La vente d’articles ardents au début du XXe siècle : du transnational sous le manteau

Dans le dernier billet, je vous parlais des différents articles obscènes vendus par Henri Trafford. Après m’être intéressée à la variété des objets distribués, je voudrais m’attarder sur les formes que prend ce commerce souterrain bien particulier. Le dossier de procédure de l’affaire Trafford permet en effet de documenter un aspect méconnu de l’industrie clandestine du sexe : son fonctionnement concret. Celui-ci est généralement difficile à appréhender pour de telles entreprises, qui n’ont bien souvent laissé de traces qu’à travers les nombreuses annonces publicitaires qu’elles faisaient paraître dans la presse.
Dans le cas particulier de Trafford, les archives judiciaires conservées permettent de mettre au jour le caractère transnational de l’industrie de l’obscénité du début du XXe siècle, mais également de retracer les modalités pratiques de la vente par correspondance d’articles à caractère sexuel.

Un sex-shop transnational

Trafford est un citoyen anglais émigré en 1911 en France, et il met à profit, pour son commerce, sa langue et sa nationalité. Cela semble d’abord être le cas en matière de fournisseurs, puisque si certains des produits vendus par Trafford semblent être de fabrication française (à l’instar du « Carnet de Bal »1), d’autres portent un nom anglais – « Kid Shifters« , « Peeing Boy »2 – et semblent donc être d’importation anglaise, à l’image du « Dr Rendell’s Wife’s Friend« , un contraceptif breveté à la fin du XIXe siècle par le médecin anglais W. J. Rendell consistant en pessaires solubles à base de quinine.

AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 4. Annonce publiée par Trafford dans un titre de presse anglais.

C’est également dans la presse anglophone qu’il choisit de faire sa publicité. Les deux coupures de presse figurant dans le dossier ne comportent malheureusement pas le nom des journaux dont elles sont issues, mais la correspondance saisie permet de retracer une partie de la stratégie publicitaire de Trafford. On apprend ainsi qu’il diffuse ses annonces dans des « journaux anglais et américains »3, à l’instar de Sports Argus, le journal sportif le plus populaire d’Angleterre, fondé en 1897 à Birmingham, mais aussi du Collectors’ Journal, lui aussi édité à Birmingham. Umpire, un journal à un sou fondé en 1884 à Manchester et spécialisé dans le sport et les spectacles, diffusait également ses annonces, mais a brusquement cessé de les publier en 19144. Trafford éprouve visiblement des difficultés croissantes à placer ses annonces dans la presse, aussi bien en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis : Judge, magazine satirique new-yorkais fondé en 1881, et qui tire à 100 000 exemplaires en 1912, après lui avoir promis de publier son annonce, l’a finalement refusée et lui a retourné son argent5. Les lettres témoignent également des tentatives de prospection de Trafford : il a adressé une annonce au Mirror of Life, un journal populaire londonien fondé à la fin du XIXe siècle et fusionné en 1912 avec le journal sportif Boxing World. Il tente aussi de faire de la publicité dans le reste de la sphère d’influence britannique : il dit ainsi avoir démarché des journaux à « Malte » (colonie britannique) et au « Caire » (l’Égypte, occupée à partir de 1882, devient protectorat britannique en 1914), et demande à l’un de ses clients de rechercher « quelques journaux qui accepteraient [s]on annonce pour S. A., Delagoa Bay, etc. » : S. A. désigne sans doute l’Union d’Afrique du Sud, dominion britannique formé en 1910, au lendemain de la seconde guerre des Boers et gérée par le Colonial Office. Delagoa Bay est l’ancien nom de la baie de Maputo, au Mozambique, sous domination portugaise à l’époque, mais dont la colonisation de fait est déléguée à des compagnies à capitaux en partie britanniques6.

Malgré les difficultés que Trafford rencontre dans la diffusion de ses annonces publicitaires, il semble être parvenu à se constituer une clientèle venue des quatre coins du monde. Un premier pôle, sans doute le plus important, est constitué par le Royaume-Uni, sa patrie d’origine. La lettre adressée au directeur de la Police judiciaire française par New Scotland Yard mentionne que des Londoniens font partie de ses clients ; l’un des correspondants de Trafford habite à Coventry (ville industrielle des West Midlands)7, un autre à Grimsby (ville portuaire du Lincolnshire)8, un autre à Birmingham9, etc. Mais les articles obscènes de Trafford se vendent aussi dans tout l’empire anglais : on trouve ainsi parmi ses clients un homme vivant à Obuasi (ville du Ghana, à l’époque colonie anglaise)10, et un autre résidant à City Deep, dans la Banlieue de Johannesburg11. Le réseau commercial de Trafford ne se limite toutefois pas à l’empire britannique et compte aussi des clients anglophones outre-Atlantique : on trouve parmi ses correspondants une actrice du Princess Theatre de Pocatello, dans l’Idaho12 et un homme du nom de S********* vivant également aux États-Unis13.

Ce commerce transnational par correspondance est rendu possible par le fort développement des services postaux dans la seconde moitié du XIXe siècle : à Paris, on compte jusqu’à 8 levées de courrier par jour (jusqu’à 18h30 voire 20h dans certains quartiers) et quasi autant de distributions. Les liaisons postales avec l’étranger sont assurées par des services maritimes postaux réguliers, effectués au moyen de navires à vapeur.

Enveloppe tamponnée de Birmingham, 6 mai 1914
AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n°4. Enveloppe tamponnée de Birmingham le 6 mai 1914, envoyée par un client de Trafford.

Les délais d’acheminement sont désormais très courts : cette lettre de Birmingham tamponnée le 6 mai 1914 par les services postaux anglais parvient à Trafford le 7 mai. Les informations comprises dans la lettre confirment cette rapidité de livraison, puisque le client écrit à Trafford : « J’aimerais recevoir [ces photographies] d’ici la première distribution de dimanche matin. Ici, nous n’avons qu’une distribution le dimanche, tôt le matin. Donc vous devez poster le samedi matin pour que je reçoive dimanche matin. »14.

« Under plain and strong cover » : des transactions sous le manteau

Si ce commerce d’obscénités par voie postale est transnational, il n’en doit pas moins être discret, pour échapper à la surveillance de la police et des services postaux des différents pays concernés. Trafford et ses clients mettent en œuvre un ensemble de stratégies à ces fins.
D’abord, Trafford ne divulgue pas sa véritable identité dans ses annonces, ni dans sa correspondance, et multiplie les pseudonymes féminins : Miranda Connors, Miss Vera Ford-Camille, Miss Myrtle Evans, Madeleine Villiers, Mlle Hilda Anglais, Kate Connor, Katie O’Connor, etc. Il en va de même pour son adresse postale : dans les annonces publiées dans la presse anglaise, l’adresse indiquée est le 60 rue de Vouillé à Paris. Toutefois, l’enquête de la police parisienne révèle que Trafford ne vit pas à cette adresse ; il a en fait mis au point un arrangement avec différents commerçants pour qu’ils récupèrent son courrier, qu’il passe ensuite chercher sur place. Un certain W*********, de Birmingham, écrit ainsi à « M. Rev. M.S. Villiers, 25 rue Labrouste, à Paris »15, et Trafford rédige une lettre sous le nom de Madeleine Villiers depuis l’ « Institut Aublette« , à la même adresse16. Il s’agit en fait sans doute, comme l’indique l’Annuaire du Commerce Didot-Bottin de 1914, d’un marchand de vins nommé Aublette, situé dans le proche voisinage de Trafford, comme le 60 rue de Vouillé, et qui lui sert pour ainsi dire de boîte postale.

Carte figurant les différentes adresses utilisées par Trafford
Les différentes adresses utilisées par Trafford dans le XVe arrondissement de Paris

Trafford envoie un certain nombre de lettres depuis sa véritable adresse, mais il a soin de ne l’indiquer que dans le premier courrier échangé : « Désormais, dans mes lettres, je ne mettrai ni vos nom et adresse, ni les miens ; aussi veuillez noter mon adresse« , écrit-il à une correspondante américaine17. Les clients protègent également leur véritable identité par des noms de code : W********* devient ainsi « W510 »18, J*** K***** devient « J. Mackay« . Ce dernier protège également son domicile, et demande à Trafford de lui expédier ses commandes dans une boîte postale : « address it J. Mackay, City Deep Y.M., P.O. Box 1411 Johannesburg S.A. »19. Les précautions de Trafford vont encore plus loin : on trouve dans le dossier de procédure une note tapuscrite qu’il joint sans doute à ses clients, avec les instructions suivantes :

« IMPORTANT. To protect yourself (and me) from loss and trouble, PLEASE use strong, opaque envelopes, so that Postal thieves may not be able, even by holding letters before a powerful light, to detect the presence of Postal or Money-Orders, and so that your letters may reach me intact. »20

L’usage d’enveloppes solides et opaques est ici justifié par le risque de vol des mandats ou des chèques postaux qui pourraient s’y trouver. Mais ces précautions visent également sans doute à garder secret le contenu (bien souvent obscène) des enveloppes. Il peut s’agir de préserver la vie privée des clients : J*** K***** demande ainsi à Trafford de lui adresser « under plain and strong cover » les pilules régulatrices, et « under separate strong plain cover » les instructions sur leur usage21.
Mais il s’agit surtout pour Trafford de protéger son affaire d’éventuelles poursuites judiciaires. Il recourt pour cela à divers stratagèmes. D’abord, il prend soin de ne pas laisser paraître de signe suspect sur les enveloppes, et semble même réutiliser à ces fins les enveloppes à en-tête d’autres entreprises, pour tromper la surveillance. Il écrit ainsi à un client : « Ne prêtez jamais aucune attention à ce qui peut être timbré ou imprimé sur l’extérieur de mes enveloppes, dont je me sers […] pour écarter les soupçons de la poste. »22.  Pour les mêmes raisons de discrétion (auxquelles s’ajoutent, sans doute, des motivations économiques), il adresse à ses clients leurs commandes par lettre simple, et non recommandée : « Experientia docet. Les lettres recommandées causent le plus de soupçons« , affirme-t-il à un client qui en faisait sans doute la demande23. Enfin, il a pour habitude d’expédier les différents objets d’une commande en « lots séparés« , pour « ne pas exciter les soupçons de[s] autorités »24. En multipliant les colis, on évite les envois volumineux, qui risquent davantage d’attirer l’attention, mais on évite aussi pour ainsi dire de mettre tous ses œufs dans le même panier : même si un colis est saisi, les autres marchandises ont davantage de chances d’arriver. Il explique également à une cliente que les autres objets qu’elle a commandés « suivront dans un jour ou deux » : « Un intervalle est prudent, car les autorités sont toujours prêtes à soupçonner des choses, quand trop de paquets ou de lettres arrivent ensemble »25.

Malheureusement pour Trafford – mais heureusement pour nous ! –, ces précautions visant à dissimuler son commerce d’obscénités n’ont pas suffi, puisque les autorités britanniques ont fini par le mettre au jour. Ce n’est pas la première fois qu’une puissance étrangère intervient auprès de la France pour se plaindre de l’envoi d’obscénités sur son territoire : les archives de la Correspondance de la division criminelle du Ministère de la Justice français26 regorgent de plaintes de ministres étrangers, belges, anglais ou allemands, contre l’envoi dans leurs pays, depuis la France, de prospectus obscènes27. Ces plaintes témoignent des conceptions variées de l’outrage aux bonnes mœurs en Europe, puisque la loi française, avant 1908, ne sanctionnait pas tant l’obscénité en elle-même que sa visibilité et son accessibilité dans l’espace public. La loi du 16 mars 1898 n’interdisait en effet que « la vente ou la mise en vente, l’offre, l’exposition, l’affichage ou la distribution, sur la voie publique ou dans les lieux publics » d’articles obscènes, « leur vente ou leur offre, même non publique, à un mineur » et « leur distribution à domicile, […] leur remise sous bande ou sous enveloppe non fermée à la poste ou à tout agent de distribution ou de transport ». La loi du 7 avril 1908 modifie cette conception, en réprimant désormais « la vente, la mise en vente ou l’offre, même non publiques » de tels articles. Mais force est de constater qu’en 1914, les autorités françaises peinent encore à endiguer la diffusion d’obscénités, sur le territoire français comme au-delà de ses frontières.

Pour citer ce billet : Pauline Mortas, "La vente d’articles ardents au début du XXe siècle : du transnational sous le manteau", publié sur Sexcursus le 11/09/2019. Lien: https://sexcursus.hypotheses.org/139.

[Si vous voulez en savoir plus sur ce marchand d’articles ardents, la suite est ici : Travestissement, relations intimes et parrainage : recettes pour un fructueux commerce d’obscénités]

  1. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre de F**** H*** datée du 4 mai 1914. []
  2. AP, Trafford. Scellé 4. Lettre de J*** K*****, 12/03/1914. []
  3. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à S*********, 02/03/1914. []
  4. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à C******, 14/02/1914. []
  5. Idem. []
  6. Idem. []
  7. AP, Trafford. Scellé 4. Lettre de H**** A****, 02/05/1914. []
  8. AP, Trafford. Scellé 4. Lettre de F**** H***, 05/05/1914. []
  9. AP, Trafford. Scellé 4. Lettre de W*********, 06/05/1914. []
  10. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à Sh******, 06/05/1914. []
  11. AP, Trafford. Scellé 4. Lettre de J*** K*****, 12/03/1914. []
  12. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à Miss P**** F****, 24/02/1914. []
  13. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à S*********, 02/03/1914. []
  14. AP, Trafford. Scellé 4. Lettre de W*********, 06/05/1914. []
  15. AP, Trafford. Scellé 4. Lettre de W*********, 06/05/1914. []
  16. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à B. K***** Jr, 04/04/1914. []
  17. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à Miss P**** F****, 24/02/1914. []
  18. AP, Trafford. Scellé 4. Lettre de W*********, 06/05/1914. []
  19. AP, Trafford. Scellé 6. Lettre de J*** K*****, 12/03/1914. []
  20. AP, Trafford. Scellé n° 8. []
  21. AP, Trafford. Scellé 6. Lettre de J*** K*****, 12/03/1914. []
  22. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à S*********, 02/03/1914. []
  23. Idem. []
  24. Idem. []
  25. AP, Trafford. Scellé 5. Lettre à Miss P**** F****, 24/02/1914. []
  26. conservées aux Archives nationales sous la cote BB18. []
  27. En 1898, par exemple, un ministre belge avait alerté le ministre des Affaires Étrangères français qu’un certain Andréal expédiait en Belgique une brochure contraire aux bonnes mœurs. AN, BB18-6165, Dossier « Plaintes de gouvernements étrangers 1891-1899 ». []

Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

2 réflexions sur « La vente d’articles ardents au début du XXe siècle : du transnational sous le manteau »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.