À propos de ce carnet

Ma thèse porte sur l’histoire des problèmes sexuels en France entre les années 1850 et les années 1930. Elle se propose d’appréhender la sexualité ordinaire par le biais de ses dysfonctionnements masculins et féminins, dont les noms varient au fil du temps : impuissance, frigidité, vaginisme, anaphrodisie, anorgasmie, éjaculation précoce, etc. Au-delà d’une histoire des représentations de ces pathologies, elle vise à en proposer une histoire sociale, attentive à la manière dont les individus confrontés à ces problèmes tentent de les prendre en charge en s’adressant à divers interlocuteurs (du médecin au prêtre, en passant par l’inventeur, le pharmacien, le charlatan, le juriste ou encore le psychanalyste).

Ce carnet aura pour objectif de rendre compte de mes avancées, de mes interrogations méthodologiques, de mes premiers résultats. Mais il sera aussi constitué d’un ensemble d’excursus par rapport à l’objet de ma thèse, de petits à-côtés portant plus largement sur l’histoire des sexualités, comme des analyses de sources trouvées au gré des dépouillements, ou des réflexions sur des thématiques connexes (contraception, pratiques sexuelles, éducation sexuelle, normes religieuses et/ou médicales pesant sur la sexualité, littérature de conseils conjugaux, etc.)

Il se veut donc un espace d’écriture sérieuse, mais plus libre que les autres formes de publications universitaires, idéalement destiné à un large public 🙂


Auteur : Pauline Mortas

Doctorante en histoire contemporaine (Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Université Toulouse Jean-Jaurès).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.