural Cycles a même été reconnue comme « dispositif médical contraceptif » en février 2017 par un organisme allemand puis en août 2018 par la Food and Drugs Administration aux États-Unis. Si Natural Cycles a la spécificité de reposer sur une prise quotidienne de la température, toutes ces applications fonctionnent sur le même principe : connaître son cycle menstruel pour prévoir les périodes d’infertilité, où il n’y a aucun risque de tomber enceinte, et les périodes de fertilité, où il convient, si l’on veut éviter une grossesse, de s’abstenir ou d’utiliser un autre mode de contraception.

Si l’on part à la recherche des origines de ce mode de contraception, on atterrit au début des années 1930, avec la mise au point de la méthode dite Ogino-Knaus. Elle doit son nom au gynécologue japonais Kyusaku Ogino, qui a découvert la loi d’Ogino, selon laquelle chez la femme, l’ovulation se produit une fois par cycle menstruel, entre le douzième et le seizième jour après le début des règles. En couplant cette information avec celle de la durée de vie des spermatozoïdes, il devient possible aux couples désirant un enfant de savoir à quel moment les rapports sexuels offrent les meilleures chances de conception. En 1928, le gynécologue autrichien Hermann Knaus confirme la découverte d’Ogino, tout en en dévoyant le but initial : il fait de la « méthode des cycles » un moyen d’éviter la conception1.

« Le Périodique »

Prospectus pour "Le Périodique"
Prospectus pour « Le Périodique ».

Cette méthode se diffuse en France au début des années 19302, et on voit alors apparaître dans la presse l’ancêtre de nos applications de contraception « naturelle », sous la forme d’un « Calendrier Physiologique Perpétuel » dit « Le Périodique », présenté comme « le baromètre de la santé féminine ». D’après les annonces que l’on peut trouver dans la presse à partir de 1935, on peut acheter cet objet pour 15 francs dans les pharmacies, ou bien l’obtenir avec son mode d’emploi « contre mandat de 16.50 adressé à Mme P. Grenier, 17 rue du Château-d’Eau, Paris (10e) » ; il est également possible de le commander accompagné d’une brochure rédigée par le Dr Trochu, Maternité et Stérilité conscientes, pour 23 francs3. D’autres publicités insistent sur son caractère inusable et donc économique, par rapport à d’autres formes de contraception comme le préservatif (encore que certains préservatifs soient présentés comme lavables4, mais c’est une autre histoire…).

Courrier accompagnant l’envoi du prospectus.

Dans les années 1930, l’abbé Jean Viollet, directeur de l’Association du Mariage Chrétien, suit de près la diffusion de la méthode Ogino au sein des couples. Une assistante sociale de l’Isère (dont je vous reparle ici), chargée de l’informer à ce sujet, lui envoie en 19355 ce courrier publicitaire. Il permet de se rendre compte qu’au-delà des annonces dans les journaux, des prospectus publicitaires pour cet objet étaient également adressés par la poste à des jeunes femmes.

« Faciliter la conception… ou l’empêcher ? Les ambiguïtés du Périodique »

Au premier abord, ces prospectus semblent promouvoir un appareil moral à tout point de vue :

Mode d’emploi du « Périodique ».
  • ils insistent sur les bénéfices de l’utilisation du « Périodique » pour la santé (celui-ci permet de repérer à temps « les irrégularités graves de la menstruation »).
  • le mode d’emploi met également en avant le confort de la femme concernée, puisque cet objet lui permettra de prendre ses dispositions « en ce qui concerne un voyage ou un travail incompatible avec le flux menstruel », mais également de « conserver ou de recouvrer [son] égalité d’humeur », en contrôlant la régularité de ses cycles et en agissant si elle constate une irrégularité.
  • enfin, le « Périodique » est présenté comme un instrument permettant de favoriser la procréation, puisqu’il permet de déterminer « automatiquement [la] période mensuelle de fécondité », et indique également « la date d’accouchement ».

Ces précautions rhétoriques s’expliquent par le contexte juridique : dans l’entre-deux-guerres, en conformité avec la politique nataliste d’après-guerre, plusieurs mesures sont mises en place pour lutter contre les pratiques contraceptives et l’avortement : la loi du 31 juillet 1920 fait de l’avortement un crime, et interdit la propagande pour des méthodes anti-conceptionnelles. Dans ce contexte répressif, les promoteurs de contraceptifs sont forcés d’avancer masqués en mettant en avant d’autres fonctions de leurs produits, pour ne pas tomber sous le coup de la loi : en témoignent les nombreuses publicités pour des médicaments promettant le « retour des époques » ou la guérison des « irrégularités menstruelles » : les plaintes envoyées aux tribunaux contre ce genre de publicités montre que le public n’était pas dupe, et comprenait bien qu’il s’agissait d’abortifs déguisés6.  L’usage contraceptif du « Périodique » est néanmoins facile à déceler entre les lignes : « en dehors cette période de Fécondité, la conception n’est normalement pas possible », clame le prospectus. C’est donc seulement en jouant sur cette ambiguïté et en se présentant comme une aide à la procréation que le fabricant du « Périodique » peut continuer à faire la publicité de son produit, en réalité largement utilisé comme moyen de contraception. Et au vu de son faible taux de réussite, dont se plaignent nombre des correspondants de l’abbé Viollet, on en viendrait presque à croire que le but du « Périodique » était bien de contribuer au repeuplement de la France 😉

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Aux origines de la « contraception naturelle »", publié sur Sexcursus le 27/06/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/56.

  1. En réalité, plusieurs médecins européens avaient, au XIXe siècle, déjà découvert cette période d’infertilité féminine et suggéré son utilisation à des fins de limitation des naissances, comme le montre cet article d’André Armengaud. Mais c’est surtout à partir des années 1930 que la pratique se diffuse []
  2. Martine Sevegrand, L’Amour en toutes lettres. Questions à l’abbé Viollet sur la sexualité (1924-1943), Paris, Albin Michel, 1996, p. 227 []
  3. L’Œuvre, 18 avril 1935, p. 4 []
  4. Dans le petit ouvrage publicitaire intitulé Méthode officiellement scientifique, la seule réellement infaillible de guérison radicale et absolue des maladies secrètes (Paris, Comptoir de Librairie, 1912), on trouve ainsi p. 146 une annonce pour « L’Inusable », préservatif dont la résistance permet « un usage de plusieurs années » et qu’il convient de « nettoyer à l’eau ordinaire » []
  5. Centre National des Archives de l’Église de France, 1CO88-1934 []
  6. Archives nationales, BB/18/6583-70 BL 47 : lettre d’un groupe d’accoucheuses envoyée au Ministre de la Justice en 1908 pour qu’il intervienne contre les annonces promettant de régler les « retards », au motif que les établissements proposant ces services sont « de vraies agences d’avortements » []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Une réflexion sur « Aux origines de la « contraception naturelle » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.