Un sex-shop par correspondance : plongée dans le marché des obscénités du Paris de la Belle Époque

Le 28 mars 1914, le Département d’Investigation Criminelle de New Scotland Yard adresse une lettre au directeur de la police judiciaire de la Préfecture de Police, Henri Mouton, pour l’informer du fait que des Londoniens ont reçu par la poste des photographies obscènes, adressées par une certaine Miranda Connors, domiciliée au 60 rue de Vouillé à Paris, et qui fait la promotion de son commerce dans la presse anglaise.
En France, la vente, l’offre ou l’exposition d’écrits ou images obscènes constitue un délit d’outrage aux bonnes mœurs1, et une procédure est donc ouverte. L’enquête révèle que derrière ce pseudonyme féminin se cache en réalité Herbert Trafford, un émigré anglais de 40 ans, ancien typographe, demeurant au 59 rue Castagnary à Paris. Le dossier de procédure2, très riche, permet une plongée dans le commerce souterrain des « obscénités »3 dans le Paris de la Belle Époque. Les copies de la correspondance de Trafford permettent d’avoir un aperçu des marchandises offertes par ce vendeur « d’articles ardents ». Ce faisant, on peut retracer la proto-histoire des sex-shops, dont l’émergence en France à partir des années 1970 a été retracée par Baptiste Coulmont4, et questionner la périodisation qu’il propose : la vente d’objets à caractère sexuel, en boutique ou par correspondance, n’apparaît pas dans l’entre-deux-guerres, mais bien à la Belle Époque.

Photographies artistiques et photographies obscènes

Dans le cas de Trafford, il s’agit uniquement de vente par correspondance ; il ne dispose pas d’un local commercial où exposer et vendre ses « obscénités ». Pour se faire connaître et générer des commandes, il publie dans la presse des annonces publicitaires ; on en trouve deux, parues dans la presse anglophone, dans le dossier de procédure. Il y propose des « photographies parisiennes », dans divers formats.

Annonce publicitaire parue dans la presse pour des photographies

Annonce publicitaire parue dans la presse.      AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 4.

 Il tente, lors de son interrogatoire du 13 juin 1914, de faire passer ces photographies pour des « nus artistiques », pour échapper à la condamnation pour outrage aux bonnes mœurs : « J’ai inséré dans plusieurs journaux anglais des annonces telles que celle que je vous représente, où j’offre des photographies “vues, actrices, modèles”, mais je n’ai jamais expédié de photographies obscènes que sur demande spéciale de clients, désirant quelque chose de plus léger que ce que je vendais habituellement. Je les envoyais d’ailleurs sous enveloppe fermée »5. Mais ses annonces, qui évoquent des photographies « from life » (catégorie qui pourrait être l’ancêtre de notre porno amateur), et garantissent l’envoi discret sous pli fermé, laissent peu de doutes quant au fait que les nus qu’il envoie ne sont pas toujours très « artistiques ».
La majorité de son fonds de commerce semble être constituée de photographies obscènes, à l’instar de celle-ci, saisie à son domicile alors qu’il préparait un envoi pour un client.

Photographie érotique du début du XXe siècle représentant un homme et une femme nus

AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 6. Photographie érotique représentant un homme et une femme nus, début du XXe siècle.

Seules les photographies sont mises en avant dans les annonces qu’il fait paraître dans la presse anglophone, et il précise d’ailleurs à une cliente : « Mon article principal, ce sont les photos »6. Il adresse à ses clients des miniatures, afin qu’ils puissent sélectionner lesquelles ils souhaitent recevoir en grand format. Les photographies se présentent en série, intitulées « Au Vert Logis », « La Garçonnière », « Le Nil », ou, plus prosaïquement, « série 104 », « série V », « W » ou « X »7. Elles peuvent s’acheter par douzaine ou demi-douzaine ; les prix, selon la série, sont de quelques shillings (4 ou 5 shillings la demi-douzaine)8. Trafford tente de satisfaire au mieux les désirs de ses clients : il propose ses photos sous différents formats, et encourage ses clients à lui faire parvenir toute demande spéciale. J*** K*****, vivant à City Deep (dans la banlieue de Johannesburg), lui demande ainsi de lui expédier des « real life photos – very hot ones »9. Un certain W*********, habitant à Birmingham, a des requêtes plus spécifiques encore : « the girl must be beautiful and with more beautiful underclothing on, manfully dressed in first few numbers, plenty of kissing and loving and not so much sucking »10.

« Carnet de bal » et livres érotiques

Mais il est également possible d’acheter auprès de Trafford des livres érotiques : dans une lettre envoyée par un certain F**** H*** vivant à Grimsby (Royaume-Uni), le 5 mai 1914, on apprend qu’il adresse à ses clients des « listes de livres » ; celui-ci en commande d’ailleurs trois : Carnet de bal (2 shillings), Spanish Lady’s Story (3 shillings) et Rosa’s Maidenhead (6 shillings)11. Le Carnet de bal a été conservé dans le dossier de procédure : il s’agit d’un petit carnet d’illustrations d’environ trois centimètres par six, représentant un homme et une femme dans diverses positions sexuelles, observés par le trou de la serrure par le propriétaire de la chambre qu’ils ont louée.

Couverture et page du carnet de bal

Carnet de Bal, AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 6.

Pilules, excitants et préservatifs

Mais Trafford fournit également à ses clients des contraceptifs. Il explique ainsi à un correspondant prénommé C****** le fonctionnement du “Wife’s Friend” du Dr Rendell : il s’agit d’un « cachet soluble » à insérer « 5 minutes » avant le rapport sexuel : « cela se dissout à l’intérieur, cela ne diminue en rien le plaisir et cela tue le sperme du mâle, aussitôt qu’il éjacule »12.

Boîte de "Wife's Friend" du Dr Rendell

Une boîte de “Wife’s Friend” du Dr Rendell, datant probablement des années 1930.

J*** K***** lui commande également une boîte de « Regulating Pills » ou « Kid Shifters »13. Ces pilules, vendues officiellement par voie de presse comme permettant de rendre les menstruations régulières, sont en fait des abortifs déguisés. Les « cigarettes »14 ou « cigarettes à bout doré »15 mentionnées dans d’autres lettres sont sans doute des préservatifs masculins, qui, à cette époque, sont souvent vendus dans des emballages fantaisie, destinés à ne pas attirer l’attention, comme des enveloppes, des paquets de cigarettes, etc. L’illustration ci-dessous, tirée d’un catalogue de fabricant de caoutchouc dilaté datant de la fin du XIXe siècle, montre différents conditionnements sous lesquels pouvaient être vendus des préservatifs à la Belle Époque : boîtes à cigare, à cigarettes ou à papier goudron de Norvège (utilisé à l’époque pour favoriser la cicatrisation des plaies), par exemple.

Divers emballages fantaisies de préservatifs, fin XIXe

AP, D2U6 110 – Dossier Claverie. Extrait d’un prix-courant de Frédéric, fabricant de caoutchouc dilaté à la fin du XIXe siècle.

D’autres médicaments sont également vendus par Trafford : il adresse ainsi à S*********, vivant aux États-Unis, des « excitants » et des « stimulants » (“rousers”), dont il précise l’usage : « au sujet des stimulants, on peut les prendre n’importe quand. Ce sont les gros. Au sujet des excitants (bruns) […], ils doivent être pris entre les repas, pas pendant les repas, et pas plus de six par jours. Il faut en prendre 3 fois 2, ou 2 fois 3. ». Il précise que ces pilules sont préparées « par un pharmacien très habile »16. Ce genre de médicaments contre l’impuissance, qui promettent la restauration des forces viriles, font l’objet d’une publicité très importante dans la presse de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle (vous pouvez en voir quelques exemples sur le bandeau de ce blog !).

Toys & sextoys

Trafford expédie aussi à ses clients divers objets. Certains semblent être, comme le Carnet de bal, des objets amusants, à mi-chemin entre érotisme et ludisme, à l’instar d’une « figure mobile », d’une « carte qui se plie »17 ou d’un « peeing boy »18, présenté par Trafford comme un jouet lors du procès19. Il s’agit sans doute là d’objets grivois de type farce et attrapes. D’autres objets mentionnés dans la correspondance de Trafford restent hélas bien mystérieux : difficile de deviner ce qui se cache derrière l’intriguant « trapèze avec réservoir » ou le « Coq et Poule »20.
Trafford fait également commerce de ce qu’on appellerait aujourd’hui des sextoys : plusieurs de ses courriers mentionnent le « chatouilleur », coûtant un peu plus d’un dollar, qu’il n’est malheureusement plus en mesure de livrer à ses clients « tant que le fabricant ne sera pas sorti de prison »21. Lorsqu’un client lui demande son avis sur l’objet, Trafford (sous son pseudonyme féminin) lui répond : « Oui, j’ai essayé l’objet qui chatouille : ce n’est pas mal ! ». Face à ses difficultés pour en obtenir d’autres, il précise qu’il peut en revanche toujours expédier « les objets pour le doigt »22. On trouve mention de ces « doigtiers » dans des catalogues de fabricants de caoutchouc : il s’agit d’étuis en caoutchouc texturés, à enfiler sur le doigt pour « amuser les dames »23.

Extrait d'un catalogue de la maison Frédéric représentant 3 doigtiers, fin XIXe

AP, D2U6 110 – Dossier Claverie. Extrait d’un prix-courant de Frédéric, fabricant de caoutchouc dilaté à la fin du XIXe siècle.

Il semblerait donc que le chatouilleur, quant à lui, soit une sorte d’étui pénien destiné à procurer des sensations agréables à la femme lors de la pénétration.

Jeunes filles, veuves et femmes mariées

Mais le long catalogue de Trafford ne s’arrête pas là : il propose également ses services comme « guide » touristique pour les voyageurs séjournant à Paris. C’est d’ailleurs cette activité qu’il met en avant dans une lettre adressée au procureur en date du 19 mai 1917 : « J’exerce, ainsi que ma femme, à Paris, la profession de guide pour les Anglais de passage dans cette ville. »24. Il explique qu’il est payé pour attendre des clients à la gare à leur arrivée, ou bien pour leur retenir des chambres dans des hôtels parisiens. Mais une lettre à un client vivant à Obuasi (Ghana) nous apprend que Trafford est très investi dans ce rôle de guide, et qu’il sert en fait d’entremetteur pour présenter à ces voyageurs étrangers des « filles » ou des « femmes », ou pour les mener « dans des maisons de rendez-vous ». Il a à cœur de présenter son activité comme respectable : il précise que ces maisons sont « absolument sûres, contrôlées par la ville et munies d’un permis », qu’il « refuse tout pourboire qui me serait offert par les gérants ou gérantes d’établissement », mais également que ces « compagnes » « peuvent sans risque être invitées à dîner ou au théâtre ou ailleurs, sans la moindre hésitation, étant bien habillées, bien élevées », que « toutes sans exception, sont propres et en tous points dignes de confiance » et que « ce ne sont pas des professionnelles ». Il s’agit d’après lui, pour certaines, de « jeunes veuves », de « femmes mariées, dont les maris sont soit absents, soit indifférents » ou de « jeunes filles ». Mais la suite de la lettre ne laisse aucun doute sur le caractère prostitutionnel de ces entremises : « Je puis vous présenter celles dont le prix est 20 frs (16 shil.) pour une heure environ, ou 40 frs. (32 shil.) pour une nuit, les prix variant jusqu’à 50 frs. (2 liv.) pour une heure ou 100 frs. (4 liv. pour une nuit). Les toutes jeunes filles demandent (ou plutôt leurs mères à leur place) environ 5 livres pour une nuit ou 2 liv. pour une heure. »25

Le cas de Trafford, qui propose pêle-mêle photographies obscènes, pilules stimulantes et excitantes, contraceptifs en tout genre, jouets grivois, littérature érotique, dessins pornographiques, abortifs, sextoys et prostituées, témoigne de la porosité des frontières entre les différents segments du marché des obscénités à Paris à la Belle Époque. Il révèle aussi l’existence, au carrefour de la photographie, de l’édition, de la pharmacie et de l’industrie du caoutchouc, d’une proto-industrie du sexe.

[Pour lire la suite de cet article, par ici : La vente d’articles ardents au début du XXe siècle : du transnational sous le manteau et aussi ici : Travestissement, relations intimes et parrainage : recettes pour un fructueux commerce d’obscénités]

  1. Loi du 2 août 1882, article 1er : « Est puni d’un emprisonnement d’un mois à deux ans et d’une amende de 16 francs à 3.000 francs quiconque aura commis le délit d’outrage aux bonnes mœurs, par la vente, l’offre, l’exposition, l’affichage ou la distribution gratuite sur la voie publique et dans les lieux publics, d’écrits, d’imprimés autres que le livre, d’affiches, dessins, gravures, peintures, emblèmes ou images obscènes. Les complices de ces délits, dans les conditions prévues et déterminées par l’article 60 du Code pénal seront punis de la même peine et la poursuite aura lieu devant le tribunal correctionnel, conformément au droit commun et suivant les règles édictées par le Code d’instruction criminelle. » []
  2. Il est conservé aux Archives de Paris (après AP), sous la cote D2U6 196 – Dossier Trafford. []
  3. Cette catégorie, utilisée par les autorités policières et judiciaires pour désigner un ensemble hétéroclite d’images et d’objets ayant trait à la sexualité, a été étudiée par Maxence Rodemacq dans « L’Industrie de l’obscénité à Paris (1855-1930) » (Romantisme, 167, 2015, p. 13-20. []
  4. Baptiste Coulmont, Sex-shops. Une histoire française, Paris, Dilecta, 2007. []
  5. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Procès-verbal d’interrogatoire et de confrontation daté du 13 juin 1914. []
  6. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à Miss P**** F**** datée du 24/02/1914. []
  7. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de F**** H*** datée du 06/05/1914 ; traduction en français d’une lettre de Trafford à S********* datée du 02/03/1914. []
  8. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de W********* datée du 04/05/1914. []
  9. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Lettre signée J*** K***** []
  10. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de W*********, datée du 06/05/1914. []
  11. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de F**** H*** datée du 04/05/1914. []
  12. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à C******, datée du jour de la Saint-Valentin. []
  13. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Lettre signée J*** K***** []
  14. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à S********* datée du 02/03/1914. []
  15. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à Miss P**** F**** datée du 24/02/1914. []
  16. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à *********, datée du 02/03/1914. []
  17. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à Miss P**** F**** datée du 24/02/1914. []
  18. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n°5. Lettre signée J. K. []
  19. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Procès-verbal d’interrogatoire et de confrontation daté du 13 juin 1914. []
  20. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n°5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à Miss P**** F**** datée du 24/02/1914. []
  21. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à Miss P**** F**** datée du 24/02/1914. []
  22. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Scellé n° 5. Traduction en français d’une lettre de Trafford à C******, datée du jour de la Saint-Valentin. []
  23. AP, D2U6 110 – Dossier Claverie. Catalogue de la maison A. Claverie, manufacture spéciale de caoutchouc dilaté et baudruche, 1897 []
  24. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Lettre de Trafford au Procureur de la République, 19/05/1917 []
  25. AP, D2U6 196 – Dossier Trafford. Lettre à Sh******, datée du 02/03/1914. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.