Contrôler les naissances : un panorama historiographique

Eugène Humbert, Jeanne Humbert et Eugénie de Bast devant le siège du journal "Génération consciente", 1909

À l’occasion de la journée mondiale de la contraception, j’inaugure une petite série d’articles sur l’histoire du contrôle des naissances. Pour le premier billet de cette série, j’avais envie de faire une (très) modeste tentative de bilan historiographique sur la question. Il est centré sur la période contemporaine et sur le cas français, et comporte bien sûr des lacunes : il a vocation à être augmenté avec le temps, et se nourrira volontiers de toutes vos suggestions !

Eugène Humbert, Jeanne Humbert et Eugénie de Bast devant le siège du journal "Génération consciente", 1909
Carte postale de 1909 représentant Eugène et Jeanne Humbert et Eugénie de Bast devant le siège du journal néo-malthusien Génération consciente, à Paris.

Démographie historique et causes de la dénatalité

L’historiographie s’est d’abord intéressée à la question de la limitation des naissances au travers de la démographie historique. Le cas français est en effet exceptionnel en Europe, puisqu’on observe un décrochement du taux de natalité en France dès la fin du XVIIIe siècle : celui-ci passe à 30 ‰ dans les années 1830, alors que dans les autres pays européens comme l’Allemagne ou l’Angleterre, il se maintient au-dessus de 35 % jusqu’au dernier quart du XXe siècle1. Philippe Ariès, dans Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle (Paris, Self, 1948), s’est ainsi interrogé sur les causes des variations régionales de la natalité, et a insisté sur les évolutions des mentalités qui avaient rendu possible la dissociation de la sexualité et de la reproduction. L’âge au mariage tardif, qui retarderait le début de la vie sexuelle, a été invoqué pour expliquer la baisse de la natalité française. L’historien Jean-Louis Flandrin (Le Sexe et l’Occident. Évolution des attitudes et des comportements, Paris, Seuil, 1981) a souligné que mariage tardif ne signifiait pas nécessairement entrée tardive dans la sexualité, et a réévalué la place tenue par l’abstinence et la chasteté dans ce contrôle des naissances. Récemment, Sandra Brée, dans Paris l’inféconde. La limitation des naissances en région parisienne au XIXe siècle (Paris, INED, 2017), s’est intéressée au cas de la région parisienne, et a avancé l’idée que cette transition démographique ne reposait pas seulement sur des causes socio-économiques (et notamment la volonté individuelle d’une ascension sociale), mais aussi sur des facteurs culturels, à savoir la diffusion culturelle de l’idée d’une limitation des naissances.

Une histoire intellectuelle et politique du contrôle des naissances

L’historiographie s’est aussi penchée sur les discours pro- et anti-contrôle des naissances : Francis Ronsin, dans La Grève des ventres. Propagande néo-malthusienne et baisse de la natalité en France, XIXe-XXe siècles (Paris, Aubier, 1980), s’est intéressé à la diffusion des arguments des néo-malthusiens, qui, au tournant des XIXe et XXe siècles, se sont faits les avocats d’un contrôle volontaire des naissances par le recours à des pratiques contraceptives. Les historien-ne-s ont également étudié les résistances au contrôle des naissances : Jean-Louis Flandrin s’est par exemple intéressé aux rapports qu’entretenait, sur le temps long, l’Église catholique à cette pratique (L’Église et le contrôle des naissances, Paris, Flammarion, 1970). Claude Langlois, dans Le Crime d’Onan. Le discours catholique sur la limitation des naissances (1816-1930), s’intéresse aux discours de l’Église catholique sur l’onanisme ou fraude conjugale, aussi appelé coït interrompu, généralement considéré comme la pratique contraceptive la plus utilisée au XIXe siècle.

D’autres historien-ne-s se sont intéressés à l’histoire politique du contrôle des naissances : Fabrice Cahen, dans Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France 1850-1950 (Paris, INED, 2016), s’intéresse à la constitution de l’avortement comme un problème public dans un contexte d’angoisses profondes autour de la dénatalité française, à partir de la fin du XIXe siècle. Les luttes politiques de la seconde moitié du XXe siècle en faveur du contrôle des naissances ont aussi fait l’objet de travaux universitaires, à l’instar de l’ouvrage de Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979) (Rennes, PUR, 2012).

Avortement, contraception, stérilisation : une histoire des pratiques

Du côté des moyens concrets de ce contrôle des naissances, beaucoup de travaux ont porté sur l’avortement, notamment à partir de sources judiciaires. Dans son article consacré aux savoirs sur le corps et aux procédés abortifs au XIXe siècle (Communications, n°44, 1986, p. 107-136), Agnès Fine s’est ainsi intéressée au cas de la Haute-Garonne, et a montré que l’augmentation de la répression de l’avortement dans la seconde moitié du XIXe siècle était liée à une évolution des techniques de l’avortement (passage de techniques traditionnelles notamment à base de plantes à des instruments obstétricaux : sondes, canules et injecteurs). Jean-Yves Le Naour et Catherine Valenti ont plus récemment écrit une ambitieuse Histoire de l’avortement (XIXe-XXe siècles) (Paris, Seuil, 2003), qui entreprend de montrer qu’il se situe au centre de débats politiques, juridiques, économiques et sociaux. Laura Tatoueix y a également tout récemment consacré sa thèse d’histoire moderne, où elle étudie l’avortement du point de vue des discours normatifs produits sur la question (médicaux, juridiques et théologiques), en s’intéressant aussi aux modalités de la répression de l’avortement, à la manière dont celui-ci s’inscrit dans un continuum de pratiques visant à contrôler les naissances, et aux acteurs et actrices de cette histoire (avorteur-euse-s et femmes avortées). Plusieurs mémoires de maîtrise/Master ont également porté sur la question, en optant souvent pour une échelle régionale et une approche par les sources judiciaires.

Les différents moyens de contraception ont fait, outre Atlantique, l’objet de grandes synthèses sur le temps long, à l’instar de celle, déjà ancienne, de Norman Himes, A Medical History of Contraception (New York, Gazmut Press, 1963) ou, plus récemment de l’Histoire de la contraception de l’Antiquité à nos jours d’Angus McLaren (Paris, Noesis, 1996). Mais, côté français, les moyens concrets de contraception ont été relativement peu étudiés, ou alors pour la période très contemporaine. On peut signaler notamment la thèse en cours de Cyrille Jean : “Planifier les naissances : les avatars français d’une question internationale (1955-1975)”, qui porte sur le développement du marché (clandestin, puis légalisé) de la contraception en France après la Seconde Guerre mondiale, et sur les dynamiques supranationales qui s’y jouent.

Enfin, des travaux existent également sur la stérilisation : Élodie Serna a récemment soutenu une thèse intitulée Faire et défaire la virilité. Les stérilisations masculines volontaires en Europe dans l’entre-deux-guerres (2018). Elle s’y intéresse aux chirurgies génitales qui se développent dans l’entre-deux-guerres à des fins d’amélioration de l’individu (et qui, incidemment, influent sur sa fertilité), mais également aux programmes de stérilisations eugénistes, ou encore à l’émergence de la vasectomie comme moyen contraceptif.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "Contrôler les naissances : un panorama historiographique", publié sur Sexcursus le 26/09/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/201.

  1. Étienne Van de Walle, “La fécondité française au XIXe siècle”, Communications, 1986, n° 44, p. 35. []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.