L’Infaillible, le Rêve, l’Inusable : petite histoire des préservatifs à la Belle Époque

Dans le dernier billet, j’évoquais l’historiographie du contrôle des naissances, et je soulignais le fait que peu d’études existent, pour le cas français au moins, sur l’histoire des dispositifs contraceptifs1.

J’inaugure donc une petite série de billets sur l’histoire matérielle de ces différents objets en France à la Belle Époque. Je voudrais, à partir des sources que j’ai pu croiser dans mes recherches, proposer quelques pistes de réflexion sur l’histoire de ces dispositifs contraceptifs (ou, comme on le disait à l’époque, « anti-conceptionnels ») : comment étaient-ils fabriqués ? Où étaient-ils vendus, et à quel prix ? Par quels moyens leurs fabricants les faisaient-ils connaître par les consommateurs ? Comment ces dispositifs étaient-ils perçus par les populations ?

Commençons ce tour d’horizon par le dispositif le plus connu, et sans doute le plus ancien : le préservatif2. C’est l’un des premiers dispositifs à avoir un statut commercial avant la fin du XIXe siècle, ce qui s’explique par le fait qu’il n’est pas seulement un contraceptif, mais aussi un objet prophylactique, permettant de se protéger contre les maladies vénériennes.

De la baudruche au latex : une histoire technique

Au XVIIIe siècle, le préservatif est généralement fait en baudruche, ou caecum, c’est-à-dire une pellicule issue de l’intestin du bœuf ou du mouton, ce qui le rend plutôt coûteux. On en trouve également en tissu, généralement en soie, prisée pour sa finesse et sa douceur. Au XIXe siècle, l’industrie du caoutchouc se développe, et les progrès techniques réalisés dans le traitement de ce matériau vont progressivement être appliqués à la fabrication de préservatifs. Si le caoutchouc, issu du latex secrété par des plantes tropicales, est exploité dès le début du XIXe siècle en Europe, ses utilisations restent limitées, car il est très sensible aux variations de températures : le froid le rend friable, la chaleur le fait fondre. C’est seulement avec la découverte par Charles Goodyear en 1844 du procédé de vulcanisation (qui consiste à stabiliser le caoutchouc en l’exposant au soufre à de hautes températures) que l’on peut commencer à envisager de s’en servir pour un usage contraceptif3. On trouve des préservatifs en caoutchouc vulcanisé aux États-Unis dès les années 1850, mais il faut attendre les années 1870 pour les voir apparaître en Grande-Bretagne : des condoms moulés en crêpe de caoutchouc et vulcanisés apparaissent alors. Mais cette technique de fabrication a l’inconvénient de créer une ligne de soudure sur toute la longueur du préservatif ; ce n’est que dans les années 1880, avec la mise au point du cement process, consistant à tremper des formes en verre dans une solution de crêpe mêlé à du solvant, puis à les sécher et à les vulcaniser, que le problème est réglé. La suppression de cette soudure, qui devait causer un certain inconfort, voir des douleurs pendant les rapports, est présentée par les vendeurs comme un véritable avantage, comme on le voit dans cette publicité de 1910 :

Publicité pour l'Indéchirable, préservatif sans soudure vendu par E. Vieille (Le Rire, 10/09/1910).
Annonce publicitaire du bandagiste E. Vieille parue dans Le Rire en 1910.

Il faut ensuite attendre la fin des années 1920 pour voir apparaître une nouvelle innovation, consistant à utiliser du latex liquide déjà stabilisé pour la fabrication des préservatifs. Les préservatifs en latex sont plus fins et plus résistants que ceux en caoutchouc, et ont une durée de vie plus longue4.

Extrait du catalogue de Lévy, manufacture de caoutchouc, 1890, p.25
Extrait du catalogue de Lévy, manufacture de caoutchouc, 1890.

Cependant, ces innovations ne remplacent pas les formes antérieures, et dans ce prix-courant d’un fabricant de caoutchouc manufacturé et d’accessoires de pharmacie parisien (1890), on constate que ces différents types de préservatifs coexistent : on y trouve encore des préservatifs en baudruche, qui valent entre 9 et 30 francs la grosse (soit 12 douzaines), selon leur qualité, mais également des préservatifs en soie (18 francs la grosse) et des préservatifs en caoutchouc, vendus entre 4,50 et 14 francs la grosse. L’industrialisation du caoutchouc rend donc le préservatif moins coûteux et plus accessible, mais il est sans doute aussi le modèle le moins apprécié, du fait de son épaisseur plus importante. Celle-ci est en effet un critère assez clair de qualité du préservatif, puisque selon ce sont les baudruches les plus fines qui sont les plus coûteuses (elles valent plus de 3 fois le prix des baudruches classiques). Le caoutchouc, malgré les innovations technologiques successives, ne parvient pas à dépasser sur tous les plans les autres matériaux. Certes, la baudruche, non élastique, ne s’enroule pas ; “il faut choisir une taille appropriée, suffisamment ample, car, mouillée, la baudruche rétrécit beaucoup” ; il faut l’humidifier avant usage, elle est plus coûteuse et devient dure après un usage répété… Elle demeure malgré tout plus résistante que le caoutchouc, qui doit impérativement être conservé “à l’abri de la chaleur, du froid et de la lumière”5.

Extrait d'un prix-courant de la Pharmacie Principale, 1910.
Extrait d’un prix-courant de la Pharmacie Principale, 1910.

Cet autre prix-courant de pharmacie datant de 1910 insiste lui aussi sur les diverses qualités techniques des préservatifs vendus : les préservatifs en caoutchouc dilaté d’une “résistance incomparable” sont vendus deux fois plus cher que les classiques, soit au même prix que les préservatifs en baudruche, qualifiés de “premier choix comme finesse et solidité”. Les modèles les plus luxueux sont le “soie” (“qualité extra, finesse et solidité remarquable”) et le “cristal” (“qualité surfine, ce qui se fait de mieux”), qui coûtent respectivement 4,50 et 6 francs la douzaine. Si les prix à l’unité (entre 15 et 60 centimes pièce) peuvent sembler coûteux en regard des revenus des classes populaires6, il faut garder à l’esprit que les préservatifs n’étaient pas à l’époque considérés comme jetables, comme en témoigne la mention “article inusable” en face du préservatif dit le “Père de famille”. Une brochure de la Ligue de la régénération humaine datée de 1897-98 explique : “Avec de la propreté et du soin on peut employer plusieurs fois la même capote”7. Une brochure néo-malthusienne italienne de 1912 détaille comment s’y prendre : “Après le coït, il faut laver le préservatif et le faire sécher ; quand il est bien séché, on répand dessus un peu de poudre neutre (talc, acide borique), puis on le roule et on le remet dans une petite enveloppe spéciale.”8 Son caractère réutilisable le rend donc plus économique.
Certains fabricants vont même jusqu’à proposer des produits spéciaux pour laver les préservatifs : Claverie propose ainsi à la vente en 1897 “L’Eau de Vénus”, qui sert pour la toilette intime des deux sexes, mais aussi pour “nettoyer, purifier et aseptiser les préservatifs pour hommes ou pour dames”9.

Publicité pour le préservatif "L'indéchirable Neversplit", 1911.
Les Philtres magiques triomphateurs de l’amour et de la femme, Paris, Guérin, 1911, p. 45.

On comprend, dans ces conditions, que le caractère indéchirable d’un préservatif devienne son principal argument publicitaire : il est la garantie de l’absence de fécondation ou de contamination vénérienne, mais aussi l’assurance de la possibilité de réutiliser de nombreuses fis le préservatif, ce qui le rend plus économique.

Odeur, aspect et imaginaire : une acculturation difficile

Mais malgré ces innovations technologiques et la progressive baisse des prix, le préservatif a du mal à s’imposer comme contraceptif. Il s’est développé au départ pour endiguer les maladies vénériennes, dont la prévalence était importante parmi les prostituées que fréquentaient usuellement les hommes au XIXe siècle, et cela lui vaut une mauvaise réputation. Il suffit de voir comment les différentes appellations qu’il reçoit en renvoient l’usage à d’autres contrées : on parle de “redingote anglaise” en France, mais de “french letters” en Angleterre… Tous en rejettent la paternité, vue comme un stigmate, et préfèrent voir l’objet comme une importation étrangère10.  Dans les imaginaires, le préservatif reste en effet fortement associé à la sexualité vénale, et il est peu apprécié par les couples légitimes. Lesley Hall, qui a étudié la correspondance reçue par Mary Stopes, pionnière du contrôle des naissances en Angleterre au début du XXe siècle, montre que les hommes n’osent pas utiliser de condoms avec leur épouse, car ils ont peur de l’offenser en sous-entendant qu’elle pourrait être porteuse d’une maladie vénérienne11.

Six suspensoirs en caoutchouc.
Suspensoirs, page de catalogue de la Manufacture centrale de bandage, 1910.

Plus largement, le caoutchouc est utilisé de manière croissante dans les secteurs de la médecine et de l’hygiène, pour ses qualités élastiques, hygiéniques et imperméables : on s’en sert pour fabriquer des instruments chirurgicaux, des pessaires, des bandages herniaires, des corsets orthopédiques, mais aussi des suspensoirs masculins (voir ci-dessous) et des protections périodiques féminines12. Cette association étroite avec l’hygiène et la médecine ne contribue pas nécessairement à forger un imaginaire érotique autour du préservatif : il est bien souvent jugé inesthétique et peu romantique 13.

En outre, le préservatif en caoutchouc, malgré plusieurs innovations techniques, présente plusieurs inconvénients : il reste très longtemps assez épais, et est accusé de diminuer les sensations physiques ressenties pendant le coït (un argument à sa charge encore fréquent de nos jours, soit dit en passant !)14. À cela s’ajoute l’odeur forte du caoutchouc, longtemps jugée désagréable (même si elle finira par devenir érotique du fait de son immixtion croissante dans les pratiques sexuelles, mais c’est une autre histoire15…). La mention “sans odeur”, présente sur de nombreux prix-courants, atteste que celle-ci était considérée comme un repoussoir par les consommateurs16.
Le port du préservatif par un homme semble aussi inconfortable pour sa partenaire : la soudure qu’il comporte pendant une bonne partie du siècle, résultat du processus de moulage du caoutchouc, est sans doute douloureuse pour les femmes lors du coït. Le préservatif pose aussi la question de l’absence de lubrification, qui peut rendre la pénétration désagréable. Les brochures néo-malthusiennes en témoignent et donnent des conseils à ce sujet :

Une fois le préservatif mis, il doit être mouillé avec de la salive ou avec une petite éponge imbibée d’eau pour le faire adhérer à la peau et pour faciliter l’introduction dans le vagin. […] Dans le cas où la femme ne tolère pas l’usage du préservatif, il est bon d’enduire le pénis de vaseline, d’onguent gris ou mieux encore d’une composition faite de 10 grammes de calomel et 20 ou 30 grammes de lanoline avant le coït.

AN, BB18 6171. 44 BL 184. Secondo Giorni, “L’arte di non far figli”, 1912, p. 55.

L’acculturation des populations au préservatif ne se fait donc pas sans mal. Mais les fabricants et les vendeurs redoublent d’ingéniosité pour développer de nouveaux modèles et les rendre plus attractifs. Certains fabricants proposent même à la vente des pommades lubrifiantes spéciales, à l’instar de la “Crème de Vénus”, vendue par la manufacture Claverie à 2 francs le pot17.

Innovations et publicité : Les préservatifs à la conquête des client-e-s

AN, BB18 6165. Prospectus de la Maison Henry, 1890-92.

Les fabricants de préservatifs tentent d’abord de fournir aux clients des modèles personnalisés à leurs clients, en proposant plusieurs tailles de préservatifs.
Le caoutchouc dilaté n’a en effet pas les mêmes propriétés élastiques que le latex utilisé ultérieurement, et l’on ne peut se contenter d’une taille unique. Pour éviter l’inconfort d’un préservatif trop serré, mais aussi le risque de fécondation si le condom, trop large, venait à se retirer pendant le rapport, les prix courants proposent plusieurs tailles de préservatifs, généralement entre 4 et 6, et certains catalogues proposent même à leurs clients un gabarit pour commander le modèle le plus adapte à leur anatomie.
D’autres innovations portent sur la forme du préservatif, et tentent d’en pallier certains défauts. Les fabricants proposent ainsi des préservatifs avec bourrelet (voir première illustration), ce qui permet d’assurer une meilleure tenue du préservatif sur le pénis.

Les Philtres magiques triomphateurs de l’amour et de la femme, Paris, Guérin, 1911, p. 49.

Une autre innovation importante est l’invention de préservatifs avec réservoir. Il s’agit d’une “poche dans laquelle se loge la semence”, qui permet de limiter le risque de déchirure du préservatif lors de l’éjaculation, mais qui a aussi, à en croire certaines brochures, une fonction sanitaire : “il a l’avantage […] d’éviter ainsi les engorgements et les fatigues qu’occasionnent les préservatifs ordinaires lesquels en fermant le méat urinaire retiennent le liquide dans le canal de l’urètre.”18

À l’époque, l’éjaculation pendant le coït est considérée comme bonne pour la santé, et sa rétention néfaste. C’est d’ailleurs l’un des arguments utilisés par les médecins pour se prononcer en défaveur du coït interrompu comme méthode de limitation des naissances.

Les Philtres…, Paris, Guérin, 1911, p. 48.

Les fabricants ne se contentent pas de modifier le préservatif masculin ; ils proposent également des modèles alternatifs de préservatifs, à l’instar du “bout américain”, aussi appelé “bonnet fin-de-siècle”. Il s’agit d’un capuchon élastiqué censé couvrir uniquement le gland du pénis. S’il est moins fiable que le préservatif intégral car il risque davantage de ne pas tenir en place lors du coït, il a pu être développé pour répondre à la critique selon laquelle le port d’un préservatif classique réduisait sensiblement la sensibilité du pénis.

Les Philtres…, Paris, Guérin, 1911, p. 35.

On voit également apparaître des préservatifs féminins. Celui proposé par la maison Guérin, pour la somme de cinq francs et nommé “L’Infaillible”, est présenté comme un “second vagin protecteur”. Il est composé d’un bourrelet pneumatique prolongé d’un tube en caoutchouc très souple et fermé. Il se place à l’entrée, ou de préférence directement à l’intérieur du vagin, dont il épouse les formes et la dimension. Le catalogue précise qu’il faut préalablement enduire ses parois internes et externes d’un lubrifiant. Au-delà de sa fonction contraceptive et prophylactique, celui-ci possède également une fonction érotique, puisque le cul de sac de l’appareil est décrit comme exerçant sur le pénis “une augmentation de pression des plus agréables”. Il offre également aux femmes un moyen de contraception dont elles peuvent maîtriser l’usage, contrairement au préservatif masculin.

D’autres innovations s’efforcent d’esthétiser le préservatif, en rendant son aspect moins rebutant et plus naturel. Cela passe notamment par l’offre de différentes teintes, outre le blanc qui est la couleur de base : du rose, mais aussi du orange, teintes qui sont probablement pensées pour se rapprocher davantage de la couleur de la peau et rendre le préservatif moins visible19.
Cette esthétisation passe également par un travail élaboré sur le conditionnement des préservatifs, qui vont être vendus dans des emballages très ouvragés.

Le travail poussé sur les des boîtes et étuis s’explique initialement par l’impératif de discrétion pesant sur les préservatifs : les vendeurs cherchent avant tout à les déguiser en objets usuels, comme des étuis à cigares ou à cigarettes, ou encore des boîtes de papier goudron de Norvège (je vous en ai déjà parlé dans ce billet).
Mais cette recherche formelle va plus loin qu’une simple nécessité de discrétion : il existe un vrai travail esthétique sur l’emballage fantaisie, qui se fait ludique et peut prendre la forme de fruits (raisins, abricots, mandarines ou pommes), de fleurs à porter à la boutonnière, de boîtes d’allumettes, de boîtes à motifs variés (léopard, monuments de Paris), d’enveloppes, de porte-monnaie, etc., comme on le voit sur cette page d’un catalogue de 1900.
L’emballage du préservatif peut même participer d’un certain érotisme : les décors de certaines boîtes semblent constituer en eux-mêmes des appels à la lascivité, à l’instar de l’“étui mythologique (très intéressant)” proposé par le magasin Claverie20. Des gravures obscènes apposées sur les boîtes peuvent donc participer de l’érotisation du préservatif.

Enfin, un dernier aspect important de cette conquête des consommateurs est la recherche par les fabricants de manières de transformer le préservatif en un objet vecteur de plaisir. Une sorte d’hybridation repérable dans les catalogues de fabricants s’effectue, à la Belle Époque, entre contraception et sextoys. Il ne s’agit pas seulement de faire en sorte que le préservatif, de plus en plus fin, inodore et incolore, se fasse oublier par ses utilisateur-trice-s, mais bien d’accroître, à travers lui, le plaisir sexuel. Une telle recherche est déjà sensible dans certains objets que je vous ai présentés, comme “L’Infaillible”, promettant d’exercer une pression agréable sur le pénis. Mais d’autres exemples sont plus frappants encore, à l’instar des préservatifs texturés “imitation peau de crocodile”, beaucoup plus onéreux que les préservatifs classiques, puisqu’ils sont vendus jusqu’à 12 francs la douzaine21.  

Catalogue de la maison Claverie, 1897.

Dans le catalogue de la maison Claverie (1897), on trouve également des préservatifs texturés, plus travaillés encore, à l’image du “Parisien dentelé”, préservatif avec “un anneau dentelé” soudé au bas du réservoir, et permettant de procurer “un plus grand plaisir à la femme”. Les fabricants semblent donc aussi être attentifs à la réception féminine de leurs produits.

Herboristes, libraires et pharmaciens

En guise de conclusion, je vous propose une galerie d’annonces trouvées dans la presse du début du XXe siècle, qui témoigne de la diversité des professions faisant le commerce de préservatifs à cette époque. On en trouve en effet chez des pharmaciens, mais aussi des herboristes, des vendeurs d’articles de caoutchouc, des libraires et vendeurs de photographies érotiques… Cette grande diversité révèle la diffusion importante de ce produit, mais aussi son accessibilité croissante aux consommateurs parisiens de la Belle Époque. La publicité apparaît comme une source féconde pour traquer ces marchands d’ “appareils intimes” souvent difficiles à traquer au sein des archives, et offre des pistes intéressantes pour une évaluation de l’ampleur de ce marché.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "L’Infaillible, le Rêve, l’Inusable : petite histoire des préservatifs à la Belle Époque", publié sur Sexcursus le 23/10/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/308.

  1. L’historiographie anglophone s’est davantage intéressée à la production, à la distribution et à la consommation de contraceptifs. Voir John Peel, “The Manufacture and Retailing of Contraceptives in England”, Population Studies, vol. 17, n° 2, 1963, p. 113-125, et Vern L. Bullough, “A Brief Note on Rubber Technology and Contraception: The Diaphragm and the Condom”, Technology and Culture, vol. 22, n° 1, 1981, p. 104-111. []
  2. NB : le terme de “préservatif” a, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, un sens plus large qu’aujourd’hui, et il désigne différents moyens de contraception et/ou de protection contre les maladies vénériennes. Dans cet article, j’utiliserai le terme dans son acception contemporaine plus restrictive, c’est-à-dire comme synonyme de capote, condom, etc. []
  3. Michitake Aso, “Caoutchouc”, in Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, Histoire du monde au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2017 []
  4. John Peel, “The Manufacture and Retailing of Contraceptives in England”, Population Studies, vol. 17, n° 2, 1963, p. 113-125, et Vern L. Bullough, “A Brief Note on Rubber Technology and Contraception: The Diaphragm and the Condom”, Technology and Culture, vol. 22, n° 1, 1981, p. 104-111. []
  5. Miss Suzie, Préservation et éducation des sexes, Chaville, A. Moreau, p. 9-11. []
  6. Un journalier des mines de Carmaux gagnait, en 1911, en moyenne 5,33 francs par jour. Source. []
  7. AN, BB18 6165. Ligue de la régénération humaine, “Moyens d’éviter les grandes familles” (traduction de la brochure hollandaise De Middelen der voorkoming van groote gezinnen), 1897-1989. []
  8. AN, BB18 6171. 44 BL 184. Secondo Giorni, “L’arte di non far figli”, 1912, p. 54. []
  9. AP, D2U6 110. Claverie. Catalogue de la Maison Claverie, 1897 []
  10. Angus McLaren, Histoire de la contraception, Paris, Noêsis, 1996, p.  241. []
  11. Lesley Hall, Hidden Anxieties. Male sexualities, 1900-1950, Cambridge, Polity Press, 1991, p. 50 []
  12. Manuel Charpy, “Craze and Shame. Rubber Clothing during the Nineteenth Century in Paris, London, and New York City”, Fashion Theory, vol. 16, n° 4, p. 446. []
  13. Simon Szreter et Kate Fisher, Sex before the Sexual Revolution. Intimate Life in England 1918-1963, Cambridge, Cambridge University Press, 2010. []
  14. AN BB18 6171. 44 BL 184. Secondo Giorni, “L’arte di non far figli”, 1912, p. 56 []
  15. Manuel Charpy, “Craze and Shame. Rubber Clothing during the Nineteenth Cenutry in Paris, London, and New York City”, Fashion Theory, vol. 16, n° 4, p. 448-449. []
  16. BB18 6165. Dossier « Plaintes pour prospectus immoraux”. Prospectus de la maison Henry, vers 1890. []
  17. AP, D2U6 110. Claverie. Catalogue de la Maison Claverie, 1897 []
  18. Les Philtres magiques triomphateurs de l’amour et de la femme, Paris, Guérin, 1911, p. 48. []
  19. Les philtres magiques triomphateurs de l’amour et de la femme, Paris, Guérin, 1911, p. 49 []
  20. AP, D2U6 110. Claverie. Catalogue de la maison Claverie, 1897. []
  21. Les philtres magiques triomphateurs de l’amour et de la femme, Paris, Guérin, 1911, p. 49. []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.